New York

27 September 2018

Note to Correspondents: Conclusions of the High-Level Ministerial Meeting on the Central African Republic [scroll down for French version]

1. On 27 September 2018, a High-Level Ministerial Meeting on the Central African Republic was held in the margins of the 73rd ordinary session of the General Assembly of the United Nations, co-chaired by the Secretary-General of the United Nations, Mr. António Guterres, the President of the Central African Republic, Mr. Faustin Archange Touadéra, the President of the African Union Commission, Mr. Moussa Faki Mahamat, and the Secretary-General of the Economic Community of Central African States, Mr. Ahmad Allam-Mi. The meeting was convened in partnership with the European Union and the World Bank. The members of the International Support Group on Central African Republic and other partners also participated. The meeting was an opportunity for key stakeholders to reaffirm their steadfast commitment to the Central African Republic and the ongoing peace process led by the Panel of facilitators for the African Initiative.
 
2. Président Touadéra renewed its commitment to bring peace and stability in the Central African Republic. He highlighted the efforts in the implementation of the reforms plan of the Government, including within the framework of the National Recovery and Peacebuilding Plan (RCPCA) and the Framework of Mutual Accountability (CEM-RCA). He emphasized on the progress in several areas, including the implementation of the disarmament, demobilization and reintegration pilot project, community violence reduction programmes, security sector reform and deployment of defence and security forces, restoration of State authority, justice and reconciliation. He also stressed the efforts to address socio-economic concerns of the Central African population. The President reiterated his full support to the African Initiative as the only framework for the dialogue and expressed his commitment to find a political solution with armed groups. In this regard, participants expressed support for President Touadéra’s efforts to bring about peace, national reconciliation and development in his country.
 
3. Despite the notable progress achieved in the country since the return to constitutional order, participants expressed deep concern over the violence in various parts of the country and its dire consequences on the population. They condemned attacks against civilians, peacekeepers and humanitarian workers, as well as ongoing human rights violations and violations of international humanitarian law. They also condemned the rise of incitement to ethnic and religious hatred and violence. Participants stressed that this must end. They highlighted that a durable peace could only be achieved through a comprehensive political process that addresses the root causes of the conflict, accountability, and the building of effective and inclusive State institutions.
 
4. Participants welcomed the noteworthy progress made by the Panel of facilitators for the African Initiative for peace and reconciliation in the Central African Republic. They emphasized that the African Initiative should remain the only framework for the peace process in the country. It should be transformed into a comprehensive process that enjoys broad popular support and legitimacy and which takes into account national and regional dimensions. The participants invited partners of the Central African Republic to integrate their contributions in the global political process and avoid the promotion of parallel initiatives. For its success, participants emphasized the importance of the political role and the high-level commitment of the region, namely the neighbouring countries, the Economic Community of Central African States, the International Conference on the Great Lakes Region, the African Union and the United Nations, for the promotion of lasting peace and stability in the Central African Republic. 
 
5. To this end, participants called for MINUSCA to play a greater political role in the peace process. In addition, beyond its ongoing technical, logistical and security support, MINUSCA will also increase its support to the African Initiative.
 
6. Participants also welcomed the Secretary-General’s decision to further align MINUSCA’s political and security strategies to the African Initiative, guaranteeing a more coherent peace process that connects local and national peace efforts with the ongoing efforts to advance disarmament, demobilization and reintegration, security sector reform, the fight against impunity and the restoration of State authority, while mainstreaming human rights.
 
7. Participants emphasized that issues of priority to the Central African people – the greatest victims of the crisis – must be at the heart of the peace process and the international community’s efforts. This could be done by placing their important concerns at the center of the peace process. To be sustainable, the peace process must also be accompanied by material benefits for the population, including critical investments in infrastructure, which would not only address the severe logistical challenges in the country but also strengthen the Government’s and MINUSCA’s mobility and ability to provide security and protect civilians. It would also facilitate the creation of a secure environment for the safe and unhindered delivery of humanitarian assistance.
 
8. Development actors must also play a central role in building and sustaining peace in the Central African Republic. Setting up inclusive institutions, building capacities to deliver services and investing in critical infrastructures are key to address popular grievances and to respond to the long-standing drivers of conflict in the Central African Republic. Collaboration with the World Bank, the European Union, the African Development Bank, and other development actors was stressed in this regard. Participants recognized that while this would not be an easy task, it remains critical for a genuine reconciliation process.
 
9. The need for closer linkages between the peace process and justice was highlighted. Participants recalled that one of the key demands of the Central African population at the Bangui Forum in 2015 and included in the road map of the African Initiative, was the call for accountability and justice. They emphasized the importance that transitional justice is embedded within the political process, while ensuring accountability for grave crimes and to ensure an effective redress for victims and support for national reconciliation. Efforts should also be aimed at strengthening national justice and corrections institutions.
 
10. The effective implementation of the Central African peace process is also contingent to security conditions conducive of dialogue. Hence, the participants encouraged MINUSCA to shift to a more dynamic posture to fully align its security capacities and its operational efficiency in support of the peace process, with due consideration to the Central African context and environment. It must be complemented by a comprehensive national security strategy that is equally aligned to the peace process, including rebuilding and deploying the national defense and security forces with the support of MINUSCA, the European Union Training Mission and other partners’ as recommended in the Secretary-General’s 15 May 2018 letter to the Security Council, and utilizing non-military United Nations’ capacities and strategies to address the manifestation of armed groups and self-defense militias.
 
11. Participants welcomed progress to extend State authority throughout the country, including the deployment of all prefects, most sub-prefects and many magistrates as well as improving basic social services. It was recognised that within the framework of the National Recovery and Peacebuilding Plan and the Mutual Commitment Framework, the Government and partners have launched vital projects targeting basic social services. In this regard, the participants called on the partners to honor their commitments pledged during the Brussels’ Conference in November 2016.
 
12. Concerning the 2020 elections, the participants recognized that peaceful elections are an opportunity to nurture democratic values and principles. While they are not an end state or a solution in its own right, the participants also recognized that they are an important step in the political process as well as an opportunity for nation-building and reconciliation. This would also demonstrate that the Central Africans themselves bear the responsibility for the stabilization of the country.
 
13. Participants recognized the financial challenges facing the African Initiative and encouraged efforts to actively support sourcing more secure funding. They called on Member States represented on the Panel of facilitators to reinforce their financial support to the African Initiative. They further called on the international community and donors to sustain adequate financial support to the political process. They also stressed the urgent need for further funding for humanitarian activities which remain largely underfunded.
 
14. To achieve all the objectives discussed, participants agreed that a shared vision and a stronger commitment is essential and to unify their efforts. The participants called for strengthened coordination and partnerships among the African Union, United Nations, ECCAS and all other partners through the International Support Group as well as in the in-country mechanism at Bangui level, including Security Council members active in the Central African Republic, should be strengthened. They recognized that an inclusive, transparent and coherent approach between all partners is the only way forward.  To this end, the United Nations and the African Union agreed to jointly nominate a Special Envoy to promote efforts to achieve success of the African Initiative in liaison with all the partners of the Central African Republic, including those from the region.
 
15. Participants expressed gratitude to all troop- and police-contributing countries for their support to peace and stabilization efforts in the Central African Republic.  They also paid tribute to peacekeepers and humanitarian workers who have sacrificed their lives in the service of peace. They strongly condemned the targeted and manipulated attacks against MINUSCA peacekeepers and against humanitarian workers and called on the Government to publicly condemn those attacks, and to identify and bring to justice the perpetrators and instigators of these crimes.
 
16. Participants welcomed the Action for Peacekeeping initiative and supported the Declaration of Shared Commitments of United Nations Peacekeeping Operations, which was endorsed by the Central African Government and nearly all participants. They recognized the need to advance political settlements and make peacekeeping operations more effective. Participants called on Member States to deliver on their commitments in the Central African Republic. In this regard, participants reiterated their steadfast support to MINUSCA, highlighting the importance of its support to and engagement in the peace process.
 
17. In conclusion, participants highlighted that a unified support to the Central African Republic and the peace process is the key to achieving stability, not only in the country but also in the region.
 
*****
1. Le 27 septembre 2018, s’est tenue une réunion ministérielle de haut niveau sur la République centrafricaine, en marge de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Cette réunion était co-présidée par le Secrétaire général des Nation Unies, M. António Guterres, le Président de la République centrafricaine, M. Faustin Archange Touadéra, le Président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki Mahamat, et le Secrétaire général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, M. Ahmad Allam-Mi. Elle était organisée en partenariat avec l’Union européenne et la Banque mondiale. Les membres du Groupe international de soutien sur la République centrafricaine et d’autres partenaires y ont également pris part. La réunion a été une occasion pour les principales parties prenantes de réaffirmer leur engagement continu à la République centrafricaine ainsi qu’au processus de paix actuellement conduit par le Panel des facilitateurs de l’Initiative africaine.
 
2. Le Président Touadéra a renouvelé son engagement pour le retour à la paix et à la stabilité en République centrafricaine. Il a mis en avant les efforts dans la mise en œuvre du plan de réformes du Gouvernement, notamment dans le cadre du Plan national de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA) et du Cadre d’engagement mutuel.  Le Président a souligné les avancées dans plusieurs domaines, notamment dans la mise en œuvre du projet pilote de désarment, démobilisation et réintégration, des programmes de réduction de violence communautaire, de la réforme du secteur de la sécurité et du déploiement des forces de défense et de sécurité, de la restauration de l’autorité de l’Etat, de la justice et de la réconciliation. Il a également rendu compte des efforts en cours pour répondre aux préoccupations socio-économiques de la population centrafricaine. Le Président a exprimé son plein soutien à l’Initiative africaine, seul cadre pour le dialogue et renouvelé son engagement dans la recherche d’une solution politique avec les groupes armés. A cet égard, les participants ont exprimé leur soutien aux efforts du Président Touadéra pour l’établissement d’une paix durable, la réconciliation nationale et le développement de son pays.
 
3. Malgré les progrès notables accomplis dans le pays depuis le retour à l’ordre constitutionnel, les participants ont exprimé leurs profondes inquiétudes concernant la violence dans de nombreuses parties du pays et ses conséquences désastreuses sur la population. Ils ont condamné les attaques contre les civils, les Casques bleus et les travailleurs humanitaires, ainsi que les violations en cours des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Ils ont également condamné la montée des discours incitant à la violence et à la haine ethnique et religieuse. Les participants ont insisté sur la nécessité d’y mettre un terme. Ils ont souligné qu’une paix durable ne pourrait être atteinte que par un processus politique global, traitant des causes profondes du conflit, des questions liées à la reddition des comptes, et favorisant l’établissement d’institutions étatiques efficaces et inclusives.
 
4. Les participants ont salué les progrès notables accomplis par le Panel des facilitateurs de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine. Ils ont souligné que l’Initiative africaine devait rester l’unique cadre pour le processus de paix dans le pays. Ils ont également souligné que l’Initiative devrait être transformée en un processus global recevant le soutien et la légitimé de la population et tenant compte des dimensions nationales et régionales. Les participants ont invité les partenaires de la République centrafricaine à intégrer leurs contributions au processus politique global et à éviter la promotion d’initiatives parallèles. Pour que son succès soit assuré, les participants ont mis l’accent sur l’importance du rôle politique et de l’engagement au plus haut niveau de la région, à savoir les pays voisins, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, l’Union africaine ainsi que les Nations Unies, afin de promouvoir une paix et une stabilité durable en République centrafricaine.
 
5. A cette fin, les participants ont appelé la MINUSCA à jouer un rôle plus important dans le processus de paix. Au-delà du soutien technique, logistique et sécuritaire qu’elle fournit déjà, la MINUSCA renforcera son appui à l’Initiative africaine.
 
6. Les participants ont aussi salué la décision du Secrétaire général d’aligner davantage les stratégies politiques et sécuritaires de la MINUSCA sur l’Initiative africaine. Ceci afin de garantir une meilleure cohérence du processus de paix liant les efforts de paix au niveau local et national aux efforts en cours en faveur du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration, de la réforme du secteur de la sécurité, de la lutte contre l’impunité et de la restauration de l’autorité de l’État, tout en tenant compte de l’intégration des droits de l’homme à tous les niveaux.
 
7. Les participants ont souligné l’importance de placer les problèmes prioritaires du peuple centrafricain –  principale victime de la crise – au cœur du processus de paix et des efforts de la communauté internationale, notamment en s’assurant que ses préoccupations importantes fassent partie du processus de paix.  Pour garantir sa durabilité, le processus de paix doit aussi être accompagné de bénéfices concrets pour la population, notamment à travers des investissements en infrastructures essentielles qui permettraient non seulement d’apporter une solution aux défis logistiques importants que connait le pays mais renforceraient également la mobilité et les capacités du Gouvernement et de la MINUSCA en matière de sécurité et de protection des civils. Cela favoriserait aussi la mise en place d’un environnement sécurisé pour une fourniture sans obstacle de l’assistance humanitaire.
 
8. Les acteurs dans le domaine du développement doivent également jouer un rôle central dans la construction et la pérennisation de la paix en République centrafricaine. La mise en place d’institutions inclusives, le renforcement des capacités pour la fourniture de service et les investissements dans les infrastructures sont essentiels pour répondre aux revendications de la population et s’attaquer aux causes profondes du conflit en République centrafricaine. La collaboration avec la Banque mondiale, l’Union européenne, la Banque africaine de développement et les autres acteurs du développement a été mise en avant à cet égard. Les participants ont reconnu que cette collaboration, bien que difficile à mettre en œuvre, demeure essentielle pour un véritable processus de réconciliation.
 
9. Les participants ont mis en exergue l’importance d’un lien plus étroit entre le processus politique et la justice.  Ils ont rappelé que l’une des principales exigences de la population centrafricaine lors du Forum de Bangui en 2015, et reprise dans la Feuille de route de l’Initiative africaine, était son appel à la reddition des comptes et à la justice. Les participants ont souligné l’importance d’intégrer la justice transitionnelle dans le processus politique, tout en garantissant la fin de l’impunité pour les crimes graves, la réparation effective pour les victimes, ainsi que le soutien pour la réconciliation nationale. Les efforts devraient également viser à renforcer les institutions judiciaires et pénitentiaires.
 
10. La mise en œuvre effective du processus de paix centrafricain est aussi subordonnée à des conditions sécuritaires qui soient favorables au dialogue. Aussi, les participants ont-ils encouragé la MINUSCA à adapter sa posture en vue d’aligner pleinement ses capacités en matière de sécurité et son efficacité opérationnelle en appui au processus de paix, en tenant compte du contexte centrafricain et de son environnement. Il est essentiel que ces efforts soient complétés par une stratégie de sécurité nationale globale, également alignée sur le processus de paix, comprenant la reconstruction et le déploiement des forces nationales de défense et de sécurité avec le soutien de la MINUSCA, de la Mission européenne de formation (EUTM-RCA) et des autres partenaires tels que recommandés par le Secrétaire général dans sa lettre au Conseil de sécurité datant du 15 mai 2018. Ce soutien devra utiliser les capacités et stratégies non militaires des Nations Unies pour traiter la menace des groupes armés et des milices d’auto-défense.
 
11. Les participants ont salué les progrès réalisés en matière d’extension de l’autorité de l’État dans le pays, notamment à travers le déploiement de tous les préfets, de la plupart des sous-préfets et de nombreux magistrats, ainsi que l’amélioration des services sociaux de base. Il a été reconnu que dans le cadre du RCPCA et du Cadre d’Engagement Mutuel, le Gouvernement et ses partenaires avaient lancé des projets vitaux relatifs aux services sociaux de base. A cet égard, les participants ont appelé les partenaires à honorer les engagements pris lors de la Conférence de Bruxelles en novembre 2016.
 
12. Concernant les élections de 2020, les participants ont reconnu que la tenue de scrutins pacifiques représente une opportunité pour promouvoir les valeurs et les principes démocratiques. Bien qu’elles ne soient pas un aboutissement ou une solution en soi, les élections, ont également reconnu les participants, constituent une étape importante dans le processus politique ainsi qu’une opportunité pour la reconstruction et la réconciliation nationales. Ceci démontrant que la stabilité de la République centrafricaine relève avant tout des Centrafricains eux-mêmes.
 
13. Les participants ont reconnu les défis financiers rencontrés par l’Initiative africaine ont rappelé la nécessité de sécuriser son financement. Ils ont ainsi invité les pays membres du Panel des facilitateurs à renforcer leurs appuis financiers à l’Initiative africaine et appelé la communauté internationale et les donateurs à maintenir un soutien financier adéquat au processus politique. Ils ont par ailleurs souligné le besoin urgent de poursuivre le financement des activités humanitaires dont le niveau actuel reste en-deçà des besoins réels identifiés.
 
14. Afin d’atteindre tous les objectifs évoqués, les participants se sont accordés sur la nécessité de partager une vision commune, de renforcer leurs engagements et de mettre en commun leurs efforts. Les participants ont appelé à renforcer la coordination et le partenariat entre l’Union africaine, les Nations Unies, la Communauté économique des États d’Afrique centrale et tous les autres partenaires à travers le Groupe international de soutien, ainsi que les mécanismes internes au niveau de Bangui, notamment parmi les membres actifs du Conseil de sécurité en République centrafricaine. Ils ont reconnu qu’une approche inclusive, transparente et cohérente entre tous les partenaires était le seul moyen pour avancer dans le processus. A cette fin, les Nations unies et l’Union africaine ont convenu de nommer un Envoyé spécial conjoint en vue de promouvoir les efforts visant l’aboutissement de l’Initiative africaine en liaison avec tous les partenaires de la République centrafricaine, notamment ceux de la région.
 
15. Les participants ont exprimé leur gratitude aux pays contributeurs de troupe et de police pour leur appui aux efforts de paix et de stabilisation en République centrafricaine. Ils ont aussi rendu hommage aux Casques bleus et aux travailleurs humanitaires qui ont sacrifié leur vie au service de la paix. Ils ont rigoureusement condamné les manipulations et les attaques ciblant les Casques bleus de la MINUSCA et les travailleurs humanitaires et ont appelé le Gouvernement à condamner publiquement ces attaques et à identifier et traduire en justice les auteurs et les instigateurs de ces crimes.
 
16. Les participants ont salué l’initiative sur l’Action pour le maintien de la paix et ont   exprimé leur soutien à la Déclaration d’engagements communs concernant les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, à laquelle ont souscrit le Gouvernement centrafricain et presque tous les participants. Ils ont reconnu le besoin de promouvoir des solution politiques et de rendre les opérations de maintien de la paix plus efficaces. Les participants ont appelé les Etats membres à honorer leurs engagements en République centrafricaine. A cet égard, ils ont réitéré leur ferme soutien à la MINUSCA, tout en soulignant l’importance de son appui et de son engagement au processus de paix.
 
17. En conclusion, les participants ont souligné qu’un soutien unifié à la République centrafricaine et au processus de paix était la clé pour assurer la stabilité, non seulement dans ce pays mais aussi dans la région.