ABDELMALEK DROUKDEL

QDi.232
ABDELMALEK DROUKDEL
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
15 June 2009
Date(s) de mise(s) à jour du résumé: 
9 September 2014
17 April 2018
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Abdelmalek Droukdel a été inscrit sur la Liste des sanctions d'Al-Qaida le 27 août 2007, en application des dispositions des paragraphes 1 et 12 de la résolution 1735 (2006), comme associé à l'Organisation d'Al-Qaida au Maghreb islamique [The Organization of Al-Qaida in the Islamic Maghreb] (QDe.014) pour avoir participé au financement, à l'organisation, à la facilitation, à la préparation ou à l'exécution d'actes ou d'activités en association avec cette entité, sous son nom, pour son compte ou pour la soutenir.

Renseignements complémentaires: 

Abdelmalek Droukdel, également connu sous le nom d'Abou Mossaab Abdelouadoud, est l'émir de l'Organisation d'Al-Qaida au Maghreb islamique [The Organization of Al-Qaida in the Islamic Maghreb] (QDe.014), qui s'appelait auparavant Groupe salafiste pour la prédication et le combat. Il a pris la tête du Groupe salafiste pour la prédication et le combat au milieu de l'année 2004.

En tant qu'expert en explosifs du Groupe islamique armé [Armed Islamic Group] (QDe.006), Droukdel a fabriqué des engins explosifs qui ont tué des centaines de civils lors d'attentats perpétrés dans des lieux publics.

Dans une déclaration datée du 13 septembre 2006, Droukdel a annoncé l'alliance officielle du Groupe salafiste pour la prédication et le combat avec Al-Qaida (QDe.004) et a prêté serment d'allégeance à Oussama ben Laden [Usama Muhammed Awad Bin Laden] (décédé). Dans une déclaration datée du 24 janvier 2007, il a fait savoir qu'en conséquence de son regroupement avec Al-Qaida, et après avoir consulté Oussama ben Laden, le Groupe salafiste pour la prédication et le combat changeait de nom et s'appellerait dorénavant Al-Qaida au Maghreb islamique. Dans un entretien accordé au New York Times en juillet 2008, Droukdel s'est de nouveau déclaré à l'origine du regroupement officiel du Groupe salafiste pour la prédication et le combat avec Al-Qaida et a reconnu le rôle joué par Abu Musab al-Zarqawi [Ahmad Fadil Nazal al-Khalayleh] (décédé), aux premiers stades de cette alliance.

Sous la direction de Droukdel, Al-Qaida au Maghreb islamique a perpétré une série d'attentats terroristes, notamment les attentats à la voiture piégée d'octobre 2006 qui visaient les commissariats de police de Dergana et Réghaïa dans la banlieue est d'Alger, l'attentat contre un autocar transportant du personnel expatrié de la compagnie pétrolière algéro-américaine Brown & Root Condor, perpétré près de Bouchaoui le 10 décembre 2006, l'attentat contre un convoi de la compagnie russe Stroy Transgaz le 3 mars 2007 et les sept attentats à la voiture piégée contre des dispositifs de sécurité dans les wilayat (régions) de Boumerdès et Tizi-Ouzou, le 13 février 2007.

Droukdel a également coordonné les attentats terroristes perpétrés à Alger (Algérie) le mercredi 11 avril 2007 contre le palais du Gouvernement et les bureaux du service d'enquêtes criminelles de la police. Ces attentats ont fait 33 morts et 245 blessés, pour la plupart des passants et des habitants du quartier.

Al-Qaida au Maghreb islamique a diffusé par l'intermédiaire de sites Web et de réseaux de télévision un enregistrement vidéo dans lequel elle revendiquait ces attentats-suicides, quelques heures après qu'ils aient eu lieu. Ces attentats ont été unanimement condamnés en Algérie et ailleurs, et le Conseil de sécurité a notamment diffusé une déclaration dans laquelle son président les condamnait dans les termes les plus énergiques (S/PRST/2007/10 en date du 12 avril 2007).

Dans une déclaration publiée le jour même, Al-Qaida au Maghreb islamique a revendiqué les attentats perpétrés le 11 décembre 2007 à Alger contre les locaux des Nations Unies et le bâtiment de la Cour suprême. Le Conseil de sécurité a immédiatement condamné ces actes dans les termes les plus énergiques (S/PRST/2007/45 en date du 11 décembre 2007). Dans l'entretien qu'il a accordé au New York Times en juillet 2008, Droukdel a de nouveau revendiqué ces attentats à la bombe.

En août 2008, Droukdel a dirigé l'exécution de trois attentats-suicides qui ont tué de nombreux civils dans leswilayat (régions) de Boumerdès, Bouira et Tizi-Ouzou (Algérie).

Droukdel a encouragé Al-Qaida au Maghreb islamique à enlever des nationaux algériens et étrangers comme moyen de financer ses activités terroristes. Ce groupe a été impliqué dans la détention de deux touristes autrichiens enlevés en février 2008 dans le sud de la Tunisie, dans la détention de deux représentants de l'Organisation des Nations Unies enlevés dans le nord du Niger en décembre 2008, et à la détention de quatre touristes européens enlevés dans le nord du Mali en janvier 2009.

Droukdel a été condamné par contumace à la réclusion à perpétuité par le tribunal de Tizi-Ouzou (Algérie) le 27 mars 2007 pour son implication dans des activités terroristes liées à Al-Qaida.

En octobre 2011, Abdelmalek Droukdel (QDi.232) a cherché à élargir les activités de son organisation terroriste au Sahel et à accroître son contrôle sur le nord du Mali. AQMI souhaitait créer un mouvement officiellement indépendant, dont la véritable appartenance serait dissimulée grâce à l’abandon de l’appellation « Al Qaida ». Elle a proposé que le nouveau groupe soit dirigé par Iyad ag Ghali (QDi.316). Depuis sa création, le mouvement Ansar Eddine (QDe.135) et son dirigeant, Iyad ag Ghali, bénéficient du soutien constant d’AQMI :

  • Appui militaire : de la bataille d’Aguelhok, livrée le 24 janvier 2012, à l’offensive lancée contre le sud du Mali au début de janvier 2013, Ansar Eddine a reçu le soutien d’AQMI dans sa lutte contre les forces armées maliennes, notamment lors de la prise des villes d’Aguelhok, le 24 janvier 2012, de Tessalit, le 10 mars 2012, de Kidal, le 30 mars 2012, de Gao, le 30 mars 2012, et de Tombouctou, le 1er avril 2012;
  • Appui financier : Iyad ag Ghali a reçu un versement de 400 000 euros d’un des chefs de la brigade Tariq ibn Ziyad, brigade d’AQMI opérant au Sahel;
  • Appui logistique : comptant initialement une cinquantaine d’hommes proches d’Iyad ag Ghali, Ansar Eddine a accueilli par la suite de nombreux combattants d’AQMI.

Depuis novembre 2012, Ansar Eddine resserre ses liens avec AQMI.

En novembre 2012, AQMI (QDe.014), Ansar Eddine (QDe.135) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) (QDe.134) ont conclu une alliance. Une mission composée d’éléments de ces trois mouvements a établi des bureaux au nord de Gao et mis au point une stratégie commune.

Le 25 novembre 2012, Iyad ag Ghali a manifesté son soutien à l’idéologie véhiculée par AQMI.

Dès le début de l’opération Serval, Iyad ag Ghali s’est associé aux brigades d’AQMI et du MUJAO qui combattent les forces armées françaises et maliennes.