New York

27 June 2016

Statement attributable to the Spokesman of the Secretary-General on Central African Republic [scroll down for French version]

The Secretary-General condemns the killing of a peacekeeper from the Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) on 24 June in Bangui. The peacekeeper was shot dead by unidentified armed men in circumstances that are still unclear.

The Secretary-General offers his sincere condolences to the family of the fallen peacekeeper and to the Government of Senegal.

The Secretary-General expresses concern about recent security trends in the country, including in Bangui. He calls on President Faustin-Archange Touadéra, the Central African Government and all relevant actors to continue pursuing a comprehensive process to achieve the disarmament of the armed groups in a spirit of national reconciliation and inclusiveness.

The Secretary-General reiterates that attacks against those who are working towards peace and security in the Central African Republic are unacceptable. He calls on the Government to ensure that the circumstances of the crime are fully investigated and that the perpetrators are brought to justice.
**********

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur République centrafricaine

Le Secrétaire général condamne le meurtre d’un casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine, survenu le 24 juin à Bangui. Le casque bleu a été tué par balle par des hommes armés non identifiés dans des circonstances encore non élucidées.

Le Secrétaire général présente ses sincères condoléances à la famille de la victime et au Gouvernement du Sénégal.

Le Secrétaire général exprime sa préoccupation concernant l’évolution récente de la situation sécuritaire dans le pays, notamment à Bangui. Il appelle le Président Faustin-Archange Touadéra, le Gouvernement centrafricain et tous les acteurs pertinents à continuer de poursuivre un processus inclusif pour la mise en œuvre du désarmement des groupes armés dans un esprit de réconciliation nationale et d’intégration.

Le Secrétaire général réitère que les attaques contre ceux qui travaillent pour la paix et la sécurité en République centrafricaine sont inacceptables. Il appelle le Gouvernement à s’assurer qu’une enquête complète sur les circonstances du crime soit conduite et que les auteurs soient traduits en justice.