Bujumbura, Burundi

09 June 2010

Secretary-General's remarks to National Actors [delivered in French - please scroll down for English version]

Monsieur le Premier Vice-Président,

Mesdames et Messieurs les membres du Parlement,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les représentants des organisations religieuses, de la société civile et des médias,

Mesdames et Messieurs,

C'est un jour extraordinaire pour venir en Afrique.

Aujourd'hui, tous les yeux sont tournés vers le continent, qui accueille la Coupe du monde de football. Beaucoup de pays africains célèbrent un demi-siècle d'indépendance, comme le Burundi le fera dans deux ans?

Le Burundi lui-même est remarquablement avancé sur la voie de la paix. Je tiens à vous féliciter de ce que vous avez réussi à faire jusqu'à présent. Mais ces réussites sont avant tout le fruit de votre travail, le résultat d'un effort dirigé au niveau national et animé par la volonté d'en finir pour de bon avec un passé perturbé et d'instaurer la paix dans une région jusque-là instable. Je dois rendre un hommage particulier aux femmes burundaises pour le rôle qu'elles ont joué dans cette évolution et je me plais d'ailleurs à noter la présence dans cette assemblée de nombreuses associations féminines.

Ces succès pourtant auraient été impossibles si ne s'était instaurée entre le Burundi, les acteurs régionaux, l'Organisation des Nations Unies et la communauté internationale une collaboration concrète et soutenue.

Pour la première fois dans l'histoire de votre pays, des institutions élues démocratiquement seront parvenues au terme de leur mandat. Cela suffit à montrer le chemin que le pays a parcouru, et la longueur qu'il avait à parcourir.

Le point culminant de cette évolution a été marqué par les récentes élections communales, le premier tour des deuxièmes élections pacifiques et démocratiques que le pays ait connues. Je félicite tous ceux qui y ont participé, à savoir les partis et le peuple burundais.

C'est aux Burundais eux-mêmes qu'il incombe de veiller à ce que la consultation électorale reste libre, loyale, transparente et sans exclusive. J'applaudis à tout ce que vous avez fait pour le succès des élections et vous encourage vivement à régler vos différends, quels qu'ils soient, par les voies institutionnelles établies.

J'insiste sur le fait qu'il faut quand même que le processus soit ouvert à tous et que l'on s'incline devant le verdict démocratique des urnes.

Le Burundi est à la croisée des chemins.

Sur bien des plans, il a de grandes épreuves à surmonter : reconstruction; réconciliation; réforme; développement économique; lutte contre l'impunité; élections rendant possible le passage d'une administration démocratiquement élue à une autre.

Les Burundais sont impatients de toucher les dividendes de la paix.

Ils doivent pour cela faire tous preuve d'esprit de sacrifice et de volonté d'accommodement.

Travaillons ensemble à réaliser ces dividendes et faisons en sorte qu'ils soient définitivement acquis.

Mesdames et Messieurs,

Je constate aussi avec plaisir que tout en vous consacrant aux efforts que votre nation a entrepris, vous assumez votre rôle dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales en vous mettant à la disposition de l'AMISOM et des autres missions de maintien de la paix en Afrique. Je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances aux familles des soldats qui ont sacrifié leur vie à la cause de la paix en Somalie.

Je vous remercie encore de votre soutien.

L'Organisation des Nations Unies est, depuis longtemps, fortement présente dans votre pays. C'est pour elle un dossier important, qui figure à l'ordre du jour de la Commission de consolidation de la paix et du Conseil de sécurité, ainsi que dans le coeur et l'esprit de mes hauts responsables.

Nous resterons pour vous un bon partenaire et je vous invite, pour l'avenir de votre pays, à nouer des partenariats encore plus étroits et des relations effectives entre vous.

Je vous remercie.

*******

Your Excellency First-Vice President,

Honourable Members of Parliament,

Distinguished members of the Government,

Representatives of religious organizations, civil society and the media,

Ladies and Gentlemen.

It is wonderful to be visiting Africa at this time...

When all eyes are on the continent for its hosting of the World Cup...

When so many African countries are celebrating half a century of independence, as you will in two years....

And when Burundi itself has made such important progress in consolidating peace.

I would like to congratulate you on your achievements to date.

Above all, they are the product of your efforts -- nationally led, driven by a genuine desire for a definitive break with a turbulent past and for peace in what has been an unstable region. I would like to pay a special tribute to the strong role Burundi's women have played in this process -- and I am glad to see women's groups among the actors here today.

But these results would not have been possible without a sustained and effective partnership between Burundi, regional actors, the United Nations and the international community.

This is the first time in your country's history that democratically elected institutions will have completed their full term of office. That simple fact demonstrates how far the country has traveled, and how far it has had to travel.

These efforts culminated in the recent communal elections -- the first round of the second peaceful and democratic polls this country has known. I commend all involved: Burundi's parties, and the country's people.

It is the responsibility of all Burundians to ensure that the electoral process remains free, fair, transparent and inclusive. I congratulate you all on your important contribution to the conduct of the elections -- and strongly encourage you to resolve any disputes through established legal mechanisms.

I understand that some political parties may boycott the presidential polls scheduled for June 28th. I must underscore the importance of an inclusive process -- and of accepting the democratic will of the people as expressed through that process.

Burundi is at a crossroads.

It faces significant challenges in key sectors.

Recovery. Reconciliation. Reform. Economic development. An end to impunity. Successful elections that make possible a transition from one democratically elected administration to another.

The population yearns for these vital peace dividends.

Achieving them requires sacrifice and a spirit of compromise from all Burundians.

Let us work together to achieve them -- and let us make them irreversible.

Ladies and Gentleman,

I have also been pleased to note that even as you have focused on your national efforts, you are also doing your part for international peace and security through Burundi's contribution to AMISOM and other peacekeeping mission in Africa. I would like to express my deep condolences to the families of soldiers who have paid the ultimate price while working to bring peace to Somalia.

Thank you again for your support.

The United Nations has had a long and important presence in this country. Burundi figures prominently at the United Nations, on the agenda of the Peacebuilding Commission, of the Security Council, and in the hearts and minds of my senior officials..

Just as we will continue to be your good and close partner, I encourage you to pursue even closer partnerships with each other, and really engage with each other, for the sake of your country's future.

Thank you.