RAJAH SOLAIMAN MOVEMENT

QDe.128
RAJAH SOLAIMAN MOVEMENT
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
7 May 2009
Date(s) de mise(s) à jour du résumé: 
3 February 2015
17 April 2018
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Le Mouvement Rajah Solaiman [Rajah Solaiman Movement] a été inscrit sur la liste des sanctions contre Al-Qaida le 4 juin 2008 en application des paragraphes 1 et 12 de la résolution 1735 (2006)comme associé à Al-Qaida, Oussama ben Laden ou les Taliban en raison de sa participation au financement, à la planification, à la facilitation, à la préparation ou à la perpétration d'actes ou d'activités du Groupe Abou Sayyaf [Abu Sayyaf Group] (QDe.001) et de la Communauté islamiste [Jemaah Islamiyah] (QDe.092), en association avec ces entités, sous leur nom, pour leur compte ou pour les appuyer, pour avoir recruté pour ces entités ou avoir d'une autre manière appuyé leurs menées ou leurs activités.

Renseignements complémentaires: 

Le Mouvement Rajah Solaiman [Rajah Solaiman Movement] a été fondé en 1995 par Hilarion Del Rosario Santos III (QDi.244), également connu sous le nom d'Ahmad Islam Santos. Santos est considéré comme l'émir du Mouvement Rajah Solaiman.

Les recrues du Mouvement Rajah Solaiman ont reçu une formation, des fonds et une assistance opérationnelle du Groupe Abou Sayyaf [Abu Sayyaf Group] (QDe.001) et de la Communauté islamiste [Jemaah Islamiyah] (QDe.092), affiliés à Al-Qaida. En contrepartie, le Mouvement Rajah Solaiman a fourni des agents et une réserve de recrues potentielles, permettant au Groupe Abou Sayyaf et à la Jemaah Islamiyah d'élargir leur influence dans les zones rurales des Philippines. Les membres du Mouvement Rajah Solaiman ont été impliqués dans plusieurs complots visant à commettre des attentats à la bombe contre des objectifs bien en vue à Manille, notamment des installations publiques, des quartiers touristiques et l'ambassade des États-Unis d'Amérique.

Les liens entre le Mouvement Rajah Solaiman et le Groupe Abou Sayyaf sont illustrés par le fait que, au moment de son arrestation à Zamboanga (Philippines), le 26 octobre 2005, Hilarion Santos III était également le chef du bureau de presse du Groupe Abou Sayyaf.

Hilarion Santos III a reconnu l'existence de liens entre le Mouvement Rajah Solaiman et la Jemaah Islamiyah lorsqu'il a avoué avoir collaboré, début 2004, avec Umar Patek (QDi.294), un membre de la Jemaah Islamiyah. Patek a remis au Mouvement Rajah Solaiman 250 000 pesos philippins pour l'opération manquée baptisée « Big Bang » ou « Great Ibadah », qui devait viser l'ambassade des États-Unis d'Amérique à Manille et des commerces fréquentés par les étrangers, en particulier les Américains. Cet argent a été utilisé aux fins de la surveillance des cibles et pour payer la location à Quezón City d'un appartement où le Mouvement Rajah Solaiman stockait des explosifs. Les forces de sécurité du Gouvernement philippin ont fait une descente dans cet appartement le 23 mars 2005 et y ont récupéré ces explosifs. Lorsque Fathur Rohman al-Ghozhi (décédé), agent clef de la Jemaah Islamiyah, a échappé à la Police nationale philippine qui le détenait, le 14 juillet 2003, il s'est réfugié dans la résidence d'un contact du Mouvement Rajah Solaiman à Camarines Sur avant de se rendre à Butuan City, à Mindanao.

Santos a également admis avoir entraîné avec la Jemaah Islamiyah, dès février 2002, de futurs poseurs de bombes. Après leur formation, les membres du Groupe Abou Sayyaf et du Mouvement Rajah Solaiman ont participé à une série d'attentats à la bombe et à d'autres complots concertés, orchestrés au nom de la Jemaah Islamiyah et du Groupe Abou Sayyaf, exécutés dans l'agglomération de Manille et à Mindanao et qui ont fait des morts ou des blessés; il s'agit par exemple de l'attentat contre le Superferry 14 (27 février 2004), du projet d'attentat à la bombe contre l'autobus de la compagnie G-Liner(25 décembre 2004), de l'attentat à la bombe de la Saint-Valentin (14 février 2005) et des attentats quasi simultanés perpétrés à Mindanao, à la gare routière de Davao City et dans un centre commercial de General Santos City.

Certains membres du Mouvement Rajah Solaiman ont été recrutés par la Jemaah Islamiyah par l'intermédiaire du Groupe Abou Sayyaf pour perpétrer des attentats à la bombe. Pour s'y préparer, les recrues du Mouvement Rajah Solaiman ont suivi des formations organisées par la Jemaah Islamiyah et le Groupe Abou Sayyaf, en particulier pour le maniement des explosifs et la fabrication d'engins explosifs improvisés. À l'issue de cette formation, les recrues sont devenues des poseurs de bombes ou ont apporté un soutien opérationnel, par exemple en se procurant les éléments nécessaires à la fabrication d'engins explosifs improvisés ou à l'évaluation de cibles.

Les membres du Mouvement Rajah Solaiman ont suivi en 2002 une formation à l'utilisation d'explosifs avec des instructeurs de la Jemaah Islamiyah, à Mount Cararao, à la frontière entre les provinces de Maguindanao et de Lanao Del Sur (Philippines), après avoir trouvé refuge à l'intérieur de camps du Groupe Abou Sayyaf à Mindanao à la suite d'une descente de la Police nationale philippine dans leur camp de formation d'Anda, dans la province de Pangasinan. En 2004, des instructeurs de la Jemaah Islamiyah ont organisé à l'intention des membres du Mouvement Rajah Solaiman un autre programme de formation sur la démolition, les explosifs et l'utilisation des armes à feu, baptisé « Kital Jihad », qui s'est déroulé à Camp Jaba Quba, à Mount Cararao (province de Maguindanao, Philippines).

Le Mouvement Rajah Solaiman a reçu des fonds des Bureaux locaux de l'Organisation internationale islamique de secours aux Philippines [International Islamic Relief Organization, Philippines, Branch Offices] (QDe.126) par l'intermédiaire de Khadafi Aboubakar Janjalani [Khadafi Abubakar Janjalani] (décédé), Chef du Groupe Abou Sayyaf. L'Organisation internationale islamique de secours aux Philippines a été créée par Mohammad Jamal Khalifa, un beau-frère d'Oussama ben Laden [Usama Muhammed Awad Bin Laden] (décédé).