New York

26 June 2016

Secretary-General's message on the International Day Against Drug abuse and Illicit Trafficking [Scroll down for French version]

Today is the first International Day Against Drug Abuse and Illicit Trafficking since the adoption last year of the Sustainable Development Goals.  Goal 3 calls on countries to strengthen the prevention and treatment of narcotic drug abuse, end AIDS and combat hepatitis.  Goal 16 is designed to help to build peaceful, just and inclusive societies and institutions that can address illicit drugs, crime, corruption and terrorism.

The Sustainable Development Goals also informed the deliberations of the UN General Assembly Special Session on the World Drug Problem in April.  They support the founding principle of the International Drug Control Conventions, which is to ensure the health and well-being of humankind.  This requires a balance between interrupting drug supply and preventing and treating the harmful impact of drugs on people’s health.

Addressing the world drug problem demands a considered and unified response by Governments.  The illicit trade in drugs fosters transnational organized crime networks, systemic corruption and widespread violence.  It is also a major public health menace.  Millions of people are directly affected, especially the poor, vulnerable women and children, and those living in fragile communities. 

The challenges posed by the world drug problem require a global response that is simultaneously effective, compassionate and humane.  At the April Special Session on the World Drug Problem, tangible progress was made in promoting alternatives to incarceration, fortifying human rights commitments, strengthening the focus on illicit financial proceeds, and tackling corruption.  On this International Day Against Drug Abuse and Illicit Trafficking, I call on countries and communities to continue to improve the lives of everyone blighted by drug abuse by integrating security and public safety with a heightened focus on health, human rights, and sustainable development.

*******

Nous célébrons aujourd’hui la première Journée internationale de la lutte contre l’abus et le trafic de drogues depuis l’adoption, l’an dernier, des objectifs de développement durable. L’objectif 3 vise à renforcer la prévention et le traitement de l’abus de substances psychoactives, mettre fin à l’épidémie de sida et combattre l’hépatite. L’objectif 16 consiste à promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques, justes et inclusives et d’institutions qui soient en mesure de lutter contre les drogues illicites, la criminalité, la corruption et le terrorisme.
Les objectifs de développement durable ont également été pris en compte lors des délibérations de la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le problème mondial de la drogue, qui s’est tenue en avril. Ces objectifs valident le principe fondateur des conventions internationales relatives au contrôle des drogues, qui est d’assurer la santé et le bien-être de l’humanité. Pour ce faire, un juste équilibre entre la suppression de l’offre de drogues et la prévention et le traitement des effets néfastes des drogues sur la santé doit être trouvé.
Face au problème mondial de la drogue, les gouvernements doivent mener une action concertée et réfléchie. Le commerce illicite de drogues favorise les réseaux de criminalité transnationale organisée, la corruption systémique et la violence généralisée. Il représente également une grave menace pour la santé publique. Des millions de personnes sont directement touchées, en particulier les pauvres, les femmes et les enfants vulnérables et les personnes vivant dans des communautés précaires.
Les défis posés par le problème mondial de la drogue exigent une riposte internationale qui soit à la fois efficace, bienveillante et humaine. Lors de la session extraordinaire d’avril sur le problème mondial de la drogue, des progrès concrets ont été accomplis en ce qui concerne la promotion de mesures de substitution à l’incarcération, le renforcement des engagements en faveur des droits de l’homme, l’importance accordée à la répression des gains financiers illicites et la lutte contre la corruption. En cette Journée internationale de la lutte contre l’abus et le trafic de drogues, j’appelle les pays et les collectivités à continuer d’améliorer l’existence de tous ceux qui sont touchés par le fléau de la drogue, en privilégiant la sûreté et la sécurité publique tout en mettant davantage l’accent sur la santé, les droits de l’homme et le développement durable.