Port-au-Prince, Haiti

15 October 2016

Secretary-General''s joint press conference with provisional President Jocelerme Privert [scroll down for Q&A]

Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs,

Bonjou tout moun.

Je remercie son Excellence le Président provisoire Privert de son accueil.

Je suis venu en Haïti exprimer ma solidarité envers le peuple haïtien.

C’est une chose que de lire des descriptions de dégâts causés par l’ouragan. C’en est une autre de les voir par soi-même.

Aujourd’hui, aux Cayes, j’ai vu une dévastation absolue.

J’ai entendu de nombreuses victimes. J’ai ressenti leur douleur. Je comprends leurs frustrations, même leur colère.

Des familles déjà démunies ont tout perdu – leurs foyers, leurs cultures, leurs moyens de subsistance.

Je sais que ceux qui sont touchés peuvent se sentir seuls. Mais je suis allé aux Cayes pour dire haut et fort que l’ONU est avec vous. Je suis avec vous.

Haïti connaît sa plus grande catastrophe humanitaire depuis le tremblement de terre de 2010.

Nous avons lancé un appel éclair à hauteur de 120 millions de dollars.

J’exhorte tous les amis d’Haïti dans le monde entier à se manifester et à faire un don, à apporter à la population d’Haïti les ressources dont elle a désespérément besoin.

C’est une question de vie ou de mort.

L’ouragan a bouleversé les vies. Il a également perturbé les élections.

Je me félicite que le Conseil électoral provisoire ait annoncé de nouvelles dates pour la tenue des élections, dont le premier tour aura lieu le 20 novembre, cette année.

Ceci montre que le Gouvernement est résolu à rétablir l’ordre constitutionnel malgré les difficultés causées par l’ouragan.

Je tiens également à parler d’un autre défi crucial, rendu plus difficile encore par l’ouragan – la lutte contre le choléra.

Je déplore vivement les pertes en vies humaines et les souffrances. J’aurais voulu que cette catastrophe puisse être évitée. Je déplore vivement que l’épidémie continue, s’ajoutant à la misère causée par l’ouragan, qui a accru le risque de transmission de la maladie.

L’ONU intensifie ses actions contre le choléra.

Nous redoublons d’efforts pour contenir l’épidémie et pour que chacun ait accès à des systèmes d’eau potable, d’assainissement et de santé.

Nous sommes en train d’élaborer un programme d’assistance matérielle pour ceux qui sont le plus directement touchés par le choléra.

J’exhorte la communauté internationale à fournir un appui sur les deux fronts. Nous devons nous acquitter de notre devoir moral.

Mesdames et Messieurs,

Saisissant cette occasion, je condamne fermement toute attaque contre les convois humanitaires. Aujourd’hui, j’étais moi-même témoin d’une telle attaque aux Cayes où des camions du Programme alimentaire mondial (PAM), ont été attaqués devant la base de la MINUSTAH. Toute attaque contre un convoi humanitaire est une attaque contre ceux qui souffrent, contre ceux qui sont les plus nécessiteux. Je comprends l’impatience et la colère des populations qui attendent des secours d’urgence. Nous faisons tout notre possible pour ouvrir des routes et permettre à ces secours d’arriver le plus vite que possible. Mais quand des camions de médicaments sont attaqués et pillés, quand des vivres et de l’eau sont pillés, ceci ne peut qu’accroitre la détresse de tous et décourager l’aide internationale. Je vous en conjure&ampnbsp: laissez l’aide passer.

Mesdames et Messieurs,

Une fois encore, je vous assure de mon plein appui et de ma solidarité. Je n’oublierai jamais ce que j’ai entendu et vu aujourd’hui aux Cayes.

Et je travaillerai avec acharnement pour que le monde se souvienne – et agisse.

Mesi anpil. Merci beaucoup.

Q: [On the new approach to addressing cholera]

SG: As you remember, on 20 September, during the General Assembly session, I reported to the Members of the United Nations – considering the very sad and troubling situation where so many Haitians are still dying and suffering from cholera, the United Nations will take a new approach. I briefed the Member States about this new approach. I will come back and report to the General Assembly. And we are going to mobilize much resources and medical support to, first of all, prevent and stop this cholera epidemic. Then second, support the families of the victims. For that, I am going to establish a special trust fund and I am going to report as soon as possible to the Member States. It is important that the international community should support the Haitian people so that they will never suffer from this cholera epidemic. I am very much committed to do that.

Q: [On Hurricane Matthew and international assistance]

SG: I know that the world economic situation is not favorable and I know that there is donor fatigue by certain countries, but the current situation, the current disaster, which hit this country by Hurricane Matthew is beyond description. I saw for myself today – flying over Les Cayes, I saw hundreds, hundreds of houses destroyed, and even old trees. It swept whole villages. As the President said, more than 500 people have lost their lives and I met so many displaced people ­– young people, women, pregnant [women], and some sick people. It was heartbreaking. I am disappointed by the response of the international community. I sincerely hope, and I urge the major donors to [open] their warm helping hands. Thank you very much.
&ampnbsp