AL-NUSRAH FRONT FOR THE PEOPLE OF THE LEVANT

QDe.137
AL-NUSRAH FRONT FOR THE PEOPLE OF THE LEVANT
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
14 May 2014
Date(s) de mise(s) à jour du résumé: 
3 February 2016
5 June 2018
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

           L’Al-Nusrah Front for the People of the Levant (Front el-Nosra pour le peuple du Levant) a été inscrit sur la Liste le 14 mai 2014, en application des dispositions des paragraphes 2 et 3 de la résolution 2083 (2012), comme associé à Al-Qaida pour avoir concouru à financer, organiser, faciliter, préparer ou exécuter des actes ou activités d’Al-Qaida (QDe.004) et d’Al-Qaida in Iraq (Al-Qaida en Iraq) (QDe.115), en association avec elles, sous leur nom, pour leur compte ou pour les soutenir, et pour avoir recruté pour leur compte.

Renseignements complémentaires: 

Le Front el-Nosra pour le peuple du Levant est entré officiellement en activité le 24 janvier 2012, même s’il était déjà actif avant cette date.

Ibrahim Awwad Ibrahim Ali al-Badri al-Samarrai (QDi.299), chef d’Al-Qaida en Iraq (QDe.115), a donné des directives stratégiques au chef du Front el-Nosra, Abu Mohammed al-Jawlani (QDi.317), lui demandant de lancer des opérations en République arabe syrienne. Le 9 avril 2013, Ibrahim Awwad Ibrahim Ali al-Badri al-Samarrai a annoncé la fusion d’Al-Qaida en Iraq et du Front el-Nosra sous la dénomination d’« État islamique en Iraq et au Levant ». Ibrahim Awwad Ibrahim Ali al-Badri al-Samarrai a également affirmé que son organisation soutenait et finançait des cellules de combattants du Front el-Nosra.

Le Front el-Nosra est associé à Al-Qaida (QDe.004). Le chef d’Al-Qaida, Aiman Muhammed Rabi al-Zawahiri (QDi.006), a envoyé deux lettres aux membres du Front les 27 juin 2011 et 7 février 2012, appelant au lancement d’opérations militantes en République arabe syrienne. En réponse à cet appel, de nombreux combattants étrangers se sont rendus dans ce pays et ont mené des opérations terroristes qui portaient toutes la marque d’Al-Qaida, même si l’identité de leurs auteurs n’a pas été révélée. Abu Mohammed al-Jawlani a déclaré le 10 avril 2013 que le Front el-Nosra avait fait acte d’allégeance à Aiman al-Zawahiri.

Le Front el-Nosra se compose de combattants locaux et étrangers, dont certains ont combattu en Afghanistan et en Iraq sous la bannière d’Al-Qaida. Ils collaborent avec des Syriens qui ont participé aux activités d’Al-Qaida, principalement en Iraq, et qui sont rentrés en République arabe syrienne au moment où les troubles ont commencé. De nombreux membres d’Al-Qaida en Iraq ainsi que des membres d’Al-Qaida ont rejoint le Front el-Nosra. D’autres recrues venaient d’Asbat al-Ansar (QDe.007).

Le Front el-Nosra recourt au meurtre, à la destruction, aux voitures piégées et aux attentats-suicides. Ses opérations ont causé beaucoup de dégâts matériels et de pertes en vies humaines. Les opérations les plus lourdes de conséquences revendiquées par le Front sont les suivantes :

1.       L’attaque commise le 6 janvier 2012 dans le quartier de Maydan à Damas (République arabe syrienne), qui a fait 24 morts et 140 blessés chez les militaires et les civils; 
2.       Deux opérations terroristes perpétrées le 10 février 2012 contre le bâtiment de la sécurité militaire à Ourqoub (République arabe syrienne) et un bâtiment des services de maintien de l’ordre à Halab el-Jadida (République arabe syrienne), qui a fait 28 morts et plus de 135 blessés chez les militaires et les civils;
3.       Un attentat à l’explosif commis le 10 mai 2012 à Qazaz (République arabe syrienne), à proximité de la section Palestine du Service de renseignement militaire, qui a fait 55 morts et 372 blessés, dont la plupart étaient des civils;
4.       Un attentat à l’explosif commis le 21 janvier 2013, qui a tué un grand nombre de militaires et de civils à Salmiya (République arabe syrienne), près d’une fabrique de tapis et d’un complexe des services de sécurité;
5.       L’attaque commise en septembre 2012 contre le bâtiment du quartier général de l’armée à Damas, qui a tué 4 militaires, fait 14 blessés chez les militaires et les civils et causé de considérables dégâts matériels; 
6.       Trois explosions sur la place Saadalla el-Jabiri, près de Bab Janin dans le centre d’Alep, qui ont fait 24 morts chez les militaires et les civils et 123 blessés, pour la plupart des civils;
7.       Une opération terroriste commise à proximité de l’hôpital de Hiya dans le quartier de Malab à Alep, qui a fait 32 morts et 164 blessés parmi les civils;
8.       Des explosions à proximité du quartier de Wuhda, de Raouda et du cimetière à Jaramana dans la province de Rif Damas, qui ont fait 17 morts et 71 blessés, dont la plupart étaient des civils;
9.       L’attaque commise le 17 mars 2012 contre le bâtiment du service de renseignements des forces aériennes dans le quartier de Qasaa et le département de la sécurité criminelle dans la province de Damas;
10.     Une attaque contre les casernes de Hannanou dans la province d’Alep;
11.     L’attaque commise le 11 janvier 2013 contre l’aéroport militaire de Taftanaz à Edleb. Avec le concours des groupes terroristes Ahrar el-Cham, El-Islam et El-Fajr, le Front el-Nosra a pris le contrôle de l’aéroport. Les attaquants ont fait main basse sur le matériel, les armes et les munitions, tué plusieurs militaires et fait des prisonniers;
12.     L’attaque de la ville de Maarret el-Nouman (province d’Edleb) et le massacre de ses habitants;
13.     L’attaque du club des officiers à Alep.

En janvier 2017, le Front el-Nosra pour le peuple du Levant a créé Hay’at Tahrir al-Sham (HTS) comme moyen de faire valoir sa position dans l’insurrection syrienne et de servir ses propres objectifs en tant qu’entité affiliée à Al-Qaida en Syrie. Bien que l’émergence de HTS ait été décrite de différentes façons (par exemple comme le résultat d’une fusion ou d’un changement de nom), le Front el-Nosra continue de dominer HTS et de mener des opérations par son intermédiaire afin de servir ses objectifs.