New York

20 November 2016

Message on Africa Industrialization Day (scrolll down for French)

Over the last two decades, Africa’s combined Gross Domestic Product grew by an average of 4.7 per cent a year. Even though this slowed slightly in 2015 due to low commodity prices, tighter financing conditions and droughts, Africa is still among the world’s fastest growing regions.

Africa is also a youthful continent, with a median age just below 20. To realize the vision of the African Union’s Agenda 2063 of “a prosperous Africa based on inclusive growth and sustainable development”, the continent must create millions of new, high-productivity jobs every year.

Accelerating industrialization and expanding productive capacity and value addition is critical to sustaining Africa’s economic growth. That is why the 2030 Agenda for Sustainable Development has a dedicated goal – SDG 9 – on industry, innovation and infrastructure with a focus on sustainability and resilience. Research shows that not only are manufacturing and industry important job creators, they also have a positive multiplier effect. Every job in manufacturing is estimated to create at least two more jobs in other sectors.

For this year’s Africa Industrialization Day, we are raising awareness of the importance of mobilizing financing for inclusive and sustainable industrialization. To accomplish this, African nations need to embrace transformative policies that will encourage the growth of the private sector, facilitate entrepreneurial initiatives, increase investment and generate durable partnerships. Investors need to see the benefits of financing the region’s programmes, projects, businesses and human resources.

Advancing Africa’s economic competitiveness, creating shared prosperity and safeguarding the continent’s environment will require a strong and stable business environment based on good governance and the rule of law that is conducive to domestic and foreign investments. In addition, the countries of Africa will need to pursue greater regional integration. And, to make these efforts lasting and far-reaching, Africa will need to be fully integrated into the global economy through fair and open trade. These are the keys to fulfilling the pledge of the 2030 Agenda to leave no one behind.

On this year’s Africa Industrialization Day, let us focus on financing for the engines of development as a way of realizing the full potential of all the continent’s people, especially women and youth, so they may look forward to a future of peace, dignity and prosperity on a healthy planet.

*****

Au cours des vingt dernières années, l’Afrique a enregistré un taux de croissance global du produit intérieur brut de 4,7 % en moyenne par an. Même si ce taux a légèrement baissé en 2015 à cause de la faiblesse des cours des produits de base, des conditions de financement plus restrictives et de la sècheresse, le continent fait toujours partie des régions dont les taux de croissance sont les plus élevés.

L’Afrique est également un continent jeune, l’âge médian de la population étant tout juste inférieur à 20 ans. Pour réaliser le projet de l’Agenda 2063 de l’Union africaine pour une « Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement durable », le continent doit créer chaque année des millions d’emplois à haute productivité.
Si l’on veut maintenir la croissance économique de l’Afrique, il faut absolument accélérer l’industrialisation et élargir la capacité de production et la création de valeur ajoutée. C’est pourquoi le Programme de développement durable à l’horizon 2030 consacre spécialement un objectif (l’objectif no 9) à l’industrie, l’innovation et l’infrastructure, un accent particulier étant mis sur la viabilité et la résilience. Il ressort des travaux de recherche que l’industrie manufacturière non seulement est un important créateur d’emplois mais elle a aussi un effet multiplicateur positif. Tout emploi dans ce secteur crée au moins deux emplois dans d’autres secteurs.

Cette année, à l’occasion de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique, nous voulons faire mieux prendre conscience de l’importance que revêt la mobilisation des ressources nécessaires au financement d’une industrialisation durable qui profite à tous. Pour ce faire, les pays africains doivent adopter des politiques de transformation qui favoriseront la croissance du secteur privé, faciliteront les initiatives de création d’entreprises, augmenteront les investissements et établiront des partenariats durables. Les investisseurs doivent voir quels sont les avantages qu’ils auront à financer les programmes, projets, entreprises et ressources humaines de la région.

Pour promouvoir la compétitivité économique de l’Afrique, créer une prospérité partagée et préserver l’environnement du continent, il faut instaurer un climat à la fois stable et dynamique, fondé sur la bonne gouvernance et l’état de droit, propre à encourager les investisseurs nationaux et étrangers. En outre, les pays d’Afrique devront s’employer à renforcer l’intégration régionale. Et pour que ces efforts soient d’une grande portée et soient durables, l’Afrique devra être pleinement intégrée dans l’économie mondiale grâce au commerce équitable et ouvert. C’est seulement ainsi que pourra être honoré l’engagement qui a été pris dans le Programme 2030 de ne laisser personne à la traîne.