New York

26 September 2019

Note to Correspondents: Conclusions of the High-Level Ministerial Meeting on the Central African Republic [scroll down for French]

Summary of the Co-chairs

1.         On 26 September 2019, a High-Level Ministerial Meeting on the Central African Republic was held in the margins of the 74th ordinary session of the General Assembly of the United Nations. The meeting was co-chaired by the President of the Central African Republic, His Excellency Mr. Faustin Archange Touadéra, the Chairperson of the African Union Commission, His Excellency Mr. Moussa Faki Mahamat, the Secretary-General of the Economic Community of Central African States, His Excellency Mr. Ahmad Allam-Mi, in the presence of the Secretary-General of the United Nations, Mr. António Guterres, as well as Mrs. Federica Mogherini, High Representative of the European Union in charge of external relations. The countries of the region as facilitators of the Political Agreement for Peace and Reconciliation in the Central African Republic, the members of the United Nations Security Council, the members of the International Support Group on the Central African Republic and other partners also took part. The meeting was an opportunity for stakeholders to reaffirm their steadfast commitment to the peace and political processes in the Central African Republic.

2.         President Touadéra reiterated his commitment to peace and stability in the Central African Republic. He informed on the progress in the implementation of the peace agreement underlining challenges related to the cessation of hostilities and the operationalization of the special mixed security units. He recognized that the slow progress in materializing the units on the ground because of the lack of available funding amid resistance from the armed groups to disarm. Additionally, while welcoming the recent easing of the arms embargo, the President called for their full lifting in order to facilitate the ability of the State to build its armed and security forces.  He highlighted his Government’s efforts to advance its reform plans, including within the framework of the National Recovery and Peacebuilding Plan (RCPCA) and the Framework of Mutual Accountability (CEM-RCA). He emphasized progress with respect to disarmament, demobilization and reintegration, community violence reduction, security sector reform, deployment of defence and security forces, restoration of State authority, justice and reconciliation. He also stressed the importance of efforts to address socio-economic concerns of the Central African population. The President called on the international community to fully support to the presidential and legislative elections in late 2020 and early 2021, which are essential for consolidating the democratic order in the Central African Republic. Specifically, he requested an expanded electoral assistance mandate for MINUSCA. In this regard, participants expressed support for the upcoming elections. 

3.         Despite the notable progress achieved in the country since the signature of the signature of the Political Agreement for Peace and Reconciliation in the Central African Republic, participants expressed deep concern that armed groups continue to perpetrate violence against civilians, in violation of the peace agreement’s cessation of hostilities provision. They condemned attacks against civilians, peacekeepers and humanitarian workers, as well as ongoing human rights violations and violations of international humanitarian law. They also condemned the rise of incitement to ethnic and religious hatred and violence. Participants called upon the signatories to fully comply with their obligations under the peace agreement and stressed the need to establish sanctions measures and mechanisms that could be applied against non-compliant parties to the Peace Agreement pursuant to article 35, in that regard, they requested to utilize and strengthen the role of the neighbouring countries as facilitators of the peace agreement, as well as other relevant Member States and actors in the application of sanctions measures. 

4.         The participants highlighted that a durable peace could only be achieved through a comprehensive political process and full and inclusive national ownership of the peace agreement. The participants stressed that the implementation of the temporary security provisions of the peace agreement should be expedited in order to build confidence among parties of the conflict and to address challenges related to transhumance. 

5.         Participants emphasized that the Political Agreement for Peace and Reconciliation should remain the only framework for the peace process in the country. It should be transformed into a comprehensive process that enjoys broad popular support and legitimacy and which takes into account national and regional dimensions. For its success, participants emphasized the importance of the political role and the high-level commitment of the region, namely the neighbouring countries for the promotion of lasting peace and stability in the Central African Republic.  In that regard, they welcomed the reactivation of bilateral mixed commissions between the Central African Republic and Cameroon and the Republic of Congo. The participants underscored the importance of similar collaboration with other neighboring countries

6.         Participants emphasized that issues of priority for the Central African people – the greatest victims of the crisis – must be at the heart of the peace agreement and the international community’s efforts. To be sustainable, the peace agreement must also be accompanied by tangible peace dividends for the population, including critical investments in infrastructure, which would not only address the severe logistical challenges in the country but also strengthen the Government’s and MINUSCA’s mobility and ability to provide security and protect civilians. The participants insisted that the consolidation of peace in the country, and indeed the success of the peace agreement, will require commensurate efforts to address the lack of development with a view to reversing the marginalization of large swaths of the country. It would also facilitate the creation of a secure environment for the safe and unhindered delivery of humanitarian assistance. 

7.         Development actors must also play a central role in building and sustaining peace in the Central African Republic. Setting up inclusive institutions, building capacities to deliver services and investing in critical infrastructures are key to address popular grievances and to respond to the long-standing drivers of conflict in the Central African Republic. Collaboration with the World Bank, the European Union, the African Development Bank, and other development actors was stressed in this regard. Participants recognized that while this would not be an easy task, it remains critical for a genuine reconciliation process. 

8.         The need for closer linkages between the peace agreement and justice was highlighted. Participants recalled that one of the key demands of the Central African population at the Bangui Forum in 2015 and included in the road map of the African Initiative, was the call for accountability and justice. They emphasized the importance that transitional justice is embedded advanced expeditiously as part of the peace agreement, while ensuring accountability for grave crimes and to ensure an effective redress for victims and support for national reconciliation. Efforts should also be aimed at strengthening national justice and corrections institutions. 

9.         The effective implementation of the Central African peace agreement is also contingent upon security conditions conducive of dialogue. In that regard, emphasis was placed on the implementation of the comprehensive national security strategy that is aligned to the peace agreement, including rebuilding and deploying the national defense and security forces with the support of MINUSCA, the European Union Training Mission and other partners. 

10.       Participants welcomed progress to extend State authority throughout the country, including the deployment of all prefects, most sub-prefects and some magistrates as well as improving basic social services. It was recognised that within the framework of the National Recovery and Peacebuilding Plan and the Mutual Commitment Framework, the Government and partners have launched vital projects targeting basic social services. In this regard, the participants called on the partners to honour their commitments pledged during the Brussels’ Conference in November 2016.

11.       Concerning the elections scheduled to take place in 2020 and 2021, participants requested that MINUSCA be mandated to provide comprehensive electoral assistance, including good offices, technical advice, logistical assistance, security support and coordination of international assistance. Participants recognized the financial challenges facing the elections and encouraged efforts to actively support sourcing more secure funding. They called on the international community and donors to sustain adequate financial support to the upcoming elections. 

12.       To achieve all the objectives discussed, participants agreed that a shared vision and a stronger commitment is essential and to unify their efforts. The participants called for strengthened coordination and partnerships through the International Support Group and other mechanisms. They recognized that an inclusive, transparent and coherent approach between all partners is the only way forward.  

13.       Participants expressed gratitude to all troop- and police-contributing countries for their support to peace and stabilization efforts in the Central African Republic.  They also paid tribute to peacekeepers and humanitarian workers who have sacrificed their lives in the service of peace. They strongly condemned all attacks against peacekeepers and humanitarian workers and called on the Government to publicly condemn those attacks, and to identify and bring to justice the perpetrators and instigators of these crimes.

14.       In conclusion, participants highlighted that unified support to the Central African Republic is the key to achieving stability, not only in the country but also in the region. Participants also praised the commitment and ongoing efforts of the African Union Peace and Security Commissioner, Mr. Smail Chergui, and the Secretary General for Peace Operations, Mr. Jean-Pierre Lacroix, through their regular joint visits to the Central African Republic.
 

*****

Conclusions de la Réunion ministérielle de haut niveau sur la République centrafricaine


 
Résumé des Présidents

1.       Le 26 septembre 2019 s’est tenue une réunion ministérielle de haut niveau sur la République centrafricaine, en marge de la 74e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cette réunion était co-présidée par le Président de la République centrafricaine, son Excellence M. Faustin Archange Touadéra, le Président de la Commission de l’Union Afrique, son Excellence M. Moussa Faki Mahamat, le Secrétaire général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, son Excellence M. Ahmad Allam-Mi, en la présence du Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, ainsi que de Mme Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne. Les Ministres des pays de la région, représentant les facilitateurs de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, les membres du Conseil de sécurité de l’ONU, les membres du Groupe international de soutien sur la République centrafricaine et d’autres partenaires y ont également pris part. La réunion a été une occasion pour les principales parties prenantes de réaffirmer leur engagement continu au processus politique de paix en République centrafricaine.

2.       Le Président Touadéra a renouvelé son engagement pour le retour à la paix et à la stabilité en République centrafricaine. Il a mis en avant les efforts dans la mise en œuvre de l’accord de paix tout en soulignant les enjeux liés à la cessation des hostilités, à la mise en œuvre du Programme nationale de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (PNDDRR) et à la mise en place d'unités spéciales de sécurité mixtes. En outre, tout en se félicitant du récent assouplissement de l'embargo sur les armes, le Président a appelé à sa levée totale afin de permettre à l'État de renforcer ses forces de défense et de sécurité. Il a souligné les efforts de son Gouvernement pour faire avancer les réformes y compris dans le contexte du Plan de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA) et du Cadre d’Engagement Mutuel (CEM-RCA).  Il a mis l’accent sur les progrès accomplis en matière de désarmement, démobilisation et réintégration, la réduction des violences communautaires, la réforme du secteur de la sécurité, le déploiement des forces de défense et de sécurité, la restauration de l’autorité étatique, la justice et la réconciliation. Il a également souligné les efforts déployés pour répondre aux préoccupations socio-économiques de la population centrafricaine. Le Président a appelé la communauté internationale à soutenir pleinement les élections présidentielles et législatives prévues pour fin 2020 et début 2021 qui seront déterminantes dans la consolidation de la démocratie en République centrafricaine. Il a également demandé un mandat d'assistance électorale élargi pour la MINUSCA.A cet égard, les participants ont manifesté leur soutien en vue de ces élections.  

3.       Malgré les progrès notables accomplis dans le pays depuis la signature de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, les participants ont exprimé leurs profondes inquiétudes concernant la violence perpétrée par les groupes armés à l’encontre des civils en violation des dispositions de l’accord de paix relatives à la cessation des hostilités. Ils ont condamné les attaques contre les civils, les Casques bleus et les travailleurs humanitaires, ainsi que les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire perpétrées par les groupes armés. Ils ont également condamné la montée des discours incitant à la violence et à la haine ethnique et religieuse. Les participants ont appelé les signataires à s’acquitter pleinement de leurs obligations au titre de l’accord de paix et ont souligné la nécessite d’appliquer des mesures de sanctions à l’encontre des parties qui ne se conformeraient pas à l’accord de paix en vertu de l’article 35. Ils ont à cet égard, demandé à employer et à renforcer le rôle des pays voisins en tant que facilitateurs de l’accord de paix ainsi qu’à d’autres Etats Membres et acteurs pertinents dans l’application des mesures de sanctions.    

4.       Les participants ont souligné qu’une paix durable ne pourrait être réalisée qu’à travers un processus politique complet ainsi que par l’appropriation nationale pleine et inclusive de l’accord de paix. Les participants ont souligné que des avancements dans le désarmement et la démobilisation des groupes armés signataires et la mise en œuvre des dispositions de sécurité temporaires de l’accord de paix devaient être accélérés afin de renforcer la confiance entre les parties au conflit et de relever les défis liés à la transhumance.   

5.       Les participants ont souligné que l’Accord politique pour la paix et la réconciliation devrait demeurer le seul cadre du processus de paix dans le pays. Il devrait être reconverti en processus global bénéficiant d’un large soutien populaire et d’une légitimité qui prennent en considération les dimensions nationales et régionales. Afin d’assurer son succès, les participants ont mis en avant l’importance du rôle politique et de l’engagement de haut niveau de la région, à savoir les pays voisins, pour la promotion d’une paix et d’une stabilité durable en République centrafricaine. A cet égard, ils ont salué la réactivation de commissions bilatérales mixtes entre la République centrafricaine, le Cameroun et la République du Congo. Les participants ont souligné l’importance d’une collaboration similaire avec d’autres pays voisins.    

6.       Les participants ont souligné l’importance de placer la population centrafricaine  – au cœur du processus de paix et des efforts de la communauté internationale, notamment en s’assurant que ses préoccupations importantes soient prises en compte. Pour garantir sa durabilité, le processus de paix doit aussi être accompagné de bénéfices concrets pour la population, notamment à travers des investissements en infrastructures qui permettraient non seulement d’apporter une solution aux défis logistiques importants en renforçant la mobilité et les capacités du Gouvernement et de la MINUSCA pour une meilleure protection des civils. Les participants ont insisté sur le fait que la consolidation de la paix dans le pays, ainsi que le succès de l’accord de paix, nécessiteront des efforts considérables pour faire face au manque de développement et pour mettre fin à la marginalisation d’une grande partie du territoire du pays. Cela favoriserait aussi la mise en place d’un environnement sécurisé pour une fourniture sans obstacle de l’assistance humanitaire.

7.       Les acteurs dans le domaine du développement doivent également jouer un rôle central dans la construction et la pérennisation de la paix en République centrafricaine. La mise en place d’institutions inclusives, le renforcement des capacités pour la fourniture de service et les investissements dans les infrastructures sont essentiels pour répondre aux revendications de la population et s’attaquer aux causes profondes du conflit en République centrafricaine. La collaboration avec la Banque mondiale, l’Union européenne, la Banque africaine de développement et les autres acteurs du développement a été mise en avant à cet égard. Les participants ont reconnu que cette collaboration, bien que difficile à mettre en œuvre, demeure essentielle pour un véritable processus de réconciliation.

8.       Les participants ont mis en exergue l’importance d’un lien plus étroit entre le processus politique et la justice.  Ils ont rappelé que l’une des principales exigences de la population centrafricaine lors du Forum de Bangui en 2015, et reprise dans la Feuille de route de l’Initiative africaine, était son appel à la reddition des comptes et à la justice. Les participants ont souligné l’importance d’intégrer la justice transitionnelle dans le processus politique, tout en garantissant la fin de l’impunité pour les crimes graves, la réparation effective pour les victimes, ainsi que le soutien pour la réconciliation nationale. Les efforts devraient également viser à renforcer les institutions judiciaires et pénitentiaires.

9.       La mise en œuvre effective du processus de paix centrafricain est aussi subordonnée à des conditions sécuritaires qui soient favorables au dialogue. Il est essentiel que ces efforts soient complétés par une stratégie de sécurité nationale globale, également alignée sur l’accord de paix, comprenant la reconstruction et le déploiement des forces nationales de défense et de sécurité représentatives et inclusives avec le soutien de la MINUSCA et des autres partenaires. 

10.       Les participants ont salué les progrès réalisés en matière d’extension de l’autorité de l’État dans le pays, notamment à travers le déploiement de tous les préfets, de la plupart des sous-préfets et de nombreux magistrats, ainsi que l’amélioration des services sociaux de base, tout en soulignant la nécessité de poursuivre les efforts dans ce domaine. Il a été reconnu qu’à travers le RCPCA et le Cadre d’Engagement Mutuel, le Gouvernement et ses partenaires avaient lancé des projets vitaux relatifs aux services sociaux de base. A cet égard, les participants ont appelé les partenaires à honorer les engagements pris lors de la Conférence de Bruxelles en novembre 2016.

11.       Concernant les élections de 2020/21, les participants ont demandé que le mandat de l MINUSCA soit renforcé avec une assistance électorale globale comprenant des bons offices, des conseils techniques, une assistance logistique, un soutien sécuritaire et la coordination de l’assistance internationale. Les participants ont reconnu les enjeux financiers des élections de 2020/21 et ont encouragé les efforts visant à soutenir activement l’obtention de financements plus sûrs. Ils ont appelé la communauté internationale ainsi que les donateurs, à maintenir leur soutien financier aux prochaines élections.  

12.       Afin d’atteindre tous les objectifs évoqués, les participants se sont accordés sur la nécessité de partager une vision commune, de renforcer leurs engagements et de mettre en commun leurs efforts. Les participants ont appelé à renforcer la coordination et le partenariat à travers le Groupe international de soutien ainsi que les autres mécanismes notamment le Cadre d’Engagement Mutuel. Ils ont reconnu qu’une approche inclusive, transparente et cohérente entre tous les partenaires était le seul moyen pour avancer dans le processus.  

13.       Les participants ont exprimé leur gratitude aux pays contributeurs de troupes et de polices pour leur appui aux efforts de paix et de stabilisation en République centrafricaine. Ils ont aussi rendu hommage aux Casques bleus et aux travailleurs humanitaires ayant sacrifié leur vie au service de la paix. Ils ont rigoureusement condamné les attaques ciblant les Casques bleus et les travailleurs humanitaires et ont appelé le Gouvernement à condamner publiquement ces attaques et à identifier et traduire en justice les auteurs et les instigateurs de ces crimes.

14.       En conclusion, les participants ont souligné qu’un soutien unifié à la République centrafricaine et au processus de paix était la clé pour assurer la stabilité, non seulement dans ce pays mais aussi dans la région. Les participants ont également salué l’engagement et les efforts continus du Commissaire Paix et Sécurité de l’Union Africaine, M. Smail Chergui et du Secrétaire Général aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix à travers leurs visites conjointes régulières en République centrafricaine.