AL-SHABAAB

SOe.001
AL-SHABAAB
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
29 October 2014
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Al-Shabaab a été inscrit sur la liste le 12 avril 2010 en application du paragraphe 8 de la résolution1844 (2008).

Renseignements complémentaires: 

Les Chabab (Al-Shabaab) se livrent à des actes qui menacent directement ou indirectement la paix, la sécurité ou la stabilité de la Somalie, notamment, mais sans s’y limiter : des actes qui mettent en péril l’Accord de Djibouti du 18 août 2008 ou le processus politique; et des actes qui menacent les Institutions fédérales de transition, la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) ou d’autres opérations internationales de maintien de la paix liées à la Somalie. 

Les Chabab font également obstacle à l’acheminement de l’aide humanitaire destinée à la Somalie, à l’accès à cette aide ou à sa distribution en Somalie. 

Selon une déclaration faite le 29 juillet 2009 par le Président du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 751 (1992) concernant la Somalie, tant les Chabab que Hezb al-Islam ont plusieurs fois revendiqué publiquement les attaques perpétrées contre le Gouvernement fédéral de transition et l’AMISOM. Les Chabab ont également revendiqué le meurtre de responsables du Gouvernement fédéral de transition et, le 19 juillet 2009, ils ont pris d’assaut et fermé les antennes locales du Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets, du Département de la sûreté et de la sécurité et du Programme des Nations Unies pour le développement dans les régions de Bay et de Bakool, en violation de l’alinéa c) du paragraphe 8 de la résolution 1844 (2008). Les Chabab ont par ailleurs fait obstacle à plusieurs reprises à l’accès à l’aide humanitaire ou à sa distribution en Somalie. 
Le rapport du Secrétaire général au Conseil de sécurité sur la situation en Somalie, daté du 20 juillet 2009, contenait les informations ci-après au sujet des activités des Chabab en Somalie : 

Des groupes d’insurgés, tels que les Chabab, racketteraient des sociétés privées et enrôleraient des jeunes, y compris des enfants, dans la lutte armée contre le Gouvernement à Mogadiscio. Les Chabab ont confirmé la présence de combattants étrangers dans leurs rangs et déclaré ouvertement qu’ils travaillaient avec Al-Qaida à Mogadiscio afin de renverser le Gouvernement somalien. Les combattants étrangers, dont un grand nombre viendraient du Pakistan et d’Afghanistan, semblent être bien entraînés et avoir déjà participé à des combats. Ils ont été vus, cagoulés, dirigeant des opérations offensives contre les forces gouvernementales à Mogadiscio et dans les environs. 
Les Chabab ont intensifié leur stratégie visant à contraindre et à intimider la population somalienne, comme en témoignent les assassinats à « haute valeur », soigneusement ciblés, et ont arrêté des notables de clan, dont plusieurs ont été assassinés. Le 19 juin 2009, le Ministre de la sécurité nationale, Omar Hashi Aden, a été tué lors d’un attentat-suicide de grande envergure à la voiture piégée à Beletwyne. Plus de 30 personnes ont été tuées dans l’attentat, qui a été vivement condamné par la communauté internationale et par une grande diversité de représentants de la société somalienne. 
D’après le rapport établi en décembre 2008 par le Groupe de contrôle sur la Somalie (S/2008/769), les Chabab sont responsables de diverses attaques en Somalie au cours des dernières années, notamment : 
– Le meurtre et la décapitation présumés d’un chauffeur somalien travaillant pour le Programme alimentaire mondial, en septembre 2008; 
– Un attentat à la bombe sur un marché du Puntland, qui a fait 20 morts et plus de 100 blessés, le 6 février 2008; 
– Une campagne d’attentats à la bombe et d’assassinats ciblés de civils au Somaliland, en vue de perturber les élections parlementaires de 2006; 
– Le meurtre de plusieurs agents humanitaires étrangers en 2003 et 2004. 

D’après les informations reçues, les Chabab ont pris d’assaut le complexe de l’ONU en Somalie le 20 juillet 2009 et publié un décret bannissant trois organismes des Nations Unies des zones du pays qui sont sous leur contrôle. Par ailleurs, les forces du Gouvernement fédéral de transition ont affronté des insurgés des Chabab et de Hezb al-Islam les 11 et 12 juillet 2009, ce qui a coûté la vie à plus de 60 personnes. Durant les combats du 11 juillet 2009, les Chabab ont tiré quatre obus de mortier sur la Villa Somalia, tuant trois soldats de l’AMISOM et en blessant huit.

Selon un article publié par la British Broadcasting Corporation le 22 février 2009, les Chabab ont revendiqué un attentat-suicide à la voiture piégée contre une base militaire de l’Union africaine à Mogadiscio, et l’Union africaine a confirmé que 11 de ses soldats de la paix avaient été tués et 15 blessés. 

Selon un article publié par Reuters le 14 juillet 2009, les Chabab ont enregistré des succès en 2009 lors d’attaques de guérilla contre les forces somaliennes et les contingents de l’Union africaine. 

Selon un article publié par Voice of America le 10 juillet 2009, les Chabab ont été impliqués dans une attaque contre les forces gouvernementales somaliennes en mai 2009. 

Selon un article du 27 février 2009 publié sur le site Web du Conseil des relations extérieures, les Chabab ont mené depuis 2006 leur insurrection contre le Gouvernement de transition somalien et ses alliés éthiopiens. Ils ont tué 11 soldats burundais lors de l’attaque la plus meurtrière perpétrée contre les soldats de la paix de l’Union africaine depuis leur déploiement et pris part à des combats violents qui ont fait au moins 15 tués à Mogadiscio.