AL-HARAMAIN: BANGLADESH BRANCH

QDe.112
AL-HARAMAIN: BANGLADESH BRANCH
Date à laquelle le résumé a été mis en ligne sur le site du Comité: 
30 October 2009
Date(s) de mise(s) à jour du résumé: 
15 June 2015
Motifs ayant présidé à l'inscription sur la Liste: 

La branche bangladaise d'Al-Haramain [Al-Haramain: Bangladesh Branch] a été inscrite sur la liste des sanctions contre Al-Qaida le 6 juillet 2004, en application des dispositions des paragraphes 1 et 16 de la résolution 1526 (2004), comme associée à Al-Qaida, à Oussama Ben Laden ou aux Taliban en raison de sa participation au financement, à l'organisation, à la facilitation, à la préparation ou à l'exécution d'actes ou d'activités en association avec l'organisation Al-Qaida, sous son nom, pour son compte ou pour la soutenir.

Renseignements complémentaires: 

La branche bangladaise d'Al-Haramain [Al-Haramain: Bangladesh Branch] a apporté une aide financière et matérielle ou un appui logistique et technologique au réseau Al-Qaida (QDe.004) et à Oussama ben Laden [Usama Muhammed Awad Bin Laden] (décédé).

La branche bangladaise d'Al-Haramain était une antenne de la Fondation islamique Al-Haramain, basée en Arabie saoudite, qui se présentait comme une organisation non gouvernementale privée à but caritatif et éducatif. Al-Haramain, en tant qu'entité, était l'une des principales organisations non gouvernementales qui s'employaient à travers le monde à soutenir le réseau Al-Qaida. Ses fonds provenaient généralement de particuliers ou de campagnes de collecte spéciales qui visaient certaines entreprises de par le monde.

Les branches d'Al-Haramain en Bosnie-Herzégovine (QDe.071), en Somalie (QDe.072), en Indonésie, au Kenya (QDe.105), en Tanzanie (QDe.106), au Pakistan (QDe.104), en Afghanistan (QDe.110), en Albanie (QDe.111), au Bangladesh (QDe.112), en Éthiopie (QDe.113), aux Pays-Bas (QDe.114), et aux Comores (QDe.116) ont fourni un appui financier, matériel ou technologique au réseau Al-Qaida, y compris à la Communauté islamiste [Jemaah Islamiyah] (QDe.092), à l'Union islamique [Al-Itihaad al-Islamiya] (QDe.002), au Jihad islamique égyptien [Egyptian Islamic Jihad] (QDe.003) et à Lashkar-e-Toiba [Lashkar-e-Tayyiba] (QDe.118). Ces organisations terroristes ont été financées par Al-Haramain et l'ont utilisée comme écran pour collecter des fonds et mener des activités opérationnelles.

Un haut responsable d'Al-Haramain a chargé un ressortissant du Bangladesh de surveiller les consulats des États-Unis en Inde en vue d'éventuelles attaques terroristes. Après que celui-ci eut été arrêté en Inde au début de 1999 avec 2 kilos d'explosifs et cinq détonateurs, il a informé la police qu'il comptait attaquer des missions diplomatiques des États-Unis en Inde. Il a reconnu avoir suivi un entraînement dans des camps terroristes d'Al-Qaida en Afghanistan et y avoir rencontré Oussama ben Laden en 1994. C'est au bureau d'Al-Haramain au Bangladesh qu'il avait entendu parler pour la première fois du projet d'attaquer les missions.