Imprimer
SG/SM/21271
13 mai 2022

Le Secrétaire général et les chefs d’entités de l’ONU discutent de l’élan à retrouver pour surmonter les crises mondiales et réaliser le développement durable

La déclaration suivante a été faite, aujourd’hui, par le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres à l’issue de la session de printemps des réunions du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies, à Vienne, Autriche:

Je viens de présider la réunion du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies, qui réunit les chefs de 30 entités, où nous avons engagé une discussion sur les défis de la reprise économique mondiale et sur la manière d’inverser la tendance de la perte d’élan concernant la réalisation des objectifs de développement durable.

Nous sommes à un moment de l’histoire où le monde est confronté à des crises mondiales multiples et interdépendantes, avec de nombreux pays du monde qui font face au choc des défis en cascade d’une urgence climatique ininterrompue, d’un relèvement inégal après la pandémie de COVID-19 et d’une triple crise alimentaire, énergétique et de la dette.  Les conséquences tragiques de la guerre en cours en Ukraine ont exacerbé ces crises multiples.

Un élément essentiel de la capacité du système des Nations Unies à sauver les objectifs de développement durable et à fournir une aide humanitaire est un financement prévisible et accru.  Nous reconnaissons qu’un certain nombre de donateurs ont atteint et, dans certains cas, dépassé l’engagement de consacrer 0,7% de leur revenu national brut à l’aide publique au développement (APD).

Cependant, des indications récentes laissent voir que d’autres États Membres procèdent à des coupes drastiques de l’APD, revenant ainsi sur leur engagement.  Cela aura des impacts négatifs directs sur la réalisation des objectifs de développement durable.  C’est alarmant et j’exhorte les États Membres à reconsidérer leur position, compte tenu des conséquences désastreuses pour les plus vulnérables d’entre nous en ces temps troublés.

Le système des Nations Unies reste déterminé à renforcer la coordination afin de soutenir des stratégies nationales cohérentes pour le Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Nous pouvons produire des résultats et veiller à ce qu’ils répondent aux besoins et aux droits des personnes que nous sommes censés aider.  À une époque où les conflits mondiaux sont à leur plus haut niveau depuis la création de l’ONU, les preuves démontrent qu’investir dans le développement est le meilleur moyen de prévenir les crises et de maintenir la paix internationale, ce qui reste la mission centrale de l’ONU.  La prévention reste au cœur de mon agenda.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.