New York

24 October 2016

Secretary-General's message on United Nations Day [scroll down for French version]

This year’s observance of United Nations Day occurs at a time of transition for the world and for the United Nations.

Humanity has entered the era of sustainability – with a global commitment to fulfil the great promise of the 2030 Agenda for Sustainable Development.  In this, the Organization’s 71st year, we have 17 goals to propel us towards a better future for all on a healthy planet. 

The world is also moving at long last beyond the mindset which viewed the burning of fossil fuels as the path to prosperity.  At a time of record heat, Member States have embraced the Paris Agreement on climate change in record time.  This landmark measure will enter into force on 
4 November.  Across that historic threshold lies our best chance for greener, cleaner, low-carbon growth.

The United Nations is also in transition, from its eighth Secretary-General to the ninth.  I have been honoured to serve “we the peoples” for the past ten years.  Together, we have put in place some solid foundations for shared progress – which we must build on by working even harder to empower women, engage youth and uphold human rights for all.  But we have also suffered enormous heartbreak -- including unresolved conflicts causing immense suffering throughout the troubled Middle East, South Sudan, the Sahel and beyond.  On these and other frontlines of violence and disaster, courageous UN staff continue to rise to the occasion and respond to the plight of the vulnerable.
 
I thank people across the world for their support -- and urge all to give their full backing to Secretary-General-designate Antonio Guterres in continuing our global mission of peace, sustainable development and human rights.

*****

Cette année, la Journée des Nations Unies tombe à un moment de transition pour le monde et l’Organisation des Nations Unies.

L’humanité est entrée dans l’ère du développement durable depuis que les dirigeants du monde se sont engagés à tenir l’ambitieuse promesse que constitue le Programme de développement durable à l’horizon 2030. L’Organisation entre dans sa soixante et onzième année en ayant en point de mire 17 objectifs qui doivent nous emmener vers un avenir meilleur pour tous sur une planète préservée. 

Le monde est aussi en passe d’abandonner enfin l’idée que les combustibles fossiles sont la clef de la prospérité. Alors que les températures sont plus élevées que jamais, les États Membres n’ont pas perdu de temps pour faire leur l’Accord de Paris sur les changements climatiques, qui entrera en vigueur le 4 novembre. Cet événement nous offre la meilleure chance que nous ayons jamais eue de parvenir à une croissance plus verte, plus propre et qui émette peu de carbone.

L’Organisation des Nations Unies se trouve elle aussi en pleine transition entre son huitième et neuvième secrétaire général. Ce fut pour moi un honneur de servir les « peuples des Nations Unies » ces 10 dernières années. Ensemble, nous avons mis en place les conditions d’un progrès partagé. C’est sur ces bases solides que nous pourrons œuvrer avec encore plus d’ardeur à donner des moyens d’action aux femmes, à mobiliser les jeunes et à promouvoir les droits de l’homme pour tous. Dans le même temps, il y a eu beaucoup à déplorer, en particulier les conflits non réglés qui sèment le malheur dans les régions du Moyen-Orient en proie à des troubles, au Soudan du Sud, dans la région du Sahel et ailleurs. Dans ces régions comme dans toutes celles qui sont en butte à la violence et à des catastrophes, le personnel des Nations Unies continue de se montrer à la hauteur des circonstances et de répondre à la détresse des plus vulnérables avec le plus grand courage.

Je remercie les peuples du monde entier de m’avoir apporté leur soutien et je les exhorte à faire de même avec mon successeur, Antonio Guterres, pour l’aider à poursuivre notre mission universelle au service de la paix, du développement durable et des droits de l’homme.