Bangui, Central African Republic

09 June 2016

Secretary-General's message to 42nd Ministerial Meeting of the UN Standing Advisory Committee on Security Questions in Central Africa (UNSAC) [delivered by Mr. Abdoulaye Bathily, Special Representative of the Secretary-General for Central Africa and Head

I thank the Government and people of the Central African Republic for hosting the 42nd ministerial meeting of the United Nations Standing Advisory Committee on Security Questions in Central Africa, and I wish every success to the Central African presidency.  I would like to thank Gabon for presiding over the previous meeting of UNSAC.

It is fitting that the meeting be held here, in Bangui, following the peaceful conclusion of the political transition.  Allow me to congratulate the Government and people of the Central African Republic on reaching this important milestone.  I would like to pay tribute to the significant role played by the region in support of the restoration of constitutional order in the country.  I encourage all to maintain focus on measures aimed at securing a lasting peace in the Central African Republic, including in the context of UNSAC.

I remain concerned about electoral-related tensions in the Central Africa sub-region, which have led, in some instances, to violence.  This undermines ongoing work to consolidate stability, development and democracy and the necessary work of integration across the region.  I call on leaders and all citizens to work in good faith towards the peaceful resolution of these disputes in a manner that promotes dialogue and that is in accordance with legal frameworks, democratic norms and the broader aspirations of the electorate.

The sub-region remains beset by a number of security challenges, including the attacks carried out by Boko Haram These have led to serious humanitarian, human rights and socio-economic consequences.  The United Nations therefore supports the development of a holistic approach to the fight against Boko Haram that also addresses root causes.  I urge continued support to the Multi-National Joint Task Force.  I welcome the recent holding of the Second Regional Security Summit in Abuja and I encourage leaders of West and Central African States to maintain a collective focus and a common approach on this issue.

I commend recent progress in the fight against the Lord’s Resistance Army.  I urge all stakeholders to remain engaged politically, financially and militarily, including by addressing humanitarian challenges in LRA-affected areas.  It is equally critical that international partners sustain their support to the AU Regional Task Force.  In this regard, I welcome the recent holding of the meeting of the Joint Coordination Mechanism.

I commend the collective efforts of ECCAS and ECOWAS to implement the decisions of the Yaoundé Summit regarding maritime security in the Gulf of Guinea, including the operationalization of the Interregional Coordination Centre and the Regional Coordination Centre for Maritime Security in Central Africa.  I urge Member States to fully operationalize these centres and ensure their effective functioning and the full implementation of the maritime security strategy, in line with the statement by the President of the Security Council, issued on 25 April 2016.

Poaching and illicit wildlife trafficking in Central Africa continue to contribute to the financing and operations of armed groups and other transnational criminal networks.  They rob the sub-region of its environmental heritage and a valuable natural resource.  I call on Member States of the sub-region, working with ECCAS, to fully implement country-specific programmes in conjunction with a cross-border strategy to address this threat.

In these and other initiatives to promote stability in the sub-region, the United Nations Regional Office for Central Africa and my Special Representative will continue to support your efforts in collaboration with the relevant United Nations entities in the area.

I wish you a productive meeting.

*****

Je remercie le gouvernement et le peuple centrafricains d’accueillir la 42ème réunion interministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale et je souhaite plein succès à la présidence centrafricaine. Je tiens également à remercier la République gabonaise qui a présidé la précédente réunion du Comité.

Il est tout à fait opportun que la réunion se déroule ici, à Bangui, suite à la conclusion pacifique de la transition politique. Je félicite le gouvernement et le peuple centrafricains d’avoir franchi cette étape importante. Je souhaite saluer le rôle essentiel joué par la région pour rétablir l’ordre constitutionnel en République centrafricaine. J’encourage tous les acteurs concernés à continuer à mettre l’accent sur les mesures visant à parvenir à une paix durable en République centrafricaine, y compris dans le cadre du Comité.

Je demeure préoccupé par les tensions liées aux élections dans la sous-région de l’Afrique centrale, et qui ont parfois donné lieu à des actes de violence. Ces évènements compromettent les initiatives en cours visant à consolider la stabilité, le développement et la démocratie ainsi que les efforts d’intégration nécessaires dans l’ensemble de la région. J’appelle les dirigeants et les citoyens à œuvrer en toute bonne foi afin de parvenir à un règlement pacifique de ces différends, d’une manière qui soit propice au dialogue et conforme aux cadres juridiques, aux normes démocratiques et aux aspirations plus vastes de l’électorat.

La sous-région reste en proie à de nombreux défis sécuritaires, notamment les attaques menées par Boko Haram. Ces attaques ont de graves conséquences dans les domaines humanitaire, des droits de l’homme et socioéconomique. Par conséquent, l’Organisation des Nations Unies appuie l’élaboration d’une approche globale pour lutter contre Boko Haram qui s’attaquerait aux causes profondes de cette menace. J’appelle à un soutien continu à la Force multinationale mixte. Je me félicite de la récente tenue, à Abuja, du second Sommet régional sur la sécurité et j’encourage les dirigeants d’Afrique centrale et de l’ouest à poursuivre leur collaboration ainsi qu’une ligne de conduite commune face à ce fléau.

Je me félicite des progrès récemment accomplis dans la lutte contre l’Armée de résistance du Seigneur. J’appelle instamment toutes les parties prenantes à maintenir leur engagement politique, financier et militaire, notamment en s’attaquant aux besoins humanitaires dans les zones où sévit l’ARS. Il est également essentiel que les partenaires internationaux continuent de soutenir la Force régionale d’intervention de l’Union africaine. Je me félicite à cet égard de la tenue récente d’une réunion du Mécanisme conjoint de coordination.

Je salue les efforts concertés de la CEEAC et de la CEDEAO pour mettre en œuvre les décisions du Sommet de Yaoundé concernant la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, notamment l’opérationnalisation du Centre interrégional de coordination et du Centre régional de sécurisation maritime de l’Afrique centrale. J’encourage vivement les États membres à rendre ces centres pleinement opérationnels et à veiller à leur bon fonctionnement ainsi qu’à la mise en œuvre intégrale de la stratégie de sécurité maritime, conformément à la déclaration du Président du Conseil de sécurité publiée le 25 avril 2016.

Le braconnage et le trafic illicite d’espèces sauvages en Afrique centrale continuent de contribuer au financement et aux activités des groupes armés et des autres réseaux criminels transnationaux. Ils privent la sous-région de son patrimoine environnemental et de précieuses ressources naturelles. J’appelle les États membres de la sous-région, en collaboration avec la CEEAC, à mettre pleinement en œuvre des programmes nationaux spécifiques ainsi qu’une stratégie transfrontière pour faire face à cette menace.

Dans le cadre de cette initiative et de toutes celles qui visent à promouvoir la stabilité dans la sous-région, le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale et mon Représentant spécial continueront d’appuyer vos efforts en collaboration avec les entités du système des Nations Unies pertinentes dans la région.

Je vous souhaite plein succès dans vos travaux.