BUREAU D'ACHAT DE DIAMANT EN CENTRAFRIQUE/KARDIAM

CFe.001
BUREAU D'ACHAT DE DIAMANT EN CENTRAFRIQUE/KARDIAM
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
20 August 2015
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Le 20 août 2015, en application de l’alinéa d) du paragraphe 12 de la résolution 2196 (2015), le Bureau d’achat de diamant en Centrafrique/KARDIAM a été inscrit(e) sur la Liste des personnes et entités « apportant un appui aux groupes armés ou aux réseaux criminels par l’exploitation illégale ou le trafic de ressources naturelles (diamants, or et animaux sauvages ou produits provenant de ces animaux) de la République centrafricaine ».

Renseignements complémentaires: 

La société BADICA/KARDIAM a fourni un appui à des groupes armés en République centrafricaine, à savoir l’ex-Séléka et les forces antibalaka, grâce à l’exploitation et au commerce illicites de ressources naturelles – diamants et or, notamment.

En 2014, le Bureau d’achat de diamant en Centrafrique (BADICA) a continué d’acheter des diamants de Bria et Sam-Ouandja (préfecture de la Haute-Kotto) dans l’est de la République centrafricaine, où des forces de l’ex-Séléka imposent des taxes aux avions transportant des diamants et se font payer par les chercheurs de diamant pour garantir leur sécurité. Plusieurs fournisseurs de diamants du BADICA à Bria et Sam-Ouandja ont des liens étroits avec des commandants de l’ex-Séléka.

En mai 2014, les autorités belges ont saisi deux colis de diamants envoyés au bureau du BADICA à Anvers, qui est enregistré en Belgique sous le nom de KARDIAM. D’après les experts, il est fortement probable que les diamants saisis proviennent de la République centrafricaine vu qu’ils présentent les caractéristiques des diamants de Sam-Ouandja et de Bria, ainsi que de Nola (préfecture de Sangha Mbaéré), dans le sud-ouest du pays.

Les négociants qui achetaient des diamants sortis illégalement de la République centrafricaine, notamment de la partie occidentale du pays, à destination de marchés étrangers opéraient au Cameroun sous le couvert du BADICA.

En mai 2014, le BADICA a aussi exporté de l’or venant de Yaloké (Ombella-Mpoko), où les mines d’or artisanales ont été sous le contrôle de la Séléka jusqu’au début du mois de février 2014, avant de tomber aux mains des groupes antiSbalaka.