New York

20 February 2015

Secretary-General's Message for World Day of Social Justice [scroll down for French version]

World Day of Social Justice comes at a pivotal moment for people and our planet.  Around the world, there is a rising call to secure a life of dignity for all with equal rights and respect for the diverse voices of the world’s peoples.  At the core of this movement lies the need for social justice.

This year’s commemoration focuses on the scourge of human trafficking and the plight of approximately 21 million women, men and children in various forms of modern slavery.  New instruments such as the ILO Protocol and Recommendation on forced labour and human trafficking are helping to strengthen global efforts to punish perpetrators and end impunity.  We must continue to do more.  We simply cannot achieve development for all if we leave behind those who are socially and economically exploited.

In this crucial year for global development, as Member States work to craft a post-2015 agenda and a new set of sustainable development goals, let us do our utmost to eradicate all forms of human exploitation.  Let us strive to build a world of social justice where all people can live and work in freedom, dignity and equality.

*****

Message publié à l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale


La Journée mondiale de la justice sociale arrive à un moment charnière pour les peuples du monde et notre planète. Dans le monde entier, les appels visant à ce que tous puissent vivre dans la dignité en jouissant de droits égaux et dans le respect de la diversité des peuples se font de plus en plus pressants. Le besoin de justice sociale s’inscrit au cœur de ce mouvement.
Cette année, la célébration de la Journée verra l’accent mis sur le véritable fléau que représente la traite des personnes et sur le sort des quelque 21 millions de femmes, d’hommes et d’enfants qui sont soumis à diverses formes d’esclavage contemporain. De nouveaux instruments comme le Protocole et la Recommandation de l’OIT qui l’accompagnent concernant le travail forcé et la traite des personnes sont venus faciliter les efforts déployés à l’échelle mondiale pour punir les coupables et mettre un terme à l’impunité. Mais nous devons en faire plus. Le développement pour tous restera lettre morte si nous ne venons pas en aide à ceux qui sont exploités sur les plans social ou économique.
En cette année qui revêt une importance cruciale pour le développement mondial, puisque les États Membres doivent établir un programme pour l’après-2015 et arrêter un nouvel ensemble d’objectifs de développement durable, il est de notre devoir de faire tout ce qui est possible pour éradiquer toutes les formes d’exploitation des personnes et rendre possible l’avènement d’un monde caractérisé par la justice sociale, où tous puissent vivre et travailler dans la liberté, la dignité et l’égalité.