Jund Al Aqsa

QDe.156
Jund Al Aqsa
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
20 July 2017
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

Jund al-Aqsa (JAA) a été inscrit sur la Liste le 20 juillet 2017 en application des dispositions de l’Annexe III de la résolution 2368 (2017) comme associé à l’EIIL ou à Al-Qaida pour avoir concouru au financement, à l’organisation, à la facilitation, à la préparation ou à l’exécution d’actes ou d’activités de l’État islamique d’Iraq et du Levant, inscrit sur la Liste sous le nom d’Al-Qaida en Iraq (QDe.115), en association avec ce groupes, sous son nom ou pour son compte, ou pour le soutenir, pour lui avoir fourni, vendu ou transféré des armements et matériels connexes, pour avoir soutenu de toute autre manière des actes qu’il a commis ou des activités auxquels il se livrent et parce qu’il appartient à ce groupe ou est contrôlé par lui, directement ou indirectement, ou qu’il le soutient de toute autre manière.

Renseignements complémentaires: 

Jund al-Aqsa (JAA) est un groupe militant opérant principalement dans les provinces syriennes d’Edleb et d’Hama. Il s’est formé aux alentours de 2012, en tant que sous-groupe du Front el-Nosra pour le peuple du Levant (QDe.137) (dont l’autre nom connu est Jabhat el-Nosra), et compte près de 1 600 militants (essentiellement des combattants terroristes étrangers). JAA a continué de participer à des opérations terroristes aux côtés du Front el-Nosra pour le peuple du Levant, mais il agit aussi de manière indépendante. Il a eu recours à maintes reprises à des méthodes terroristes pour atteindre son objectif : fonder un état reposant sur une idéologie semblable à celle de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL), inscrit sur la Liste sous le nom d’Al-Qaida en Iraq (QDe.115). JAA a commis plusieurs attentats-suicides, a exécuté sommairement des prisonniers et s’est livré à d’autres exécutions extrajudiciaires de civils en raison de leur appartenance religieuse.

 

En février 2014, JAA a été tenu pour responsable d’une attaque contre le village de Maan, (dans le centre de la province d’Hama,) dans laquelle plus de 40 personnes, y compris des civils, ont trouvé la mort. En mars 2015, il a en outre pris part à un massacre et, entre août- et septembre 2016, il s’est emparé des  villages de Halfa, Masana, Boueïda et Maan (province d’Hama). Les militants de JAA ont également massacré des soldats syriens, des personnes issues de minorités ethniques et religieuses (alaouites, chrétiennes, kurdes et chiites) ainsi que des sunnites favorables ou défavorables au gouvernement, qu’ils avaient faits prisonniers.