New York

28 November 2016

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on Central African Republic (scroll down for French)

The Secretary-General is deeply concerned over renewed violence last week in the Central African Republic. Two armed groups, both factions of the ex-Séléka - the Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) and the Union pour la paix en Centrafrique (UPC) - have clashed in Bria, Haute Kotto prefecture, with dozens reportedly killed and wounded and over 11,000 persons displaced.  Many of the victims are reportedly civilians. A large number appear to have been targeted based on their ethnicity.

The Secretary-General recalls that the recent Brussels conference on CAR underlined the willingness of the international community to support the country on its path towards recovery and stability.  For this to happen it is important that the right circumstances prevail.  Accordingly, he calls for the armed groups to immediately stop the violence and genuinely commit to ongoing efforts to address the root causes of the conflict including through the implementation of the disarmament, demobilization and reintegration programme recently approved in Bangui.

The Secretary-General hopes that the extraordinary summit meeting of Heads of State of the Economic Community of Central African States, expected to be held in Libreville on 30 November, will reinforce the efforts undertaken by the Government of the CAR and President Touadéra to consolidate peace and place the country on a path of recovery and stability.

* * *
Le Secrétaire général est profondément préoccupé par le regain de violence survenu la semaine dernière en République centrafricaine. Deux groupes armés, factions de l’ex-Séléka, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), se sont affrontés à Bria, dans la préfecture de la Haute Kotto. Des dizaines de personnes auraient été tuées et blessées et plus de 11,000 seraient déplacées. Un grand nombre de victimes seraient des civils et beaucoup semblent avoir été ciblées sur des bases ethniques.

Le Secrétaire général rappelle que la récente conférence de Bruxelles sur la RCA a souligné la volonté de la communauté internationale de soutenir le pays sur son chemin vers le relèvement et la stabilité. Pour ce faire, il est important que toutes les conditions soient remplies. Ainsi, il enjoint aux groupes armés de cesser immédiatement les violences et de s’engager de bonne foi dans les efforts en cours visant à traiter les causes profondes du conflit, notamment par la mise en œuvre du programme de désarmement, démobilisation et réintégration récemment approuvé à Bangui.

Le Secrétaire général espère que la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), prévue à Libreville le 30 novembre, permettra de renforcer les efforts entrepris par le Gouvernement de la République centrafricaine et son Président Touadéra en vue de consolider la paix et d’engager le pays sur la voie du relèvement et de la stabilité.