OUMAR DIABY

QDi.342
Oumar Diaby
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
23 September 2014
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Oumar Diaby a été inscrit sur la Liste le 23 septembre 2014, en application des dispositions des paragraphes 2 et 4 de la résolution 2161 (2014), comme associé à Al-Qaida pour avoir concouru à financer, organiser, faciliter, préparer ou exécuter des actes ou activités de l’organisation Front el-Nosra pour le peuple du Levant [Al-Nusrah Front for the People of the Levant] (QDe.137), en association avec elle, sous son nom, pour son compte ou pour la soutenir, et pour avoir recruté pour son compte.

Renseignements complémentaires: 

Oumar Diaby était un membre actif de Forsane Alizza (non inscrite sur la Liste), organisation qui faisait ouvertement l’apologie du terrorisme jusqu’à son démantèlement en 2012. Il s’occupait d’activités de montage vidéo pour l’organisation. Dans ses enregistrements vidéo, Oumar Diaby rendait hommage au chef d’Al-Qaida (QDe.004), Oussama ben Laden (décédé), et aux actes terroristes commis en Europe. Pendant qu’il était en détention pour infractions de droit commun, du 9 décembre 2011 au 25 juin 2012, il a continué de promouvoir le terrorisme sur Internet. 

Le 25 juillet 2013, peu après que les autorités françaises ont pris un arrêté d’expulsion contre lui, Oumar Diaby a déclaré sur sa page Facebook qu’il avait rejoint la Syrie. Il dirige actuellement un groupe armé d’environ 80 personnes lié au Front el-Nosra pour le peuple du Levant (QDe.137).

Oumar Diaby continue de diffuser, depuis la Syrie, des enregistrements vidéo qui contiennent de la propagande terroriste et font l’apologie du Front el-Nosra. Il participe directement aux activités d’un réseau syrien de combattants terroristes étrangers. Il se considère comme un facilitateur essentiel des réseaux de combattants terroristes étrangers et a déclaré qu’il était fier d’être un terroriste.

En France, les avoirs d’Oumar Diaby sont gelés depuis le 2 mars 2012 en raison de ses activités terroristes. La France a émis un mandat d’arrêt international à son encontre le 26 mars 2014.