GABRIEL JOK RIAK

SSi.001
GABRIEL JOK RIAK
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
1 July 2015
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Gabriel Jok Riak a été inscrit sur la Liste le 1 juillet 2015 en application des dispositions des alinéas a) et f) du paragraphe 7 et du paragraphe 8 de la résolution 2206 (2015) pour avoir mené des activités ou politiques qui ont pour but ou pour effet d’étendre ou de prolonger le conflit au Soudan du Sud, ou de faire obstacle à la réconciliation, aux pourparlers ou au processus de paix, y compris des violations de l’Accord de cessation des hostilités; entravé les activités des missions humanitaires, diplomatiques ou de maintien de la paix déployées par la communauté internationale au Soudan du Sud, y compris celles du Mécanisme de surveillance et de vérification de l’IGAD, la livraison ou la distribution de l’aide humanitaire ou l’accès à cette aide; dirigé une entité, y compris tout gouvernement sud-soudanais, parti d’opposition, milice ou autre groupe, s’étant livrée ou dont les membres se sont livrés à toute activité visée aux paragraphes 6 et 7.

Renseignements complémentaires: 

Gabriel Jok Riak est commandant du Secteur Un de l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS), une entité militaire sud-soudanaise qui mène des activités qui ont eu pour effet de prolonger le conflit au Soudan du Sud, y compris par des violations de l’Accord de cessation des hostilités de janvier 2014 et de l’Accord de règlement de la crise au Soudan du Sud du 9 mai 2014, qui a été un renouvellement de l’Accord de cessation des hostilités.

Jok Riak commande depuis janvier 2013 le Secteur Un de l’APLS, qui opère principalement dans l’État de l’Unité. Les Divisions Trois, Quatre et Cinq sont placées sous les ordres du Secteur Un et de son commandant, Jok Riak.

Jok Riak et les forces des Secteurs Un et Trois, qui sont placées sous son commandement, ont participé à plusieurs activités décrites ci-après, en violation des engagements pris dans l’Accord de cessation des hostilités tendant à mettre fin à toutes les actions militaires menées contre les forces d’opposition, y compris tout acte de provocation, à bloquer les forces à l’endroit où elles se trouvent, et à s’abstenir d’activités telles que des mouvements de troupes ou des livraisons de munitions susceptibles de déclencher un affrontement militaire.

Les forces de l’APLS, placées sous le commandement de Jok Riak, ont violé l’Accord à plusieurs reprises en menant des actions ouvertement hostiles.

Le 10 janvier 2014, une force l’APLS placée sous les ordres de Jok Riak, commandant du Secteur Un, s’est emparée de la ville de Bentiu qui se trouvait alors sous le contrôle du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan dans l’opposition (M/APLS dans l’opposition) depuis le 20 décembre 2013. La Division Trois de l’APLS a tendu une embuscade aux combattants du M/APLS dans l’opposition près de Ler et les a bombardés juste après la signature de l’Accord de janvier 2014. À la mi-avril 2014, elle s’est emparée de Mayom, tuant plus de 300 combattants du M/APLS dans l’opposition.
Le 4 mai 2014, une force de l’APLS dirigée par Jok Riak s’est emparée de nouveau de Bentiu. Un porte-parole de l’APLS a déclaré à la télévision d’État de Djouba que l’armée gouvernementale dirigée par Jok Riak s’était emparée de Bentiu à 16 heures, précisant que la Division Trois et une équipe spéciale de l’APLS avaient participé à l’opération. Quelques heures après l’annonce de la signature de l’Accord du mois de mai, les Divisions Trois et Quatre de l’APLS ont affronté et repoussé des combattants de l’opposition qui avaient attaqué des positions de l’APLS près de Bentiu et dans les zones pétrolières du nord du Soudan du Sud.

Également après la signature de l’Accord du mois de mai, les soldats de la Division Trois de l’APLS ont repris possession de Wang Kai, et Santino Deng Wol, le commandant de la Division, a ordonné à ses forces de tuer quiconque serait surpris en possession d’armes ou se cachant dans une maison, leur demandant d’incendier toutes les maisons abritant des soldats des forces d’opposition.

À la fin du mois d’avril et en mai 2015, les forces du Secteur Un de l’APLS, placées sous le commandement de Jok Riak, ont mené depuis l’État des Lacs une offensive militaire de grande envergure contre les forces d’opposition se trouvant dans l’État de l’Unité.

Au début du mois de septembre 2014, agissant en violation des termes de l’Accord de cessation des hostilités, comme il a été expliqué précédemment, Jok Riak aurait cherché à faire réparer et modifier des chars afin de les utiliser contre les forces d’opposition. À la fin du mois d’octobre 2014, quelque 7 000 combattants de l’APLS ainsi que des armes lourdes appartenant aux troisième et cinquième Divisions ont été redéployés en renfort des combattants de la quatrième division, durement éprouvés par une attaque menée par l’opposition à proximité de Bentiu. En novembre 2014, l’APLS a transporté du matériel militaire neuf et des armes, dont des véhicules blindés de transport de troupes, des hélicoptères, des pièces d’artillerie et des munitions, dans la zone placée sous la responsabilité du Secteur Un, vraisemblablement en prévision de combats contre l’opposition. Au début du mois de février 2015, Jok Riak aurait donné l’ordre d’envoyer les véhicules blindés de transport de troupes à Bentiu, probablement en réaction aux embuscades tendues peu de temps auparavant par l’opposition.
À la suite de l’offensive menée en avril et en mai 2015 dans l’État de l’Unité, le Secteur Un de l’APLS a refusé de laisser les membres du Mécanisme de surveillance et de vérification de l’Autorité intergouvernementale pour le développement présents à Bentiu enquêter sur cette violation de l’Accord, les privant de leur liberté de mouvement et les empêchant d’exécuter leur mandat.

Par ailleurs, en avril 2014, Jok Riak aurait étendu le conflit au Soudan du Sud en participant à l’armement et à la mobilisation de quelque 1 000 jeunes Dinka afin qu’ils rejoignent les rangs des forces habituelles de l’APLS.