New York

02 November 2016

Secretary-General's message on the International Day to End Impunity for Crimes against Journalists [scroll down for French version]

Attacks on journalists violate the human rights of individuals and undermine freedom of information and expression across societies. Impunity, which makes this terrible situation worse, is rampant. Of the 827 documented killings of journalists over the past decade, the information at hand shows that only 8 percent of perpetrators were held to account. 

I pay tribute to the courage of all media personnel who put their lives on the line for the sake of truth. And I call for immediate action to secure justice in cases where journalists were attacked, harassed or killed.

The United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) is mobilizing all partners to implement the United Nations Plan of Action on the Safety of Journalists and the Issue of Impunity. Success hinges on cooperation to create a culture of freedom of expression, where those who restrict the work of journalists are sanctioned and all who attack them are punished.

Toward this end, I call on all countries to mark the International Day to End Impunity for Crimes against Journalists with concrete actions to ensure that all media personnel are guaranteed the space they need to operate free from any form of harassment or intimidation. In this way, we will strengthen public access to information, which is key to the Sustainable Development Goals. Informed participation in decision-making by all advances sustainable development, building resilient, stable and just societies.

Commemorative activities will be held in a variety of places around the world, including Myanmar, which will officially mark the Day for the first time as part of its transition toward democracy with discussions at the Annual Media Development Conference. In the Russian Federation, UNESCO is teaming up with the Russian Union of Journalists to examine prevailing conditions, honour those who have lost their lives and raise awareness about ending impunity. In Pakistan, UNESCO is joining with officials in a discussion focused on strengthening the safety of journalists. In Tanzania, UNESCO is working with officials to hold a workshop commemorating the Day.

I urge all countries to observe this Day, especially where journalists are under threat. Let us resolve to do all we can to contribute to a safer environment for journalists and a freer society for all. 

*****
Les attaques perpétrées contre des journalistes constituent une violation des droits de l’homme et portent atteinte à la liberté d’information et d’expression dans toutes les sociétés. L’impunité, qui aggrave cette terrible situation, règne à l’état endémique. Selon les informations disponibles, sur les 827 meurtres de journalistes établis au cours de la décennie écoulée, 8 % seulement des auteurs ont répondu de leurs actes.

Je m’incline devant le courage de tous les journalistes qui mettent leur vie en danger pour faire triompher la vérité et je demande que des mesures immédiates soient prises pour rendre justice à ceux d’entre eux qui ont été attaqués, harcelés ou tués.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) s’attache actuellement à mobiliser l’ensemble des partenaires pour mettre en œuvre le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité. Le succès de cette entreprise repose sur une coopération à même de créer une culture de la liberté d’expression en vertu de laquelle ceux qui entravent l’exercice par les journalistes de leur métier sont sanctionnés et tous ceux qui s’en prennent à eux sont punis.

À cette fin, j’invite tous les pays à célébrer la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes afin de garantir à tous les professionnels des médias l’espace dont ils ont besoin pour travailler sans être soumis à quelque forme de harcèlement ou d’intimidation que ce soit. De la sorte, nous renforcerons l’accès public à l’information, qui est la clef de la réalisation de des objectifs de développement durables. La participation de tous, de façon éclairée, à la prise de décisions fait progresser le développement durable en ce qu’elle contribue à bâtir des sociétés résilientes, stables et justes.

Des activités commémoratives sont prévues à travers le monde, notamment au Myanmar, qui fêtera officiellement la Journée pour la première fois dans le cadre de sa transition vers la démocratie par des discussions qui se dérouleront à l’occasion de la Conférence annuelle sur le développement des médias. En Fédération de Russie, l’UNESCO s’associera à l’Union des journalistes russes pour examiner la situation actuelle, honorer ceux qui ont perdu la vie et sensibiliser à l’importance de mettre fin à l’impunité. Au Pakistan, l’UNESCO coopère avec des représentants des pouvoirs publics dans le cadre de pourparlers sur le renforcement de la sécurité des journalistes. En Tanzanie, elle collabore avec les autorités pour organiser un séminaire commémorant la Journée.

J’exhorte tous les pays, en particulier ceux où les journalistes sont menacés, à célébrer cette journée. Engageons-nous à tout faire pour contribuer à l’instauration d’un climat plus sain pour les journalistes et à l’édification d’une société plus libre pour tous.