Libreville, Gabon

21 July 2016

Secretary-General's message for the inauguration of the new premises of the United Nations Regional Office for Central Africa [scroll down for French version] [delivered by Under-Secretary-General for Political Affairs, Mr. Jeffrey Feltman]

I am pleased to convey my greetings to all those gathered for the inauguration of the new premises of the United Nations Regional Office for Central Africa (UNOCA). I thank the Government of the Gabonese Republic for its hospitality, generosity and contribution to regional peace and stability.

Established only five years ago, UNOCA has proven its usefulness in addressing the peace and security challenges facing the sub-region of Central Africa.  I am grateful to the Governments of Central African countries for supporting the strengthening of the Office and recognizing the utility of early warning and early political action as major tools for conflict prevention.

In its report last year, the High-level Independent Panel on Peace Operations noted that regional offices serve as forward platforms for preventive diplomacy and mediation.  One of the main pillars of UNOCA’s mandate is to support regional and sub-regional initiatives on peace and security. This includes cooperating with sub-regional organizations, in particular the Economic Community of Central African States (ECCAS), the Economic and Monetary Community of Central Africa (CEMAC), the Gulf of Guinea Commission, the Lake Chad Basin Commission and other key partners.

UNOCA and the ECCAS Secretariat recently signed a revised Memorandum of Understanding, which defines the operational framework of cooperation, collaboration and interaction for action in various fields ranging from conflict prevention and resolution to counter-terrorism to assistance with regard to electoral processes.

As the Governments of the sub-region continue to address the challenges facing Central Africa -- including terrorism, the presence of armed groups, illicit trafficking in wildlife, maritime insecurity and piracy and human rights issues -- you can count on the partnership and full support of  UNOCA, the Department of Political Affairs, and the United Nations system.

*****

Je suis heureux de saluer l’assistance réunie pour l’inauguration des nouveaux locaux du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA). Je remercie le Gouvernement de la République gabonaise de son hospitalité, de sa générosité et de sa contribution à la paix et à la stabilité régionales.

Créé il y a cinq ans seulement, le Bureau régional a fait la preuve de son utilité au regard des problèmes de paix et de sécurité que connaît l’Afrique centrale. Je suis reconnaissant aux gouvernements de la sous-région pour leur soutien  au renforcement de ce Bureau, conscients de l’importance  de la prévention des conflits, et de la nécessite d’ avoir des dispositifs d’alerte et d’action  rapide sur le plan politique.

Dans son rapport de l’année dernière, le Groupe indépendant de haut niveau chargé d’étudier les opérations de paix a noté que les bureaux régionaux servaient de relais pour la diplomatie préventive et la médiation. L’une des principales missions de L’ONUCAest d’appuyer les initiatives régionales et sous-régionales en matière de paix et de sécurité. À cet effet, il doit notamment coopérer avec des organisations sous-régionales comme la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), la Commission du golfe de Guinée et la Commission du bassin du lac Tchad, ainsi qu’avec d’autres partenaires importants.

L’ONUCA et le secrétariat de la CEEAC ont signé récemment un mémorandum d’accord révisé définissant le cadre opérationnel de leur coopération  collaboration dans divers domaines allant de la prévention, du règlement des conflits à la lutte contre le terrorisme, en passant par l’assistance électorale.

À l’heure où les gouvernements d’Afrique centrale continuent de se mobiliser pour régler des problèmes aussi graves que le terrorisme, la présence de groupes armés, le trafic des espèces sauvages, l’insécurité maritime et la piraterie et les atteintes aux droits de l’homme, ils peuvent compter sur le partenariat et le soutien de l’ONUCA, le Département des affaires politiques et l’ensemble du système des Nations Unies.