ALY SOLIMAN MASSOUD ABDUL SAYED

QDi.229
ALY SOLIMAN MASSOUD ABDUL SAYED
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
6 April 2009
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Aly Soliman Massoud Abdul Sayed a été inscrit sur la Liste des sanctions d'Al-Qaida le 8 juin 2007 en application des dispositions des paragraphes 1 et 12 de la résolution 1735 (2006) comme associé à Al-Qaida (QDe.004) et au Groupe islamique combattant libyen [Libyan Islamic Fighting Group] (QDe.011)pour avoir participé au financement, à l'organisation, à la préparation ou à l'exécution d'actes ou d'activités en association avec ces deux entités, sous leur nom, pour leur compte ou pour les soutenir, et pour avoir soutenu de toute autre manière, les actes commis par celles-ci ou auxquelles elles se livrent.

Renseignements complémentaires: 

Aly Soliman Massoud Abdul Sayed est membre d'Al-Qaida (QDe.004) depuis les années 80, et a rejoint le comité militaire d'Al-Qaida dans les années 90. Il a également rejoint les rangs du Groupe islamique combattant libyen [Libyan Islamic Fighting Group] (QDe.011), pour lequel il a d'abord travaillé comme auxiliaire médical.

En 1987, Abdul Sayed a quitté la Jamahiriya arabe libyenne pour la Tunisie, l'Algérie puis le Pakistan, où il a été hébergé dans le centre d'accueil d'Al-Qaida, Bayt al-Ansar. Il est arrivé en Afghanistan en 1991 et a été formé au maniement des armes et des explosifs dans les camps d'entraînement d'Al-Qaida, Al-Faruq et Salman al-Farsi. Il a combattu à Jalalabad, Khost et Logar (Afghanistan) pendant la guerre civile afghane.

Il est retourné à Peshawar (Pakistan) en 1993, puis au Soudan en 1994, où une entreprise de parfumerie servait d'écran à ses menées terroristes. Il a été impliqué dans le trafic d'armes et a été chargé d'armer un groupe d'Al-Qaida en Jamahiriya arabe libyenne. Il a collecté des armes en provenance du Tchad, en les faisant entrer illicitement au Soudan pour les acheminer ensuite vers la Jamahiriya arabe libyenne. Il a participé à une tentative d'assassinat du dirigeant libyen Muammar al-Kadhafi avant de s'enfuir au Soudan avec un faux passeport tchadien.

Abdul Sayed a été chargé par les dirigeants d'Al-Qaida de traverser le désert depuis le Soudan pour transmettre à des membres d'Al-Qaida qui se trouvaient en Jamahiriya arabe libyenne des messages écrits à l'encre invisible. Ces messages contenaient des instructions concernant des actes terroristes qui devaient être commis en Jamahiriya arabe libyenne. Abdul Sayed a été arrêté par les autorités soudanaises mais a réussi à s'échapper.

Des membres d'Al-Qaida l'ont ensuite fait rentrer clandestinement au Yémen, où il s'est vu confier la responsabilité de toutes les opérations d'Al-Qaida dans ce pays. En 1993, il a organisé avec un membre du Groupe libyen de combat pour l'Islam la venue au Yémen d'un expert en explosifs aux fins de fabriquer un engin explosif artisanal qui devait être lancé contre l'ambassade des États-Unis d'Amérique à Sanaa (Yémen).

Il s'est ensuite rendu en Allemagne en passant par Malte, muni d'un faux passeport. Il est revenu en Afghanistan en 1999, en passant par l'Iran, et a résidé à Kaboul.

En 2000, il a reçu l'ordre de retourner au Soudan où il a repris la responsabilité des activités d'Al-Qaida, peu de temps avant les attentats du 11 septembre et était un chef régional du Groupe libyen de combat pour l'Islam. Il a exécuté les ordres des dirigeants de ce groupe, notamment d'Abd al-Rahman al-Faqih (QDi.212). Abdul Sayed a également reçu des fonds d'un membre du Groupe libyen de combat pour l'Islam établi en Suisse. En 2002, Anas al-Sibai [Nazih Abdul Hamed Nabih al-Ruqai'i] (QDi.023) l'a chargé de préparer des attentats terroristes contre le Gouvernement soudanais, en collaboration avec des éléments extrémistes de groupes d'opposition érythréens résidant au Soudan. Cet ordre a été annulé un an plus tard par un autre membre prééminent d'Al-Qaida de nationalité libyenne.

En 2003, Abdul Sayed a reçu des détonateurs d'explosifs envoyés par un membre du comité de sécurité du Groupe libyen de combat pour l'Islam au Soudan et a été impliqué dans la préparation d'un attentat contre le Président et le Vice-Président soudanais.

Abdul Sayed a chargé un agent d'Al-Qaida qui se trouvait au Yémen de livrer des détonateurs d'explosifs. L'agent a acheté à Aden 90 détonateurs qu'il a fait parvenir à Abdul Sayed au Soudan en les cachant dans une imprimante d'ordinateur.

Le Groupe libyen de combat pour l'Islam fait partie du mouvement Al-Qaida. Il a officiellement annoncé sa formation en 1995 parmi des ressortissants libyens qui avaient combattu en Afghanistan et étaient opposés au régime de la Jamahiriya arabe libyenne. Le Groupe libyen de combat pour l'Islam a probablement participé à l'organisation des attentats à la bombe perpétrés à Casablanca (Maroc) en mai 2003 et a été lié aux attentats terroristes commis à Madrid (Espagne) en 2004. Le 3 novembre 2007, le Groupe libyen de combat pour l'Islam a officiellement fusionné avec Al-Qaida. Cette fusion a été annoncée dans deux vidéo-clips diffusés sur le site Web d'une entité affiliée à Al-Qaida (le groupe de média Al-Sahab), par Aiman al-Zawahiri [Aiman Muhammed Rabi al-Zawahiri] (QDi.006), le commandant en second d'Al-Qaida dans le premier clip, et par Abou Laith al-Libi, alors haut responsable du Groupe libyen de combat pour l'Islam, haut responsable d'Al-Qaida en Afghanistan et instructeur, dans le second.