New York

18 March 2016

Secretary-General's message at Francophonie Event [Delivered by Mr. Edmond Mulet, Chef de Cabinet]

Excellences,

Mesdames et messieurs,

Je me réjouis d’être ici aujourd’hui pour célébrer avec vous la Journée internationale de la Francophonie.

L’Organisation internationale de la Francophonie et ses membres sont des partenaires importants des Nations Unies. Nous saluons sa défense de principes chers à nos deux organisations, notamment la diversité linguistique et culturelle et le dialogue. Nous sommes également unis dans la poursuite de buts communs, tels que la prévention et la résolution des conflits, ainsi que la promotion du développement et de la démocratie.

Le thème de cette journée, « le pouvoir des mots » résonne plus fort que jamais dans notre monde troublé. Dans de nombreux contextes, la langue française est un vecteur de paix, de coopération, et de réconciliation, et ce au-delà des frontières.

L’éducation, la culture, la promotion du développement économique et social durable et de l’emploi, en particulier celui des femmes et des jeunes, ainsi que la lutte contre les menaces transfrontalières sont des problématiques sur lesquelles nos deux organisations collaborent étroitement.

Je me réjouis de la détermination de la Francophonie à prendre part à la mise en place de mon Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent, un mal pernicieux qui frappe de nombreux pays francophones, en particulier en Afrique centrale, du nord et de l’ouest. Le terrorisme ne pourra être combattu que si nous résolvons les causes profondes de la radicalisation.

Je salue l’action de la Francophonie sur la question de la migration qui touche en particulier les pays européens et africains. Cette tragédie met en exergue notre obligation morale d’agir ensemble pour protéger la dignité et les droits des migrants. Ce sont encore là des valeurs qui unissent nos deux organisations.

Je salue également l’engagement de la Francophonie en matière de développement durable, y compris le renforcement des capacités et des compétences professionnelles dans les pays francophones, et ses efforts pour mobiliser les financements et investissements nécessaires. Nos efforts conjugués nous permettront d’atteindre un objectif commun à nos deux organisations : une mondialisation maîtrisée et juste qui profite à tous.

Je remercie également la France et les pays francophones de s’être réunis à Paris en décembre dernier pour adopter un accord historique sur les changements climatiques. Les États Membres doivent à présent traduire cette réalisation en mesures concrètes pour construire une planète plus saine et un avenir plus vivable pour tous.

Les Nations Unies continueront aussi à travailler avec la Francophonie pour promouvoir la présence de la langue française et des francophones au sein de l’Organisation. Nous sommes reconnaissants aux pays francophones pour leurs contributions, en police et en troupes, ainsi qu’aux opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Excellences,
Mesdames et messieurs,

Les Nations Unies sont fières de leur partenariat avec la Francophonie, une organisation dont nous célébrons la richesse, la diversité et l’ouverture sur le monde.

Je vous remercie.