New York

26 September 2014

Secretary-General's remarks at Ministerial Meeting of the International Support Group for Lebanon [scroll down for French version]

Exactly one year after its establishment, and as demonstrated during the successful follow-up meetings held in Paris and Rome, the International Support Group for Lebanon continues to reflect the international community’s shared support for the unity which you, Mr. Prime Minister, have sought to sustain in Government and across the political divide in the face of exceptional challenges.

At a turbulent time for the region, Lebanon remains strongly committed to coexistence. The Lebanese Armed Forces, with the support of UNIFIL, are contributing to the maintenance of calm across the Blue Line and the implementation of Security Council resolution 1701. But they also face the growing spill-over of the Syrian crisis, including attacks and brutal acts of terrorism by extremist groups, which we condemn. .

The Lebanese Army and security forces have performed robustly, but there is an urgent need to increase their capabilities. I would like to acknowledge the latest pledge by the Kingdom of Saudi Arabia, and the contributions being made by Member States. The United Nations will continue to play its part, including through support for the Army’s five-year development plan, the Strategic Dialogue and cooperation in the field of counter-terrorism.

  Lebanon hosts the highest ratio per capita of refugees in the world. Over the past year, mechanisms have been put in place to ensure the efficient provision of assistance, including a multi-donor trust fund. Together we are working on a national response plan to complement the Government’s Roadmap for stabilization.  Lebanon, however, has received far less assistance than it needs. As long as the region is aflame and the war in Syria continues, the rights and safety of refugees in Lebanon must be respected in accordance with international humanitarian norms.  But the strains on Lebanon will remain immense and the burden it is bearing must be shared.

This Support Group warmly welcomed the formation of the present broad-based, inclusive Government in Lebanon.  Under your leadership, Mr. Prime Minister, it has wisely continued to pursue the policy of disassociation. That and the commitments contained in the Baabda Declaration remain essential to limit the impact on Lebanon of the war in Syria.

Lebanon’s ability to weather the storm requires the effective functioning of all of the institutions of the State.  It is now four months since President Sleiman’s term ended, and less than two months until Parliament’s term ends. I urge all of Lebanon’s leaders to engage in dialogue now and make the compromises essential for the election of a President without further delay. I hope this Group and other key friends of Lebanon will echo this message.

I am grateful to the participants in the International Support Group for its assistance. The international unity which this Group has demonstrated will remain crucial for Lebanon and the region. I hope Lebanon’s leaders will draw strength from the Group’s support to make the important decisions needed for the sake of the country and its people.

Thank you for your leadership.

*****

Allocution prononcée à la réunion ministérielle du Groupe international d’appui au Liban

Comme en attestent les réunions de suivi qui se sont tenues à Paris et Rome, exactement un an après sa création, le Groupe international d’appui au Liban continue de refléter l’importance que la communauté internationale attache collectivement à l’unité que vous, Monsieur le Premier Ministre, vous êtes efforcé de maintenir au Gouvernement et par-delà la ligne de démarcation politique, face à des difficultés exceptionnelles.
En cette période de turbulences régionales, le Liban demeure fermement attaché à la coexistence pacifique. Avec l’appui de la FINUL, l’armée libanaise contribue au maintien du calme sur la Ligne bleue et à l’application de la résolution 1701 du Conseil de sécurité. Mais elle doit faire face aux retombées de plus en plus marquées de la crise syrienne, notamment sous la forme de terrorisme et d’extrémisme, ainsi qu’à des atteintes à l’intégrité territoriale du pays et des attaques contre les institutions de l’État.
L’armée et les forces de sécurité libanaises s’acquittent de leurs tâches avec vigueur, mais il est urgent que leurs moyens soient renforcés. Je tiens à saluer la dernière annonce de contribution du Royaume d’Arabie saoudite, ainsi que les apports d’autres États Membres. L’ONU continuera de jouer son rôle, notamment dans le cadre du plan de développement quinquennal, du Dialogue stratégique et de la coopération dans le domaine de la lutte antiterroriste.
De tous les pays du monde, le Liban a le plus grand nombre de réfugiés par habitant. Au cours de l’année écoulée, des mécanismes ont été mis en place pour qu’une assistance efficace soit fournie; un fonds d’affectation spéciale multidonateur a notamment été créé. Ensemble, nous mettons au point un plan d’intervention national qui viendra compléter le programme de stabilisation du Gouvernement. Toutefois, l’aide que reçoit le Liban est très inférieure à ce dont il a besoin. Tant que la région est embrasée et que la guerre se poursuit en Syrie, les droits et la sécurité des personnes réfugiées au Liban doivent être respectés, conformément aux normes du droit international humanitaire. Mais le Liban continuera d’être mis à rude épreuve, et le fardeau qu’il supporte doit être partagé.
Le Groupe d’appui s’est félicité de la formation de l’actuel Gouvernement libanais, ouvert et largement représentatif. Sous votre leadership, Monsieur le Premier Ministre, ce gouvernement a judicieusement maintenu la politique de dissociation. Cette politique et les engagements exprimés dans la Déclaration de Baabda demeurent essentiels pour ce qui est de limiter les effets du conflit syrien sur le Liban.
Pour que le Liban résiste à la tempête, il faut que toutes les institutions de l’État fonctionnent bien. Il y a quatre mois maintenant que le mandat du Président Sleiman a pris fin, et il reste moins de deux mois jusqu’à la fin de l’actuelle législature. J’exhorte tous les dirigeants libanais à dialoguer et à faire les compromis nécessaires pour que l’élection du Président puisse avoir lieu sans plus de retard. J’espère que ce groupe, et les autres partenaires clefs du Liban, se feront l’écho de ce message.
Je sais gré au Groupe d’appui de l’assistance qu’il apporte. L’unité internationale qu’il met en évidence restera cruciale pour le Liban et la région. J’espère que les dirigeants libanais tireront de son soutien la force nécessaire pour prendre les décisions importantes dont le pays et le peuple libanais ont besoin.
Je vous remercie.