AL-HARAMAIN FOUNDATION (UNION OF THE COMOROS)

QDe.116
AL-HARAMAIN FOUNDATION (UNION OF THE COMOROS)
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
30 October 2009
Date(s) de mise(s) à jour du résumé: 
15 June 2015
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

La Fondation Al-Haramain (Comores) a été inscrite sur la liste des sanctions contre Al-Qaida le 28 septembre 2004, en application des dispositions des paragraphes 1 et 16 de la résolution 1526 (2004), comme associée à Al-Qaida, à Oussama ben Laden ou aux Taliban en raison de sa « participation au financement, à l'organisation, à la facilitation, à la préparation ou à l'exécution d'actes ou d'activités en association avec cette organisation, sous son nom, pour son compte ou pour la soutenir ».

Renseignements complémentaires: 

La Fondation Al-Haramain (Comores) [Al-Haramain Foundation (Union of the Comoros)] a fourni un appui financier, matériel ou technologique au réseau Al-Qaida (QDe.004) et à Oussama ben Laden [Usama Muhammed Awad Bin Laden] (décédé), et appartenait à ce réseau, était placée sous son contrôle, agissait pour son compte ou en son nom ou lui était de toute autre manière associée.

La Fondation Al-Haramain (Comores) était une branche de la Fondation islamique Al-Haramain basée en Arabie saoudite qui se présentait comme une organisation non gouvernementale privée, caritative et éducative. Prise dans son ensemble, Al-Haramain était l'une des principales organisations non gouvernementales actives dans le monde à fournir un appui au réseau Al-Qaida. Le financement provenait généralement de bienfaiteurs particuliers et de campagnes spéciales visant certaines entités commerciales dans le monde.

Les branches d'Al-Haramain en Bosnie-Herzégovine (QDe.071), en Somalie (QDe.072), en Indonésie, au Kenya (QDe.105), en Tanzanie (QDe.106), au Pakistan (QDe.104), en Afghanistan (QDe.110), en Albanie (QDe.111), au Bangladesh (QDe.112), en Éthiopie (QDe.113), aux Pays-Bas (QDe.114), et aux Comores (QDe.116) ont fourni un appui financier, matériel ou technologique au réseau Al-Qaida, y compris à la Communauté islamiste [Jemaah Islamiyah] (QDe.092), à l'Union islamique [Al-Itihaad al-Islamiya] (QDe.002), au Jihad islamique égyptien [Egyptian Islamic Jihad] (QDe.003) et à Lashkar-e-Toiba [Lashkar-e-Tayyiba] (QDe.118). Ces organisations terroristes ont été financées par Al-Haramain et l'ont utilisée comme écran pour collecter des fonds et mener des activités opérationnelles.

La Fondation Al-Haramain était active dans l'ensemble de l'Union des Comores.

En 1998, deux de ses associés aux Comores étaient liés à Al-Qaida. L'Union des Comores a servi de point de regroupement et d'étape dans l'itinéraire d'exfiltration des auteurs des attentats de 1998 contre les ambassades des États-Unis au Kenya et en Tanzanie. Les branches de la Fondation Al-Haramain dans ces pays ont procuré un appui financier et d'autres formes d'appui opérationnel à ces attaques terroristes.