JOSEPH KONY

CFi.009
JOSEPH KONY
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
7 March 2016
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Joseph Kony a été inscrit sur la Liste le 7 mars 2016 en application des dispositions du paragraphe 12 et des alinéas b), c) et d) du paragraphe 13 de la résolution 2262 (2016) pour s’être livré ou avoir apporté un appui à des actes qui compromettent la paix, la stabilité ou la sécurité en République centrafricaine; pour y avoir préparé, donné l’ordre de commettre ou commis des actes contraires au droit international des droits de l’homme ou au droit international humanitaire ou constituant des atteintes aux droits de l’homme ou des violations de ces droits, notamment des violences sexuelles, attaques dirigées contre des civils, attentats à motivation ethnique ou religieuse, attentats commis contre des écoles et des hôpitaux, enlèvements, déplacements forcés; pour avoir recruté ou utilisé des enfants dans le conflit armé du pays, en violation du droit international; et pour avoir apporté un appui à des groupes armés ou à des réseaux criminels par l’exploitation illégale ou le trafic de ressources naturelles de la République centrafricaine telles que les diamants, l’or, les espèces sauvages ou les produits qui en sont tirés.

Renseignements complémentaires: 

Kony est le fondateur de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), dont il est également considéré comme le chef religieux, le Président et le commandant en chef. Depuis son émergence dans le nord de l’Ouganda dans les années 80, la LRA a enlevé, tué et mutilé des milliers de civils dans toute l’Afrique centrale. En 2005 et en 2006, soumis à une pression militaire croissante, Kony a ordonné son retrait de l’Ouganda. Elle sévit depuis lors en République démocratique du Congo (RDC), en République centrafricaine, au Soudan du Sud et, selon certaines informations, au Soudan.

En tant que dirigeant de la LRA, Kony en conçoit et en exécute la stratégie, notamment l’ordre permanent d’attaquer et de brutaliser les populations civiles. Sous son autorité, la LRA a enlevé, déplacé, soumis à des violences sexuelles et tué des centaines de personnes partout en République centrafricaine depuis décembre 2013, et a également pillé et détruit des biens appartenant à des civils. Principalement établie dans l’est de la République centrafricaine et, d’après ce qui a été rapporté, dans le territoire de Kafia Kingi, situé à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud dont le statut final reste à déterminer mais qui est contrôlé militairement par le Soudan, la LRA lance des attaques contre des villages dont elle pille les vivres et les provisions. Ses combattants tendent des embuscades aux forces de sécurité et leur volent leur matériel lorsqu’elles interviennent pour riposter aux attaques, et se livrent également au pillage des villages sans présence militaire. La LRA a en outre intensifié ses attaques contre les sites aurifères et diamantifères.

Kony est visé par un mandat d’arrêt émanant de la Cour pénale internationale, devant laquelle il doit répondre de 12 chefs de crimes contre l’humanité, dont le meurtre, la réduction en esclavage, l’esclavage sexuel, le viol et des actes inhumains causant de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique, ainsi que de 21 chefs de crimes de guerre, dont le meurtre, des traitements cruels à l’encontre de civils, le fait de diriger intentionnellement une attaque contre une population civile, le pillage, l’encouragement au viol et l’enrôlement, après leur enlèvement, d’enfants âgés de moins de 15 ans.

Kony a donné aux combattants rebelles l’ordre permanent de piller l’or et les diamants des mineurs artisanaux de l’est de la République centrafricaine. Une partie de ces minerais serait ensuite transportée vers le Soudan par le groupe de Kony ou fait l’objet d’échanges commerciaux avec la population locale et les membres de l’ex-Séléka.

Kony a également ordonné à ses combattants de braconner les éléphants dans le parc national de la Garamba en République démocratique du Congo. Les défenses des animaux seraient ensuite transportées via l’est de la République centrafricaine jusqu’au Soudan où, selon certaines informations, de hauts responsables de la LRA commerceraient avec des marchands et des fonctionnaires locaux. Le commerce d’ivoire représente une importante source de revenus pour le groupe de Kony. En janvier 2015, 500 éléments de l’Armée de résistance du Seigneur auraient été expulsés du Soudan.