SAID ARIF

QDi.323
SAID ARIF
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
15 August 2014
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Saif Arif a été inscrit sur la Liste le 15 août 2014, en application des dispositions des paragraphes 2 et 4 de la résolution 2161 (2014), comme associé à Al-Qaida pour avoir concouru à financer, organiser, faciliter, préparer ou exécuter des actes ou activités de Jabhat al-Nusrah, inscrit sur la Liste sous le nom de Front el-Nosra pour le Peuple du Levant (QDe.137), en association avec lui, sous son nom, pour son compte ou pour le soutenir, et pour avoir recruté pour son compte.

Renseignements complémentaires: 

Said Arif est un officier de l’armée algérienne qui a déserté et s’est rendu en Afghanistan dans les années 90. Là, il a été formé dans des camps d’Al-Qaida (QDe.004) au maniement des armes et des explosifs. Arif est soupçonné d’avoir suivi une formation à la fabrication d’armes chimiques et biologiques en Géorgie, sous la direction du haut responsable d’Al-Qaida Abu Musab al-Zarqawi, également connu sous le nom d’Ahmad Fadil Nazal al-Khalayleh (décédé). Arif était un des lieutenants les plus proches d’al-Zarqawi. Il a été soupçonné d’être mêlé au complot ourdi par le groupe de Francfort (non inscrit sur la Liste) de commettre des attentats à la bombe contre la cathédrale de Strasbourg et le marché de Noël de Strasbourg (France) en décembre 2000, planifié par le haut responsable d’Al-Qaida Abu Doha (non inscrit sur la Liste).

Arif appartient à un réseau qui envoie des combattants étrangers recrutés en Europe vers l’Afghanistan, le Pakistan et la Tchétchénie (Fédération de Russie). Il a été arrêté en Syrie en 2003 et traduit en justice en France en 2004 avec 25 autres membres présumés du « réseau tchétchène » (non inscrit sur la Liste). Le groupe a été accusé d’avoir fomenté, en 2002, des attentats à la bombe contre la Tour Eiffel et des attaques contre des centres commerciaux et des postes de police en France. En 2006, Arif a été condamné pour le rôle qu’il a joué en tant que membre du groupe. En 2007, une cour d’appel a alourdi sa peine et l’a condamné à la peine maximale, à savoir 10 ans d’emprisonnement. Après son arrestation, Arif a avoué qu’Al-Qaida planifiait une attaque à l’arme chimique contre une base militaire américaine en Espagne. Arif était également lié à une cellule d’Al-Qaida dont les membres ont été arrêtés à Barcelone (Espagne). Il a été libéré en décembre 2011 et assigné à résidence en France. Toutefois, en octobre 2013, il a fui en Syrie, où il a rejoint Jabhat al-Nusrah, inscrit sur la Liste sous le nom de Front el-Nosra pour le Peuple du Levant (QDe.137).