New York

25 May 2019

Secretary-General's message on Africa Day [scroll down for French version]

Earlier this year, during a visit to Ethiopia, I spent time with schoolgirls from 34 African countries who were learning to code. They were not only developing their skills; they were challenging gender stereotypes and embracing the inclusive digital technology that will be critical to take the continent towards a low carbon, climate resilient future.
 
The boundless energy and optimism of Africa’s young people are propelling the continent into a new era of sustainable development, through the implementation of African Union’s visionary Agenda 2063 in alignment with the 2030 Agenda for Sustainable Development.  
 
On Africa Day, we mark the fifty-sixth anniversary of the founding of the AU and celebrate its role in creating African solutions to African challenges.
 
Since I assumed office in 2017, I have prioritized the strategic partnership between the United Nations and the African Union. I am proud to say there has been a quantum leap in our cooperation, from the institutionalization of the annual United Nations-African Union Conferences, to the new joint AU-UN Frameworks on peace and security and sustainable development, and the Joint Declaration on cooperation for African Union-led peace support operations.  We are providing strong support to AU initiatives on prevention and mediation, including Silencing the Guns by 2020 and the African Women Leaders Network.
 
The 2030 Agenda for Sustainable Development and the AU’s Agenda 2063 are aligned around the importance of a people-centered and planet-sensitive transformation. Eradicating poverty is the overriding priority of both agendas. We are working closely together on mainstreaming the 2030 Agenda and Agenda 2063 in national development plans and cooperating on unlocking new opportunities from the African Continental Free Trade Area.
 
I particularly commend the AU on choosing the theme “Refugees, returnees and IDPs: Towards Durable Solutions to Forced Displacement in Africa” for 2019. Africa’s commitment to the safety and dignity of refugees is an example to the world. Together, we must make preventing and responding to forced displacement a core element of the sustainable development agenda, not only in Africa but around the world.

We are also working closely with the AU and African Member States to combat climate change, the defining issue of our time. The African continent makes a negligible contribution to climate change but is suffering some of its most dramatic and devastating consequences. Unless we reduce emissions rapidly, climate change will have serious consequences that will undermine both sustainable development and security across Africa.

The renewed emphasis on the strategic partnership between the United Nations and the African Union is already producing results. Let us build on these strong foundations to make our cooperation more effective, efficient and mutually-reinforcing, based on the principles of African ownership, mutual respect, complementarity and interdependence.
 
*****
 
Au début de l’année, lors d’une visite en Éthiopie, j’ai passé du temps avec des écolières de 34 pays d’Afrique qui apprenaient à coder. Non contentes de développer leurs compétences, elles remettaient en question les stéréotypes sexistes et s’appropriaient des technologies numériques inclusives essentielles pour aider le continent à s’acheminer vers un développement à faibles émissions de carbone et à mieux résister aux changements climatiques.
 
L’énergie et l’optimisme sans bornes des jeunes Africains propulsent le continent dans une nouvelle ère de développement durable, par la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, un programme visionnaire conforme au Programme de développement durable à l’horizon 2030. 
 
En cette Journée de l’Afrique, nous marquons le cinquante-sixième anniversaire de la création de l’Union africaine et le rôle que celle-ci joue dans la mise en place de solutions africaines aux défis africains.
 
Depuis mon entrée en fonctions en 2017, j’ai donné la priorité au partenariat stratégique entre l’Organisation des Nations Unies et l’Union africaine. Je suis fier de dire que notre coopération a fait un pas de géant, de l’institutionnalisation des conférences annuelles ONU-Union africaine aux nouveaux cadres conjoints Union africaine-ONU sur la paix et la sécurité et le développement durable, en passant par la Déclaration conjointe relative à la coopération pour les opérations de soutien à la paix dirigées par l’Union africaine. Nous soutenons fermement les initiatives de l’Union africaine dans les domaines de la prévention et de la médiation, notamment l’initiative Faire taire les armes d’ici 2020 et le Réseau des femmes d’influence en Afrique.
 
Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l’Union africaine s’articulent autour d’une transformation axée sur l’être humain et respectueuse de la planète. La priorité absolue est l’élimination de la pauvreté. Nous collaborons étroitement pour intégrer la généralisation du Programme 2030 et de l’Agenda 2063 dans les plans nationaux de développement, ainsi que pour tirer parti des nouvelles possibilités offertes par la Zone de libre-échange continentale africaine.
 
Je félicite tout particulièrement l’Union africaine d’avoir choisi le thème « Réfugiés, rapatriés et déplacés : vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique » pour 2019. La manière dont l’Afrique s’est engagée en faveur de la sécurité et de la dignité des réfugiés est un exemple pour le monde entier. Ensemble, nous devons faire de la prévention des déplacements forcés et de la réponse à y apporter un élément central du programme de développement durable, non seulement en Afrique mais aussi dans le monde entier.
 
Nous collaborons également étroitement avec l’Union africaine et les États Membres d’Afrique en vue d’entreprendre une action climatique, qui est l’enjeu majeur de notre époque. Le continent africain contribue peu aux changements climatiques mais en subit parfois les effets les plus intenses et les plus dévastateurs. Si nous ne réduisons pas rapidement les émissions de carbone, les changements climatiques auront de graves conséquences qui compromettront à la fois le développement durable et la sécurité de toute l’Afrique.
 
Le regain d’attention accordé au partenariat stratégique entre l’Organisation des Nations Unies et l’Union africaine donne déjà des résultats. Appuyons-nous sur ces bases solides pour que notre coopération soit plus efficace plus dynamique et plus complémentaire, sur la base des principes de l’appropriation des projets par les Africains, du respect mutuel, de la complémentarité et de l’interdépendance.