New York

08 June 2018

Secretary-General's message on World Oceans Day [scroll down for French version]

The oceans make our blue planet unique in our solar system -- and not just visually.  They help regulate the global climate and are the ultimate source of the water that sustains all life on Earth, from coral reefs to snow-covered mountains, from tropical rain forests to mighty rivers, and even deserts.  However, the ability of the oceans to provide their essential services is being threatened by climate change, pollution and unsustainable use.  
 
On this World Oceans Day, we are highlighting the problem of plastic pollution.  Eighty per cent of all pollution in the sea comes from land, including some 8 million tons of plastic waste each year.  It chokes waterways, harms communities that depend on fishing and tourism, kills turtles and birds, whales and dolphins, and finds its way to the most remote areas of the planet and throughout the food chain on which we ultimately rely.  Unless we change course, plastic waste could soon outweigh all the fish in the oceans.
 
We must work individually and collectively to stop this preventable tragedy and significantly reduce marine pollution of all kinds, including plastic.  Action starts at home, and speaks louder than words.  The United Nations aims to lead by example, and more than 30 of our agencies have now begun working to end the use of single-use plastic. 
 
But everyone needs to play a part.  You can make a difference today – and every day -- by doing simple things like carrying your own water bottle, coffee cup and shopping bags, recycling the plastic you buy, avoiding products that contain microplastics and volunteering for a local clean-up.
 
If we all do a little, our combined actions can be massive.  On this World Oceans Day, I urge governments, communities and individuals alike to celebrate our oceans by helping clear them of pollution and ensure they remain vibrant for generations to come.
 
*****
Les océans ne font pas que donner à notre planète sa couleur bleue unique dans le système solaire. Ils contribuent également à réguler le climat à l’échelle mondiale et sont la source fondamentale de l’eau sans laquelle toute vie sur Terre est impossible, des récifs coralliens aux montagnes enneigées en passant par les forêts tropicales humides, les grands fleuves et même les déserts. Hélas, la capacité des océans de fournir leurs services essentiels est aujourd’hui menacée par les changements climatiques, la pollution et les utilisations non durables.
 
En cette Journée mondiale de l’océan, nous insistons sur le problème de la pollution par le plastique. Quatre-vingts pour cent de la pollution marine est d’origine terrestre. Et chaque année, ce sont quelque huit millions de tonnes de déchets plastiques qui finissent dans les océans. La pollution plastique étouffe les cours d’eau, remet en cause le bien-être des communautés qui vivent de la pêche et du tourisme, tue tortues, oiseaux, baleines et dauphins, gagne les régions les plus reculées de la planète et contamine en fin de compte toute la chaîne alimentaire dont nous dépendons. Si nous ne changeons pas de cap, les déchets plastiques présents dans les océans seront bientôt plus nombreux que les poissons.
 
Individuellement et collectivement, nous devons agir pour mettre fin à cette tragédie évitable et réduire considérablement la pollution marine de tous types, y compris la pollution par les matières plastiques. Les bons gestes commencent à la maison et les actes valent mieux que les paroles. Le système des Nations Unies entend bien montrer l’exemple. C’est ainsi qu’une trentaine d’organismes ont commencé à lutter contre l’utilisation du plastique à usage unique.
 
Mais tout le monde doit y mettre du sien. Aujourd’hui, comme tous les autres jours, il est possible de changer la donne avec de petits gestes simples : transporter sa gourde d’eau, sa tasse à café ou son sac de courses ; recycler le plastique acheté ; se détourner des produits contenant des microplastiques ; participer bénévolement à une campagne de nettoyage.
 
Si chacun fait un geste, même modeste, nous arriverons à de grandes choses. En cette Journée mondiale de l’océan, j’exhorte gouvernements, collectivités et particuliers à célébrer nos océans en aidant à les débarrasser de la pollution et en veillant à ce qu’ils gardent toute leur vitalité pour les générations à venir.