New York

28 April 2015

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on pre-election violence in Burundi [scroll down for French]

The Secretary-General condemns the outbreak of violence in Burundi following the nomination of President Pierre Nkurunziza as the presidential candidate of the ruling National Council for the Defense of Democracy–Forces for the Defense of Democracy (CNDD-FDD) party. He calls on the Burundian authorities to conduct a prompt investigation into the deaths that occurred during the recent demonstrations so that those responsible are held accountable.

The Secretary-General has dispatched his Special Envoy for the Great Lakes Region, Said Djinnit to Burundi for consultations with President Nkurunziza and other Government authorities, political party leaders and members of the diplomatic community. He calls on the Burundian authorities to uphold the human rights of all Burundians, including the freedom of assembly, association and expression. He calls on the security services to remain impartial and exercise restraint in responding to public demonstrations. He urges all parties to reject violence and avoid using inflammatory language or hate speech that could further increase tensions.

The Secretary-General appeals to Burundians to safeguard the hard won gains made in consolidating peace and democracy and urges them to resolve their differences through dialogue. He reiterates the commitment of the United Nations to support peaceful, credible and inclusive elections.

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur la violence pré-électorale au Burundi

Le Secrétaire général condamne la vague de violence au Burundi suite à la nomination du Président Pierre Nkurunziza comme candidat présidentiel du parti au pouvoir, le Conseil National pour la Défense de la Démocratie – Forces pour la Défense de la Démocratie (CNDD-FDD). Il demande aux autorités burundaises de mener une enquête immédiate sur les décès survenus au cours des récentes manifestations, afin que les responsables rendent des comptes.

Le Secrétaire général a dépêché son Envoyé Spécial pour la Région des Grands Lacs, Said Djinnit, au Burundi pour des consultations avec le Président Nkurunziza et d’autres autorités gouvernementales, les dirigeants de partis politiques et les membres de la communauté diplomatique. Il invite les autorités burundaises à faire respecter les droits de l'Homme de tous les Burundais, y compris la liberté de réunion, d’association et d'expression. Il demande aux services de sécurité de rester impartiaux et de faire preuve de retenue face aux manifestations publiques. Il exhorte toutes les parties à rejeter la violence et à éviter d'utiliser un langage incendiaire ou de haine qui pourrait accroître davantage les tensions.

Le Secrétaire général lance un appel aux Burundais pour qu’ils sauvegardent les acquis durement gagnés dans la consolidation de la paix et de la démocratie, et les exhorte à régler leurs différends par le dialogue. Il réitère l'engagement de l'ONU à soutenir des élections pacifiques, crédibles et inclusives.