New York

26 September 2019

Note to Correspondents: Peacebuilding Commission Press Statement on the situation in Burkina Faso [scroll down for French]

The Peacebuilding Commission met on 26 September 2019 in New York in a high-level format to discuss the situation in Burkina Faso. The President of Burkina Faso, H.E Mr. Roch Marc Christian Kaboré, attended the high-level meeting and addressed the Commission. The meeting was chaired by H.E Mr. Iván Duque Márquez, President of the Republic of Colombia.
 
The members of the Peacebuilding Commission expressed deep concern over the deterioration of the security situation in Burkina Faso and condemned the numerous attacks by extremist groups targeting civilian populations and security and defense forces, as well as security incidents involving armed groups and inter-communal clashes. These activities could pose a serious threat to the stability of Burkina Faso, as well as to other countries of the Sahel and to neighboring countries in the West Africa subregion.
 
The members of the Commission reiterated their solidarity with the people and the Government of Burkina Faso and welcomed Government efforts to address the security situation and its humanitarian and socio-economic consequences, including through the National Social and Economic Development Plan (PNDES), the Program of support to local economies (PADEL) and the Emergency Program for the Sahel, Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS). They noted the pressure of security expenses on the Government budget and its impact on the social sectors. Many members welcomed efforts by communities that have developed peaceful mechanisms to address the causes and consequences of violence and recognized the central role women and youth play in contributing to social cohesion and community resilience.
 
Many members of the Commission expressed their support for bilateral and regional efforts to prevent and combat terrorism and insecurity and to restore social cohesion and stability in the affected regions of Burkina Faso, in the Sahel and the West African subregion. They welcomed the extraordinary Summit of Heads of States of the Economic Commission for West African States (ECOWAS) that took place on 14 September 2019 and noted  the decisions taken by Heads of States during this summit, including as regards its 2020-2024 Action Plan and the corresponding funding commitments and needs. They also welcomed the initiatives of the G5 Sahel intended to achieve security and development in the countries of the Sahel.
 
The members of the Commission discussed ongoing initiatives of the United Nations and international partners aimed at strengthening and accelerating support to the people and Government of Burkina Faso. They further discussed efforts under the leadership of the United Nations Secretary-General to adapt United Nations support on the ground to needs of the population, in line with the priorities of the Government of Burkina Faso. In this context, they welcomed the opening of UN offices in the most affected regions in order to be closer to the populations supported. They also welcomed the ongoing support of the Peacebuilding Fund to address critical priorities, particularly in the areas of social cohesion, the prevention and resolution of local conflicts, trust-building between Security Forces and the population, recognizing as well the specific focus on women and youth engagement in peacebuilding.
 
The Members of the Commission recognized the need to strengthen coordination and coherence among international partners in Burkina Faso. In this regard, they expressed support for the Prevention and Peacebuilding Assessment (PPBA) jointly conducted by the African Development Bank, the European Union, the United Nations and the World Bank under the leadership of the Government. They welcomed the Aide-Memoire that followed the July 2019 PPBA scoping mission and which outlines next steps and encouraged the Government and the PPBA partners to conclude the exercise and ensure that it fully takes into account gender and youth participation in peacebuilding initiatives, including those aimed at combatting terrorism and radicalism.
 
The members of the Commission encouraged Burkina Faso’s partners to prioritize their support to the Government in addressing the growing threats posed to the country and its population by extremist and other armed groups. In this regard, they called on the international community to fully support for the country’s Programme d’Urgence pour le Sahel, the Program of support to the local economies, and the Humanitarian Response Plan.
 
In agreement with the Government, the Commission stands ready to convene the partners of Burkina Faso once the PPBA has concluded, and to use such a meeting to advocate for additional support for the Government’s priority programs, to agree on ways to accelerate peacebuilding and sustaining peace efforts and to reinforce the coherence of interventions.

*******

La Commission de consolidation de la paix s'est réunie à haut niveau à New York le 26 septembre 2019 pour discuter de la situation au Burkina Faso. Le Président du Burkina Faso, S.E.M. Roch Marc Christian Kaboré, a participé à cette réunion et s'est adressé à la Commission. La réunion était présidée par S.E.M. Mr. Iván Duque Márquez, Président de la République de Colombie.

Les membres de la Commission de consolidation de la paix ont exprimé leur profonde préoccupation au vu de la détérioration de la sécurité dans certaines régions du Burkina Faso et ont condamné les nombreuses attaques perpétrées par des groupes extrémistes visant les populations civiles et les forces de sécurité et de défense, les incidents de sécurité impliquant des groupes armés ainsi que les affrontements intercommunautaires. Ces activités pourraient constituer une menace grave non seulement pour la stabilité du Burkina Faso, mais aussi pour d'autres pays du Sahel et des pays voisins de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest.

Les membres de la Commission ont réitéré leur solidarité avec le peuple et le gouvernement du Burkina Faso et se félicitent des efforts déployés par le Gouvernement pour répondre à la situation sécuritaire et à ses conséquences humanitaires et socio-économiques, notamment dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES), du Programme d’appui au développement des économies locales et du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS). Ils ont pris note de la pression exercée par les dépenses de sécurité sur le budget de l’Etat et l’incidence sur les secteurs sociaux. Beaucoup de membres se sont félicités des efforts déployés par les communautés qui ont mis en place des mécanismes pacifiques pour s'attaquer aux causes et aux conséquences de la violence ; ils ont reconnu le rôle central que jouent les femmes et les jeunes pour contribuer à la cohésion sociale et à la résilience des communautés.

Beaucoup de membres de la Commission ont réitéré leur soutien aux efforts bilatéraux et régionaux visant à prévenir et combattre le terrorisme et l'insécurité et à rétablir la cohésion sociale et la stabilité dans les régions affectées du Burkina Faso, dans la sous-région du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest. Ils se sont félicités du Sommet extraordinaire des Chefs d'État de la Commission économique pour l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui s'est tenu le 14 septembre 2019 à Ouagadougou et ont pris note des décisions prises par les Chefs d'État lors de ce sommet, notamment en ce qui concerne le Plan d’Action 2020-2024 ainsi que les engagements et besoins de financement y relatifs. Ils se sont aussi félicité des initiatives du G5 Sahel visant à assurer la sécurité et le développement des pays du Sahel.

Les membres de la Commission ont discuté les initiatives en cours au niveau des Nations Unies et des partenaires internationaux en vue de renforcer et d'accélérer l'appui fourni à la population et au Gouvernement du Burkina Faso. Ils ont également discuté les efforts déployés sous la direction du Secrétaire général de l'ONU visant à adapter l'appui de l'Organisation sur le terrain aux besoins de la population, conformément aux priorités du gouvernement du Burkina Faso. Dans ce contexte, ils se sont félicités de l'ouverture de bureaux des Nations Unies dans les régions du pays les plus affectées, et ce pour être plus proches des populations appuyées. Ils se sont également félicités du soutien continu du Fonds de consolidation de la paix pour répondre aux priorités essentielles, en particulier dans les domaines de la cohésion sociale, de la prévention et de la gestion des conflits locaux, de la consolidation de la confiance entre les forces de sécurité et la population, tout en reconnaissant la focalisation spécifique sur l’engagement des femmes et des jeunes dans la consolidation de la paix.
 
Les membres de la Commission ont reconnu la nécessité de renforcer la coordination et la cohérence entre les partenaires internationaux au Burkina Faso. À cet égard, ils ont exprimé leur soutien à l’exercice d’évaluation de la prévention et de la consolidation de la paix (EPCP) mené conjointement par la Banque africaine de développement, la Banque mondiale, les Nations Unies et l’Union européenne, sous la coordination du Gouvernement. Ils se sont félicités de l'aide-mémoire qui a été produit par la mission de cadrage de cet exercice d’évaluation en juillet 2019 et qui décrit les prochaines étapes. Ils ont encouragé le Gouvernement et les partenaires de l’EPCP à conclure l'exercice et à veiller à ce qu'il tienne pleinement compte de la parité hommes-femmes et de la participation des jeunes aux initiatives de consolidation de la paix, y compris celles visant à combattre le terrorisme et le radicalisme.
Des membres de la Commission ont encouragé les partenaires du Burkina Faso à accorder la priorité à leur soutien aux actions du Gouvernement visant à faire face aux menaces croissantes que font peser sur le pays et sa population les groupes extrémistes et autres groupes armés. À cet égard, ils ont demandé à la communauté internationale d’appuyer pleinement le Programme d’Urgence du pays pour le Sahel, le Programme d’appui au développement des économies locales et le Plan d’action humanitaire.

En accord avec le Gouvernement, la Commission est disposée à réunir les partenaires du Burkina Faso une fois l’exercice d’évaluation conclu et à utiliser cette réunion pour plaider en faveur d'un soutien supplémentaire aux programmes prioritaires du gouvernement, afin d'accélérer les efforts de prévention et de consolidation de la paix et renforcer la cohérence des interventions.