New York

26 September 2018

Note to Correspondents: Conclusions of the High-Level Event on Mali and the Sahel held on the margins of the General Debate of the seventy-third session of the United Nations General Assembly [scroll down for French version]

                                                                                                                      
1. On 26 September, the United Nations hosted a high-level meeting on Mali and the Sahel held on the margins of the General Debate of the seventy-third session of the United Nations General Assembly. The meeting was opened by the Secretary-General of the United Nations, Mr. António Guterres, together with the President of the Republic of Mali, H.E. Mr. Ibrahim Boubacar Keïta, the Chairperson of the African Union Commission, H.E. Mr. Moussa Faki Mahamat, the Minister of Foreign Affairs, Cooperation and African Integration of Niger, H.E. Mr. Kalla Ankourao, in his capacity of chairman of the Group of Five for the Sahel, the Minister of Foreign Affairs of Algeria, H.E. Mr. Abdelkader Messahel, the Minister of Europe and Foreign Affairs of France, H.E. Mr. Jean-Yves Le Drian, the High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy, H.E. Ms. Federica Mogherini, and the President of the Commission of the Economic Community of West African States (ECOWAS), H.E. Mr. Jean-Claude Kassi Brou. The opening session was followed by a ministerial segment co-chaired by the African Union Commissioner for Peace and Security, H.E. Mr. Smaïl Chergui, and the Under-Secretary-General for Peacekeeping Operations, Mr. Jean-Pierre Lacroix. 

2. Participants discussed the implementation of the Agreement for Peace and Reconciliation in Mali (“the Agreement”) originating from the Algiers process and took note of the progress made in its implementation since the adoption of the 22 March roadmap by signatory parties during the 23rd session of the Comité de suivi de l’Accord. Noting that the implementation of the Agreement had entered in its fourth year, participants stressed the urgent need for further progress in the coming months, including with respect to key reforms and the implementation of defense and security provisions of the Agreement. They recalled resolution 2432 (2018) providing for the application of sanctions against those who would obstruct the implementation of the peace process in Mali. As a result, the Government of Mali renewed its commitment to the Agreement. The Government of Mali and the United Nations agreed to conclude a Pact for peace, as requested in resolution 2423 (2018). 

3. Participants welcomed the successful holding of the presidential elections within the timeframe set by the Constitution, congratulated H.E. Mr. Ibrahim Boubacar Keïta for his re-election, and welcomed his renewed commitment to the swift and full implementation of the Agreement to establish sustainable peace and restore stability in Mali. They underscored the importance of moving forward political and institutional reforms promoting governance and rule of law, such as decentralization and security sector reform, in accordance with the Agreement. They also underscored the importance of prioritizing socio-economic development and the restoration of access to basic social services in the north of Mali. The Government of Mali committed to make additional efforts towards greater inclusivity and broad-based participation in the peace process, including by political parties, civil society platforms and women groups, to promote national dialogue and reconciliation. With respect to the situation in central regions, the Government of Mali committed to put its full attention and efforts, with the support of Mali’s partners, to address the instability and to review the existing integrated framework of actions to promote simultaneous progress on security, governance, development and reconciliation. 

4. Participants invited the Government of Mali and the United Nations to finalise the Pact for peace in accordance with resolution 2423 (2018) at the next session of the Comité de suivi de l’Accord in October. Participants, including the international mediation team, recalled the importance of the support of the international community in the implementation of the Agreement. Participants underscored the extension and restoration of legitimate State presence and its services, and the concrete provision of peace dividends to the entire Malian population as central to achieving durable peace. They noted the importance of an inclusive and participatory peace process, encouraging signatory parties to ensure structural participation of women and civil society groups, including through the establishment of dedicated mechanisms. 

5. Participants expressed concern in the face of the deterioration of the situation in central Mali and the heavy death toll among civilians. They emphasized the necessity of all parties to protect civilian populations and condemned all parties who were responsible for human rights violations. They condemned violence perpetrated by self-defence and violent extremist groups, including intimidation and attacks, particularly sexual violence against women. They also condemned terrorist acts committed by the enemies of peace against the civilian population, Malian defense and security forces (MDSF), the Joint Force of the Group of Five for the Sahel, as well as peacekeepers and international forces with a view to derailing the implementation of the Agreement. Participants commended the joint efforts to stabilize the Centre in the framework of the integrated plan for the central regions. They emphasized the importance to fully restore the presence of the State and its services, including basic social services.  

6. With respect to MINUSMA, they underscored the crucial role played by the Mission in stabilizing Mali. They took note of the capability shortfalls of MINUSMA and called upon Member States to provide it the necessary support. Participants also welcomed progress in the implementation of measures provided for in the report on improving security of United Nations peacekeepers, which resulted in a reduction of fatalities. They emphasized the complementarity of MINUSMA and the Joint Force of the Group of Five for the Sahel in stabilising the region. 

7. In this regard, participants welcomed the progress in operationalizing the Joint Force and condemned the attack of 29 June against its Headquarters in Sévaré. They expressed solidarity with the Joint Force and concerned countries. They welcomed the European Union’s commitment to rebuild the Headquarters. Participants affirmed that mobilizing adequate support for the full operationalization of the Joint Force was critical to its success and called upon Member States to provide the necessary support to the Joint Force as per the recommendations of the Secretary-General contained in his report of 16 October 2017 (S/2017/869) and resolution 2391 (2017). They encouraged the members of the Group of Five for the Sahel to establish a political and strategic framework for the Joint Force. 

8. Participants expressed concern about the increasing spill-over of insecurity, the propagation of transnational criminal networks and terrorist groups into Mali and neighbouring countries, in particular Niger and Burkina Faso, and the increased tensions between pastoralists and farmers in the region. They recognized that the strengthening of the peace and development nexus was necessary to sustain peace and ensure inclusive and long-term development and stability in the Sahel region. In that regard, they welcomed the recently re-calibrated United Nations Integrated Strategy for the Sahel (UNISS) and its Support Plan for the Sahel and encouraged countries in the region to adopt and implement the Support Plan for the Sahel. They also welcomed the mobilisation of the members of the Alliance for the Sahel in the framework of the UNISS. 

9. Participants commended ongoing efforts by the African Union to review its Strategy for the Sahel. Participants underscored the need for a holistic and coherent approach in line with national and regional priorities and welcomed the strengthened cooperation between the United Nations and the African Union to achieve the objectives of the 2030 Agenda for Sustainable Development and the African Union’s Agenda 2063. They reaffirmed their commitments to a strong, sustainable and mutually supportive partnership to further the causes for a prosperous and peaceful Sahel and to strengthening collective engagement across the Sahel region. They encouraged countries in the region to promote greater synergies among existing initiatives and strategies, including those of other regional, sub-regional and bilateral partners working in support of the Sahel. In this regard, they welcomed the outcomes of the High-Level meeting of Regional Organizations in the Sahel organised by the African Union, the ECOWAS and the United Nations, in Abuja, Nigeria, on 17-18 September, aimed at ensuring greater coherence among the various initiatives, and enhance coordination and synergy of actions in their implementation.   

10. In order to fully address the needs in the Sahel and support the implementation of the United Nations Support Plan for the Sahel, participants affirmed that, to ensure a real transformation of the region, resource mobilization would need a more innovative approach and coordination mechanism, including to leverage the assets of the region and the opportunities that the youth and women offer as main drivers of change. In this regard, participants called for a massive increase in public and private investment in win-win partnerships. In this regard, the upcoming conference for the coordination of donors and partners of the Priority Investment Plan organised by the Group of Five for the Sahel in Nouakchott, Mauritania, in December 2018, will provide opportunities to further increase support to tackle challenges related to the socio-economic development of the region. 
 
*****

1. Le 26 septembre, les Nations Unies ont organisé une réunion de haut niveau sur le Mali et le Sahel en marge du débat général de la soixante-treizième session de l'Assemblée générale des Nations Unies. La réunion a été ouverte par le Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, le Président de la République du Mali, S.E. M. Ibrahim Boubacar Keïta, le Président de la Commission de l'Union africaine, S.E. M. Moussa Faki Mahamat, le Ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine du Niger, S.E. M. Kalla Ankourao, en sa qualité de président du Groupe des Cinq pour le Sahel, le Ministre des affaires étrangères de l’Algérie, S.E. M. Abdelkader Messahel, le Ministre de l'Europe et des affaires étrangères de la France, S.E. M. Jean-Yves Le Drian, la haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, S.E. Mme Federica Mogherini, et le Président de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), S.E. M. Jean-Claude Kassi Brou. La séance d'ouverture a été suivie d'un segment ministériel coprésidé par le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, S.E. M. Smaïl Chergui, et le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Jean-Pierre Lacroix.

2. Les participants ont discuté de la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (« l’Accord ») issu du processus d'Alger. Ils ont pris note des progrès accomplis depuis l'adoption de la feuille de route du 22 mars par les parties signataires à l’occasion de la 23ème session du Comité de suivi de l'Accord. Notant que la mise en œuvre de l'Accord entrait dans sa quatrième année, les participants ont souligné l’impérieuse nécessité de poursuivre les progrès dans les mois à venir, notamment en ce qui concerne les réformes clé et la mise en œuvre des dispositions de l'Accord relatives à la défense et à la sécurité. Ils ont rappelé la résolution 2432 (2018) qui prévoit l’application de sanctions contre ceux qui feraient obstruction à la mise en œuvre du processus de paix au Mali. En conséquence, le Gouvernement du Mali a réaffirmé son attachement à l’Accord. Le Gouvernement du Mali et les Nations Unies sont convenus de conclure un Pacte pour la paix, conformément à la résolution 2423 (2018). 

3. Les participants ont salué la bonne tenue du scrutin présidentiel dans le délai constitutionnel, félicité S.E. M. Ibrahim Boubacar Keïta pour sa réélection, et salué son engagement renouvelé pour la mise en œuvre rapide et complète de l'Accord pour instaurer une paix durable et rétablir la stabilité au Mali. Ils ont souligné l’importance de faire avancer les réformes politiques et institutionnelles en faveur de la gouvernance et de l’état de droit, telles que la décentralisation et la réforme du secteur de la sécurité, conformément à l’Accord. Ils ont également souligné l’importance de prioriser le développement socioéconomique et le rétablissement de l'accès aux services sociaux de base dans les régions du nord du Mali. Le Gouvernement du Mali s’est engagé à déployer des efforts supplémentaires en faveur d’une plus grande inclusion et d’une large participation au processus de paix, y compris des partis politiques, de la société civile et des groupes de femmes, afin de promouvoir le dialogue et la réconciliation nationale. Concernant la situation dans les régions du centre du pays, le Gouvernement du Mali s’est engagé à accorder toute l’attention et les efforts nécessaires, avec l’appui des partenaires du Mali, afin de remédier à l’instabilité et de revoir le plan intégré d’actions afin de promouvoir des progrès simultanés dans les secteurs de la sécurité, la gouvernance, le développement et la réconciliation. 

4. Les participants ont invité le Gouvernement du Mali et les Nations Unies à finaliser le Pacte pour la paix conformément à la résolution 2423 (2018) lors de la prochaine session du Comité de suivi de l’Accord en octobre. Les participants, y compris l’équipe de médiation internationale, ont rappelé l’importance du soutien de la communauté internationale dans la mise en œuvre de l’Accord. Les participants ont souligné l’extension et le rétablissement de la présence légitime de l’État et de ses services, ainsi que la distribution concrète de dividendes de la paix à l’ensemble de la population malienne comme éléments essentiels à une paix durable. Ils ont souligné l’importance d’un processus de paix inclusif et participatif, encourageant les parties signataires à assurer une participation structurelle des femmes et de la société civile, y compris à travers l’établissement de mécanismes dédiés. 

5. Les participants ont exprimé leur inquiétude face à la détérioration de la situation dans le centre du Mali et au nombre élevé de morts parmi les civils. Ils ont souligné la nécessite, pour toutes les parties, de protéger les populations civiles et ont condamné les parties responsables de violations des droits de l’homme. Ils ont également condamné les violences perpétrées par les groupes d'autodéfense et les groupes extrémistes violents, y compris les intimidations et les attaques, notamment les violences sexuelles faites aux femmes. Ils ont également condamné les actes terroristes commis par les ennemis de la paix contre la population civile, les forces de défense et de sécurité maliennes, la force conjointe du Groupe des Cinq pour le Sahel, ainsi que les forces de maintien de la paix et les forces internationales – attaques qui visent à dérailler la mise en œuvre de l'Accord. Les participants ont salué les efforts conjoints déployés pour stabiliser le Centre dans le cadre du plan intégré pour les régions du centre. Les participants ont mis en exergue l’importance de restaurer la présence de l’État et de ses services, y compris les services sociaux de base. 

6. En ce qui concerne la MINUSMA, ils ont souligné le rôle crucial joué par la Mission dans la stabilisation du Mali. Ils ont pris note des lacunes capacitaires de la MINUSMA et ont appelé les États membres à lui fournir l’appui nécessaire. Les participants ont également salué les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures prévues dans le rapport sur l’amélioration de la sécurité des forces de maintien de la paix des Nations Unies, résultant en une réduction du nombre de victimes parmi les casques bleus. Ils ont souligné la complémentarité de la MINUSMA et de la force conjointe du Groupe des Cinq pour le Sahel dans la stabilisation du Mali et de la région. 

7. À cet égard, les participants ont salué les avancées réalisées au cours des derniers mois dans l’opérationnalisation de la force conjointe et ont condamné l’attaque du 29 juin contre le siège de la force conjointe à Sévaré. Ils ont exprimé leur solidarité avec la force conjointe et les membres du Groupe des Cinq pour le Sahel. A cet égard, l’engagement de l’Union européenne à reconstruire le nouveau siège de la force conjointe a été salué par les participants.  Les participants ont affirmé qu’un appui adéquat à la pleine opérationnalisation de la force conjointe était essentiel à son succès et ont appelé les États membres à fournir l’appui nécessaire à la force conjointe conformément aux recommandations du Secrétaire général contenues dans son rapport du 16 octobre 2017 (S/2017/869) et la résolution 2391 (2017). Ils ont encouragé les membres du Groupe des Cinq pour le Sahel à établir un cadre politique et stratégique pour la force conjointe. 

8. Les participants se sont déclarés préoccupés par l’expansion croissante de l’insécurité, des réseaux criminels transnationaux et des groupes terroristes au Mali et dans les pays voisins, notamment le Niger et le Burkina Faso, ainsi que par les tensions accrues entre les agriculteurs et les éleveurs dans la région. Ils ont reconnu que le renforcement du lien entre la paix et le développement était nécessaire à une paix durable, à la stabilité et au développement inclusif à long terme de la région du Sahel. À cet égard, ils ont salué la révision récente de la stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (UNISS) et de son Plan de soutien. Ils ont encouragé les pays de la région à adopter et à mettre en œuvre le Plan de soutien pour le Sahel. Ils ont également salué la mobilisation des membres de l’Alliance pour le Sahel, dont l’action s’inscrit dans le cadre défini par l’UNISS. 

9. Les participants ont salué les efforts en cours de l'Union africaine pour revoir sa stratégie pour le Sahel. Ils ont souligné la nécessité d'une approche globale et cohérente conformément aux priorités nationales et régionales et se sont félicités du renforcement de la coopération entre l’Union africaine et les Nations Unies afin d'atteindre les objectifs du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l'Union africaine. Ils ont réaffirmé leurs engagements à un partenariat fort, durable et complémentaire afin de faire avancer la cause pour un Sahel prospère et pacifique et de consolider un engagement collectif dans la région. Les participants ont encouragé les pays de la région à promouvoir des synergies renforcées entre les stratégies et initiatives existantes, y compris celles initiées par d'autres partenaires régionaux, sous régionaux et bilatéraux en faveur du Sahel. Dans ce contexte, ils ont salué les résultats de la réunion de haut niveau des organisations régionales au Sahel organisée par l'Union africaine, la CEDEAO et les Nations Unies à Abuja les 17 et 18 septembre, visant à favoriser une meilleure cohérence dans la mise en œuvre des différentes initiatives, ainsi qu’un renforcement de la coordination et de la synergie des interventions. 

10. Afin de répondre pleinement aux besoins du Sahel et de soutenir la mise en œuvre du Plan de soutien des Nations Unies pour le Sahel, les participants ont affirmé que, dans le but de garantir une véritable transformation de la région, la mobilisation des ressources demande une approche et un mécanisme de coordination novateurs, notamment en tirant avantage des atouts qu’offrent la région et de la présence des femmes et de la jeunesse comme principaux moteurs de changement. Dans ce contexte, les participants ont appelé à un accroissement considérable des investissements publics et privés dans des partenariats gagnants-gagnants. À cet égard, la prochaine conférence de coordination des bailleurs et partenaires du Programme d’investissements prioritaires organisée par le Groupe des Cinq pour le Sahel prévue en décembre 2018 à Nouakchott, en Mauritanie, offrira des opportunités d’accroître davantage le soutien au Groupe des Cinq pour le Sahel afin de relever les défis liés au développement socioéconomique de la région.