AL WASEL AND BABEL GENERAL TRADING LLC

IQe.197
AL WASEL AND BABEL GENERAL TRADING LLC
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
29 October 2014
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Al Wasel And Babel General Trading LLC a été inscrit sur la liste le 26 avril 2004 en application des mesures figurant à l’alinéa b) du paragraphe 23 de la résolution 1483 (2003) au titre de « fonds ou d’autres avoirs financiers ou ressources économiques sortis d’Iraq ou acquis par Saddam Hussein ou d’autres hauts responsables de l’ancien régime iraquien ou des membres de leur famille proche, y compris les entités appartenant à ces personnes ou à d’autres personnes agissant en leur nom ou selon leurs instructions, ou se trouvant sous leur contrôle direct ou indirect ».

Renseignements complémentaires: 

« Al Wasel And Babel General Trading LLC (AWB) est une entreprise sise aux Émirats arabes unis, dont l’ancien régime iraquien se servait pour obtenir une commission illicite de 10 % sur les biens acquis dans le cadre du programme Pétrole contre nourriture de l’ONU et pour se procurer des biens interdits par l’ONU.
Une lettre, datée du 2 janvier 2001 et signée par Hikmat Mizban Ibrahim al-Azzawi, ancien vice-premier ministre iraquien et ministre des finances, comportait des instructions aux fonctionnaires iraquiens concernant le prélèvement d’une commission illicite de 10 % sur tous les biens achetés aux autres pays dans le cadre du programme Pétrole contre nourriture. Dans cette lettre, il donnait pour instructions aux fonctionnaires du Gouvernement iraquien de se procurer les biens par l’intermédiaire d’entreprises de courtage, dont AWB.
Un autre document, émanant d’al-Azzawi, décrivait la procédure permettant de prélever cette commission de 10 % auprès des entreprises traitant avec l’Iraq. Ce document précisait que Rafidain Bank en Jordanie pouvait servir à recevoir les virements de fonds et qu’AWB devait être utilisée pour acheminer les biens.
Les informations dont disposent les États-Unis établissent l’implication d’AWB lorsque l’Iraq a tenté de se procurer un système de missiles sol-air sophistiqué. Un montant d’environ 43,5 millions de dollars qui se trouvait dans une banque des Émirats arabes unis devait servir de paiement partiel pour ce système, conformément aux conditions énoncées dans le contrat de vente de missiles. Cet achat qui portait sur des biens militaires était interdit dans le cadre des sanctions de l’ONU contre l’Iraq.
Une enquête sur la vente de missiles, menée par le Service de l’immigration et des douanes de Tampa aux États-Unis, a fourni les informations suivantes : 
– Un compte bancaire a été ouvert au nom de l’AWB à l’Abu Dhabi National Bank (NBAD) en décembre 2000 par un ressortissant des Émirats arabes unis et par Hikmat Jarjes Bahnam, ressortissant iraquien dont le passeport indiquait qu’il était fonctionnaire du Gouvernement iraquien. Tous deux étaient autorisés à traiter au nom de l’AWB. Tarik Nasser S. Al Obaidi, ressortissant iraquien, était également un des titulaires de ce compte. 
– Une des premières transactions effectuées sur ce compte ouvert à l’Abu Dhabi National Bank était un dépôt de sept millions de dollars, effectué en décembre, sur ordre de Hekmat Mazban Ibrahim, qui est probablement Hikmat Mizban Ibrahim al-Azzawi. Peu après, 6,9 millions de ce montant étaient virés sur ordre d’al-Azzawi dans un deuxième compte de l’AWB.
– Entre le début de 2001 et le début de 2002, de nombreux autres virements ont été effectués entre les deux comptes de l’AWB, avec pour résultat un solde de 43,5 millions de dollars dans l’un d’eux.
– Les documents obtenus lors de l’enquête indiquent que le solde de 43,5 millions de dollars était directement lié au « contrat no 24398 » qui portait sur la vente à l’Iraq du système de missiles sol-air guidé par radar.
Un responsable de l’Abu Dhabi National Bank a déclaré aux enquêteurs du Service de l’immigration et des douanes des États-Unis que, chose inhabituelle, seul le personnel iraquien pouvait avoir accès aux fonds se trouvant dans les comptes de l’AWB, où était déposé le montant de 43,5 millions de dollars. 
Ce responsable a déclaré aux enquêteurs que le directeur de l’entreprise, qui était un ressortissant des Émirats arabes unis, n’avait aucun contrôle sur les montants déposés et que le Gouvernement iraquien et ses agents étaient les véritables propriétaires de l’AWB.
Tarik al-’Ubaydi, ressortissant iraquien qui était directeur de la Banque centrale d’Iraq et, depuis 2001, un membre du personnel de l’AWB, et Joseph Girguis, ressortissant iraquien lui aussi précédemment employé à la Banque centrale d’Iraq, étaient les représentants d’Uday Saddam Hussein à Doubaï ».