New York

26 September 2016

Secretary-General's message on the International Day for the Total Elimination of Nuclear Weapons [scroll down for French version]

Nuclear disarmament is one of the founding principles of the United Nations. It was the objective of the first General Assembly resolution.  Disarmament is in our DNA.

I have been proud to advance the goal of a world free of nuclear weapons. In 2008, I launched a Five Point Proposal on Nuclear Disarmament to spur Member States to greater action.  In the years since, I have done my utmost to convince States of the urgency of this task.
 
As we scan the global horizon, we face growing nuclear dangers. Progress in multilateral nuclear disarmament has come to a standstill. 
Tens of billions of dollars have been pledged to maintain and upgrade nuclear weapon systems.
One country – the Democratic People’s Republic of Korea – has repeatedly defied the norm against nuclear testing and the will of the international community in the reckless pursuit of nuclear and ballistic missile capabilities.
Sadly, many countries continue to include nuclear deterrence in their security doctrines. But recent developments have shown that nuclear weapons do not ensure peace and security.  Rather, their development and possession has become a major source of international tension.
Meanwhile, we see growing divisions on the future of multilateral nuclear disarmament. The next review cycle of the Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons begins in 2017. The world cannot afford another round of inaction.
There are many paths to a world free of nuclear weapons. What matters is that all States act now, without delay, to fulfil their disarmament and non-proliferation commitments.
 
Let us pledge to work for the total elimination of nuclear weapons with urgency
and a sense of collective purpose.  Our very survival depends upon it.
 
#####
 
Le désarmement nucléaire est l’un des principes fondateurs de l’Organisation des Nations Unies. Il était l’objectif visé par la première résolution de l’Assemblée générale. Le désarmement est dans nos gènes.
 
Je suis fier d’avoir contribué aux progrès sur la voie d’un monde exempt d’armes nucléaires. En 2008, j’ai lancé une proposition en cinq points sur le désarmement nucléaire pour inciter les États Membres à agir davantage. Depuis lors, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour convaincre les États de l’urgence de cette tâche.
 
Lorsque nous regardons autour de nous, nous voyons que nous faisons face à des dangers nucléaires croissants. Le désarmement nucléaire multilatéral est au point mort.
 
Des dizaines de milliards de dollars sont consacrés à l’entretien et à l’amélioration de systèmes d’armes nucléaires.
 
Un pays – la République populaire démocratique de Corée – ne cesse de défier les interdictions d’essais nucléaires et la volonté de la communauté internationale, persistant à se doter de capacités nucléaires et de missiles balistiques.
 
Malheureusement, de nombreux pays conservent la dissuasion nucléaire dans leur doctrine de sécurité. Or, les événements récents ont montré que les armes nucléaires ne contribuaient pas à la paix et à la sécurité, au contraire : leur mise au point et leur possession est devenue une source majeure de tension internationale.
 
Dans le même temps, nous voyons apparaître des dissensions croissantes sur l’avenir du désarmement nucléaire multilatéral. Le prochain cycle d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires commence en 2017. Le monde ne peut se permettre un nouveau cycle d’inaction.
 
De nombreuses voies peuvent mener à un monde exempt d’armes nucléaires. Ce qui compte, c’est que tous les États agissent maintenant, sans tarder, et honorent leurs engagements en matière de désarmement et de non-prolifération.
 
Engageons-nous à œuvrer à l’élimination totale des armes nucléaires, de toute urgence et pour le bien commun. Notre survie même en dépend.