New York

21 March 2021

Secretary-General's message on the International Day of Forests [scroll down for French version]

Humanity’s well-being is inextricably linked to the health of our planet.  Forests play a crucial role.

Forests filter the air we breathe and the water we drink.  They regulate our climate, absorbing one-third of the global greenhouse gases emitted each year. 

Forests provide habitat to 80 per cent of all known terrestrial species, many of which are under threat.  Today, more than 1 million of the planet’s estimated 8 million plant and animal species are at risk of extinction.

Some 1.6 billion people depend directly on forests for food, shelter, energy, medicines and income.

Despite all that they provide, forest loss continues at an alarming rate.  We continue to lose 10 million hectares of forests, an area roughly the size of Iceland, every year.

Deforestation also increases the risks of infectious disease outbreaks and pandemics.

This year marks the beginning of the UN Decade on Ecosystem Restoration, which calls for action to prevent, halt and reverse the degradation of forests and other ecosystems.

If we fail to act now, we risk a point of no return.  But it is not too late to undo some of the damage we have caused. 

The crises our planet faces require urgent action by all — governments, international and civil society organizations, the private sector, local authorities and individuals. 

Indigenous peoples are leading the way.  They care for the Earth’s biodiversity and achieve conservation results with very few financial resources and little support.

On this International Day of Forests let us plant the seeds for a sustainable future by committing to restore and conserve our forests for the benefit of people and the planet.

*****
MESSAGE PUBLIÉ À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES FORÊTS

Le bien-être de l’humanité est inextricablement lié à la santé de notre planète. En cela, les forêts sont d’une importance cruciale.

Les forêts filtrent l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons. Elles contribuent à réguler le climat en absorbant un tiers des gaz à effet de serre émis chaque année dans le monde.

Les forêts abritent 80 % de toutes les espèces terrestres connues, dont beaucoup sont menacées. Aujourd’hui, plus d’un million des quelque huit millions d’espèces végétales et animales sur Terre sont menacées d’extinction.

Près de 1,6 milliard de personnes dépendent directement des forêts pour leur alimentation, leur logement, leur énergie, leurs remèdes et leurs revenus.

Malgré tout ce qu’elles nous apportent, les forêts continuent de disparaître à un rythme alarmant. Chaque année, nous perdons 10 millions d’hectares de forêts, soit une superficie proche de celle de l’Islande.

La déforestation accroît également les risques d’épidémies et de pandémies de maladies infectieuses.

Cette année marque le début de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, qui a pour objectif d’éviter, d’enrayer et d’inverser la dégradation des forêts et autres écosystèmes.

Si nous n’agissons pas maintenant, nous risquons d’atteindre le point de non-retour. Mais il n’est pas trop tard pour réparer une partie des dégâts que nous avons causés.

Les crises auxquelles notre planète est confrontée exigent une réaction immédiate de tout un chacun – gouvernements, organisations internationales, organisations de la société civile, secteur privé, collectivités locales et particuliers confondus.

Les peuples autochtones mènent la voie. Ils prennent soin de la biodiversité de la Terre et font beaucoup en matière de conservation avec très peu de ressources financières et un soutien limité.

En cette Journée internationale des forêts, plantons les graines d’un avenir durable en nous engageant à restaurer et à conserver nos forêts, pour le bien de la planète et de ses habitants.