New York

03 May 2016

Secretary-General's message on World Press Freedom Day [scroll down for French version]

Human rights, democratic societies and sustainable development depend on the free flow of information.  And the right to information depends on press freedom.  Each year, we observe World Press Freedom Day to emphasize these fundamental principles, to protect the independence of the media and to honour media workers who risk and have lost their lives in the exercise of their profession.

This year, World Press Freedom Day coincides with three important milestones.  It is the 250th anniversary of the world’s first freedom of information law, covering both modern-day Sweden and Finland, and it is the 25th anniversary of the adoption of the Windhoek Declaration of press freedom principles.  Finally, 2016 is also the first year of implementing the Sustainable Development Goals.

Press freedom and the free flow of information are necessary not only to inform citizens about the Goals, but to enable them to hold their leaders accountable for fulfilling the pledges they have made.  The media – including, and increasingly, new online media -- serve as our eyes and ears.  We all benefit from the information they provide.

A free, independent and safe media environment is essential.  Yet, all too often, journalists are threatened, harassed, obstructed or even killed in the pursuit of information.  Many languish in detention, some in appalling conditions, for shedding light on governance failures, corporate malfeasance or societal problems.

I am very concerned about the increasingly restrictive environment for media workers in many countries.  Constraints on freedom of expression place shackles on progress itself.  On this World Press Freedom Day, I urge all Governments, politicians, businesses and citizens to commit to nurturing and protecting an independent, free media.  Without this fundamental right, people are less free and less empowered.  With it, we can work together for a world of dignity and opportunity for all.

*****

Les droits de l’homme, les sociétés démocratiques et le développement durable sont tributaires de la libre circulation des informations et le droit à l’information est fonction de la liberté de la presse. Nous célébrons chaque année la Journée mondiale de la liberté de la presse afin de mettre en lumière ces principes fondamentaux, de protéger l’indépendance des médias et de rendre hommage aux  professionnels des médias qui risquent ou qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.
Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse coïncide avec trois grands événements : le 250e anniversaire de la première loi relative à la liberté d’information au monde, dont le champ d’application englobait la Suède et la Finlande actuelles; le 25e anniversaire de l’adoption de la Déclaration de Windhoek sur les principes de la liberté de la presse; et la mise en application des objectifs de développement durable.
La liberté de la presse et la libre circulation des informations sont essentielles non seulement pour informer les citoyens sur les objectifs de développement durable, mais aussi pour leur permettre de faire tenir leurs promesses à leurs dirigeants. Les médias, y compris les nouveaux médias en ligne, qui occupent une place de plus en plus importante, sont les yeux et les oreilles du monde entier : nous bénéficions tous des informations qu’ils diffusent.
Il importe que les médias soient libres, indépendants et puissent exercer en toute sécurité. Or, bien trop souvent, des journalistes sont menacés, harcelés, se heurtent à des obstacles ou sont même tués dans leur quête d’informations. De nombreux autres croupissent en détention, certains dans des conditions déplorables, pour avoir fait la lumière sur des failles de gouvernements, des malversations d’entreprises  ou des problèmes de société. 
Je suis très préoccupé par les restrictions de plus en plus grandes auxquelles font face les professionnels de médias dans de nombreux pays, les restrictions à la liberté d’expression empêchant le progrès. En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, j’exhorte tous les gouvernements, politiciens, entreprises et citoyens à promouvoir et à protéger l’indépendance et la liberté des médias. Sans ce droit fondamental, la population est moins libre et moins autonome, mais avec, nous pourrons construire ensemble un monde digne et offrant des possibilités à tous.