Geneva, Switzerland

27 February 2017

Secretary-General's remarks to the Human Rights Council [scroll down for French version]

Watch the video on webtv.un.org:

Distinguished President of the Human Rights Council, President of the General Assembly, High Commissioner, Excellencies, Distinguished Delegates, Colleagues, Friends,
It is a profound honour to address the Human Rights Council. 
For 10 years, you may have known me as the “other” High Commissioner, just down the road. 
And so it is a great privilege to be with you for the first time in my capacity as Secretary-General.
I am here in a spirit of gratitude.  And I am here at a time of urgency.
Disregard for human rights is a disease, and it is a disease that is spreading – north, south, east and west.
The Human Rights Council must be part of the cure. 
You can be pivotal for prevention – sounding early warnings of crises.
 Commissions of Inquiry and fact-finding missions respond to serious allegations of human rights violations around the world.
The scrutiny and recommendations of the Council’s independent experts shed light, enhance protection and guide policy.
The Council's growing engagement with civil society strengthens so much of your work – and is especially vital at a time when civil society space is shrinking in so many places. 
And through the Universal Periodic Review, every country in the world has had its human rights record thoroughly examined.
Despite differences among members, this Council is based on a shared understanding: upholding the rights of all people and in the interest of all States.
And that truth is integral to every aspect of the work of the United Nations.  Our three pillars of peace, development and human rights are inseparable and they are mutually reinforcing. 
Human rights – civil, political, economic, social and cultural rights -- must never be seen as a luxury or “saved for later”, after peace and development have been achieved. 
Human rights are an intrinsic part of all that we do – and all that we are.
And so we must speak up for human rights in an impartial way without double standards. 
We must invest in human rights and recognize human rights as values and goals unto themselves – not allowing them to be instrumentalized as a political tool.
And indeed, the integrity and credibility of this Council will only be enhanced by proceeding in a manner that avoids unbalanced treatment of Member States. 
Mr. President,
I say all of these things as the Secretary-General of the United Nations.  But my support for human rights goes deeper. 
It’s personal.
I grew up under the Salazar dictatorship in Portugal.  I did not know democracy until I was twenty-four years old.
I came of age seeing how the denial of not just civil and political rights – but also social, cultural and economic rights – corroded every aspect of society.
It condemned many to a life of poverty.
It triggered mass migration.  Portuguese couldn’t vote through the ballot box, so many voted with their feet.
And I saw the dictatorship oppressing not only its own citizens, but also the people of the African colonies, including by waging wars for 13 long and bloody years.
And my passion for defending human rights has sprung both from the grassroots as a young man – and later from the top as Prime Minister leading a country in pursuit of human rights and dignity for all its citizens.
And it only grew stronger serving as High Commissioner for Refugees and witnessing the terrible consequences of ignoring – or blatantly trampling on – people’s fundamental rights and dignity.
Now, as Secretary-General, I see every day how the future of our world and the future of human rights go hand-in-hand.
Mr. President,
Our world is becoming more dangerous, less predictable, more chaotic.
New conflicts are multiplying.  Old ones never die.  And both are more and more interconnected with the threat of global terrorism and violent extremism. 
Again and again, we see violations of human rights as early and leading indicators of crisis. 
Again and again, we have seen human rights abuses play into the hands of extremists.
At the same time, violations of economic rights -- such as massive inequalities within and between States – are a growing source of social unrest. 
If we are to truly address these challenges, we must make prevention our priority, tackle root causes of conflict, and react earlier and more effectively in addressing human rights concerns. 
That is the lesson of so many conflicts and the driving force behind the Human Rights up Front initiative. 
We know that just as denial of human rights is part of the problem – the active promotion of human rights is part of the solution. 
And that means supporting Member States in building capacity -- strengthening states, institutions and civil society.
Perhaps the best prevention tool we have is the Universal Declaration of Human Rights – and the treaties that derive from it.
The rights set out in it identify many of the root causes of conflict, but equally they provide real world solutions through real change on the ground.
I look to the Human Rights Council to be fully engaged and help affect the change on the range of issues that require your attention in our troubled and turbulent world.
They include deliberate and systematic violations of international humanitarian law in a growing number of conflicts – and which this Council has done much to expose. 
We are increasingly seeing the perverse phenomenon of populism and extremism feeding off each other in a frenzy of growing racism, xenophobia, anti-Semitism, anti-Muslim hatred and other forms of intolerance. 
Minorities, indigenous communities and others face discriminations and abuse across the world.  And the same applies to members of the LGBTI community.
The rights of refugees and migrants are under attack.  Human trafficking is on the rise. 
And with so many people escaping war, the international community must not escape its responsibilities. 
We must do our utmost to re-establish the integrity of the international refugee protection regime. 
Our challenge here is not really about “sharing the burden”– it is about “sharing the responsibility”.  We have a collective responsibility embedded in the values we share and the Charter that defines us.
By the same measure, we must forcefully resist calls to reinstate torture.  Torture is cowardly, produces no usable information and shames every country that inflicts it. 
And similarly, let us work together to turn back efforts to reinstate capital punishment.   I say this as a citizen of a country that abolished the death penalty 150 years ago.
Mr. President,
We simply cannot achieve any of our goals without the full participation of women and girls.  Within the UN, I am committed to establish a clear road map with benchmarks to achieve gender parity across the system.  I will soon propose to the General Assembly ambitious new steps to help end sexual exploitation and abuse committed under the UN flag.
We must do far more around the world.  Hard fought gains on women's rights are  being chipped away – whether it is through a pushback on women’s reproductive rights or turning a blind eye to domestic violence or violently enforcing traditional gender roles. 
Let us say loud and clear:  women’s rights are human rights.
As we do so, I also make a special appeal for the rights of children.  Millions of children around the world are denied their rights. 
And children are the main victims of war and crises – the effects of which often last a lifetime.  More than half of the world’s refugees are children – perhaps the most defenceless people on earth. 
Let us act to protect children of all ages, ensure they know their rights, and can live and breathe those rights every day and everywhere. 
Mr. President,
Let us also recognize that we must do more to ensure equal attention to economic, social and cultural rights. 
The corpus of human rights is indivisible and interdependent.
We cannot pick and choose, emphasizing some and ignoring others. 
The 2030 Agenda provides an ideal platform to demonstrate our commitment to all human rights. 
As the High Commissioner has often pointed out, the right to development is at the core of the 2030 Agenda. 
The right to quality education, housing, food, water, equal access to employment – these and other economic and social rights can and must be realized.
As we work to promote all human rights, I want to express a final word of appreciation and admiration to those on the frontlines. 
To human rights defenders, I say:  thank you for your courage.  The United Nations is on your side.  And I am on your side.
I remind Member States of their responsibility to ensure that human rights defenders can operate without fear of intimidation. 
Human rights defenders must be able to freely participate in the Council and engage more broadly with the UN without fear of reprisal.  This is critical to our work and to the credibility of Member States.  
Journalists are an essential part of the checks and balances of any society.  They, too, must be guaranteed full protection in law and practice to do their vital work independently and without interference.
Mr. President,
Excellencies,
 
The struggle for human rights is at the heart a struggle to expand the horizons of the possible, to bring out the best of our selves and to unleash the best of our societies.
Human rights inspire.  Human rights transform.  Human rights drive progress and change the course of history. 
I am determined to raise the profile of human rights and to speak out whenever necessary. 
And I will do my utmost to defend the defenders. 
We will build a safer and more stable world for our children as we recognise the interconnections between peace, development and human rights. 
We will advance security by advancing dignity, justice, equality and the rule of law.
I thank the Human Rights Council for working to point the way.  Thank you very much.

*****
Monsieur le Président du Conseil des droits de l’homme,
Monsieur le Président de l’Assemblée générale,
Monsieur le Haut-Commissaire,
Excellences, distingués délégués, chers collègues et amis,
 
C’est pour moi un immense honneur de m’exprimer devant vous aujourd’hui.
Pendant 10 ans, j’ai été pour certains d’entre vous « l’autre Haut-Commissaire », celui du bout de la rue.
Et c’est un grand privilège que de vous retrouver pour la première fois en tant que Secrétaire général.
Je suis ici pour exprimer ma reconnaissance. Je suis aussi ici dans un contexte d’urgence.
Le mépris des droits de l’homme est une maladie, une maladie qui se propage partout, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest.
Une maladie que le Conseil des droits de l’homme doit contribuer à éradiquer.
Vous pouvez jouer un rôle crucial de prévention en détectant les signes avant-coureurs de possibles crises.
Les commissions d’enquête et les missions d’établissement des faits travaillent partout dans le monde pour faire la lumière sur des allégations de violations graves des droits de l’homme.
Les enquêtes et les recommandations des experts indépendants du Conseil apportent un éclairage sur les faits, permettent de renforcer la protection et informent les politiques.
Le Conseil coopère de plus en plus avec la société civile. Cette coopération est non seulement un appui formidable pour votre action, mais elle est aussi particulièrement cruciale à l’heure où le champ d’action de la société civile se restreint un peu partout.
Par ailleurs, l’examen périodique universel a permis de faire un bilan approfondi de la situation des droits de l’homme dans tous les pays du monde.
Si ses membres ont leurs divergences, ce Conseil est bâti sur une vision commune : défendre les droits de toutes les personnes et dans l’intérêt de tous les États.
Ce principe fait partie intégrante de tous les aspects des travaux de l’Organisation des Nations Unies. Nos trois piliers, à savoir la paix, le développement et les droits de l’homme, sont indissociables et se renforcent mutuellement.
Les droits de l’homme – droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels – ne doivent jamais être considérés comme un privilège ou « remis à plus tard », une fois que les objectifs de paix et de développement auront été atteints.
Les droits de l’homme font partie intégrante de tout ce que nous faisons et de tout ce que nous sommes.
C’est pourquoi nous devons les défendre de manière impartiale, sans jamais faire deux poids, deux mesures.
Nous devons investir dans les droits de l’homme et les reconnaître en tant que valeurs et objectifs propres, sans laisser personne les instrumentaliser à des fins politiques.
Et l’intégrité et la crédibilité de ce Conseil ne peuvent être que renforcées par un traitement équitable de tous les États Membres.
 
Monsieur le Président,
Je m’exprime en tant que Secrétaire général des Nations Unies, mais mon engagement pour les droits de l’homme ne tient pas seulement à ma fonction.
C’est un engagement personnel.
Ayant grandi au Portugal sous la dictature de Salazar, je n’ai connu la démocratie qu’à l’âge de 24 ans.
Je me suis construit en voyant de mes propres yeux comment le déni des droits civils et politiques – mais aussi des droits économiques, sociaux et culturels – mine une société dans toutes ses dimensions.
La privation des droits a jeté nombre de mes compatriotes dans la pauvreté.
Elle a provoqué une émigration de masse. Ne pouvant prendre le chemin des urnes, beaucoup de Portugais ont pris celui de l’exode.
J’ai vu la dictature opprimer non seulement ses propres citoyens, mais aussi les peuples de ses colonies africaines, en leur imposant notamment une guerre sanglante qui a duré 13 longues années.
Ma passion pour la cause des droits de l’homme est née de ce que j’ai vécu parmi les miens dans ma jeunesse, puis au plus haut niveau, comme Premier Ministre d’un pays qu’il fallait amener à garantir les droits de l’homme et à permettre à tous ses citoyens de vivre dans la dignité.
Ma passion n’a fait que croître lorsque, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, j’ai été témoin des atrocités qui surviennent quand les droits fondamentaux et la dignité des peuples sont dédaignés, voire ostensiblement bafoués.
Aujourd’hui, en tant que Secrétaire général, il m’est donné de voir au quotidien à quel point l’avenir du monde et celui des droits de l’homme sont indissociables.
Monsieur le Président,
Notre monde est de plus en plus dangereux, de moins en moins prévisible et de plus en plus chaotique.
De nouveaux conflits se font jour sans que les anciens disparaissent. Et tous sont de plus en plus étroitement liés à la menace que constituent le terrorisme mondial et l’extrémisme violent.
Nous ne cessons de constater de nouvelles violations des droits de l’homme, qui sont non seulement les signes avant-coureurs mais aussi l’un des principaux indicateurs des crises.
Nous ne cessons de constater que les atteintes aux droits fondamentaux font le jeu des extrémistes.
Dans le même temps, les violations des droits économiques – telles que les gigantesques inégalités observées dans les pays comme entre les États – créent de plus en plus de troubles sociaux.
Si nous voulons vraiment nous attaquer à ces problèmes, nous devons faire de la prévention notre priorité, éradiquer les causes profondes des conflits et de réagir plus rapidement et plus efficacement lorsque les droits de l’homme sont battus en brèche.
Tel est l’enseignement de nombreux conflits et l’idée qui sous-tend l’initiative Les droits avant tout.
Nous savons que si le déni des droits de l’homme fait partie du problème – la promotion active de ces droits fait partie de la solution.
Et il faut donc aider les États Membres à renforcer leurs capacités, c’est-à-dire à renforcer l’État, les institutions et la société civile.
Le meilleur outil de prévention dont nous disposons est peut-être la Déclaration universelle des droits de l’homme – et les traités qui en découlent.
La Déclaration couvre la plupart des causes profondes des conflits et la réalisation des droits qu’elle énonce apporterait une solution bien réelle grâce au changement concret opéré sur le terrain.
Je compte sur le Conseil des droits de l’homme pour s’engager sans réserve et contribuer à faire advenir le changement dans ses grands domaines d’action pour remédier aux maux qui troublent et agitent le monde.
Je pense notamment aux violations délibérées et systématiques du droit international humanitaire constatées dans un nombre croissant de conflits – violations sur lesquelles le Conseil a beaucoup contribué à jeter la lumière.
On voit prospérer le phénomène pervers du populisme et l’extrémisme, qui se nourrissent l’un l’autre sur fond de déferlante raciste, xénophobe, antisémite et islamophobe, entre autres formes d’intolérance.
Les minorités, les communautés autochtones et d’autres groupes sont en butte aux discriminations et aux exactions partout dans le monde. Et il en va de même pour les membres de la communauté LGBTI.
Les droits des réfugiés et des migrants sont gravement mis en cause. La traite des êtres humains gagne de l’importance. Et face à la multitude de personnes qui fuient la guerre, la communauté internationale ne doit pas se soustraire à ses responsabilités.
Nous devons faire tout notre possible pour rétablir le régime international de protection des réfugiés dans son intégrité.
Il ne s’agit pas tant de partager le fardeau que partager la responsabilité qui nous incombe à tous. Nous avons en effet une responsabilité collective, qui découle de nos valeurs communes et de la Charte qui définit ce que nous sommes.
De même, nous devons résister avec la plus grande fermeté à ceux qui souhaitent rétablir la torture. La torture est un acte de lâcheté qui ne permet pas d’obtenir des informations utilisables et jette l’opprobre sur tout pays qui la pratique.
Et nous devons également faire front contre les velléités de rétablissement de la peine capitale. Je dis cela en tant que citoyen d’un pays qui a aboli la peine de mort il y a 150 ans.
Monsieur le Président,
Nous ne pouvons tout simplement pas atteindre nos objectifs sans la pleine participation des femmes et des filles. À l’ONU, je suis résolu à établir une feuille de route claire et progressive et à parvenir ainsi à la parité des sexes dans l’ensemble du système. Je proposerai bientôt à l’Assemblée générale un train de mesures ambitieuses visant à mettre un terme à l’exploitation et aux abus sexuels commis par des individus servant sous le drapeau de l’Organisation.
Nous devons faire beaucoup plus, partout dans le monde. Chaque fois que l’on remet en cause des droits acquis par les femmes dans le domaine de la procréation, que l’on ferme les yeux sur des violences domestiques ou que l’on fait respecter, sous la contrainte, les rôles traditionnels dévolus à chaque sexe, on perd un peu du terrain gagné de haute lutte en matière de droits des femmes.
Disons-le haut et fort : les droits de la femme sont des droits de l’homme. En outre, je tiens à lancer un appel spécial en faveur des droits de l’enfant. Dans le monde, les droits de millions d’enfants sont bafoués.
Et les enfants sont les principales victimes des guerres et des crises, dont ils subissent souvent les effets jusqu’à la fin de leur vie. La moitié des réfugiés de la planète sont des enfants sans défense.
Mobilisons-nous pour protéger les enfants de tout âge et leur faire connaître leurs droits afin qu’ils se les approprient et en profitent à chaque instant.
 
Monsieur le Président,
Il nous faut également reconnaître que nous devons faire davantage pour que les droits économiques, sociaux et culturels soient défendus avec autant d’ardeur que les autres.
Les droits de l’homme sont indivisibles et interdépendants.
Nous ne pouvons pas faire de préférence, en défendre certains et en ignorer d’autres.
Le Programme 2030 constitue un cadre idéal pour montrer notre attachement à tous les droits de l’homme.
Comme l’a souvent souligné le Haut-Commissaire, le droit au développement est au cœur du Programme 2030.
Le droit à une éducation de qualité, au logement, à l’alimentation, à l’eau, à l’égalité d’accès à l’emploi. Ces droits économiques et sociaux, et d’autres encore, peuvent et doivent être réalisés.
Dans le cadre de notre démarche commune de promotion de tous les droits de l’homme, je tiens, avant de conclure, à témoigner ma reconnaissance et mon admiration à celles et ceux qui sont en première ligne.
À tous les défenseurs des droits de l'homme, je dis : merci de votre courage. L'Organisation des Nations Unies est avec vous. Et je suis avec vous.
Je rappelle aux États Membres qu’ils ont le devoir de faire en sorte que les défenseurs des droits de l'homme puissent mener leurs activités sans craindre l’intimidation.
Les défenseurs des droits de l'homme doivent également pouvoir participer librement aux travaux du Conseil et, plus généralement, collaborer avec l'ONU sans crainte de représailles. Il en va de la qualité de nos travaux et de la crédibilité des États Membres.
Les journalistes sont des contrepouvoirs indispensables à toute société. Ils doivent eux aussi être pleinement protégés en droit et en pratique de manière à pouvoir faire leur travail, un travail essentiel, en toute indépendance et sans ingérence.
 
Monsieur le Président,
Excellences,
Le combat en faveur des droits de l’homme n’est rien d’autre qu’un combat mené pour ouvrir le champ des possibles et faire ressortir le meilleur de nous-mêmes et de nos sociétés.
Les droits de l’homme sont une source d’inspiration. Ils sont une source de transformation. Ils sont le moteur du progrès et peuvent changer le cours de l’histoire.
Je suis déterminé à les faire mieux connaître et à les défendre aussi souvent et aussi longtemps que cela sera nécessaire.
Et je ferai tout ce que je peux pour défendre leurs défenseurs.
C’est en prenant acte des liens qui existent entre la paix, le développement et les droits de l’homme que nous pourrons construire un monde plus sûr et plus stable pour nos enfants.
Nous allons accroître la sécurité en œuvrant en faveur de la dignité, de la justice, de l’égalité et de l’état de droit.
Je remercie le Conseil des droits de l’homme de montrer la voie.  Merci beaucoup.