Imprimer
SC/14902
24 mai 2022

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la situation en Afghanistan

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de mai, Mme Linda Thomas-Greenfield (États-Unis):

Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés profondément préoccupés par l’érosion croissante du respect des droits humains et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan imposée par les Taliban, notamment par la mise en place de restrictions limitant l’accès à l’éducation et à l’emploi, la liberté de mouvement et la participation pleine, égale et véritable des femmes à la vie publique, et ont souligné que ces restrictions contredisaient les attentes de la communauté internationale et les engagements pris par les Taliban envers le peuple afghan.

Les membres du Conseil se sont en outre déclarés profondément préoccupés par l’annonce faite par les Taliban selon laquelle toutes les femmes devaient se couvrir le visage dans les espaces publics et dans les émissions de médias, ne sortir de chez elles qu’en cas de nécessité, et que les infractions à cette directive entraîneraient le châtiment de leurs parents masculins.  Ils ont également exprimé leur inquiétude face à la décision des Taliban de dissoudre plusieurs institutions nationales clés.

Les membres du Conseil ont exhorté les Taliban à inverser rapidement les politiques et pratiques qui restreignent actuellement les droits humains et les libertés fondamentales des femmes et des filles afghanes.  Ils ont également réitéré leur appel aux Taliban pour qu’ils honorent l’engagements qu’ils ont pris de rouvrir les écoles pour toutes les étudiantes sans plus attendre.

Les membres du Conseil se sont en outre déclarés profondément préoccupés par l’instabilité de la situation en Afghanistan, y compris les problèmes politiques, économiques et sociaux et les problèmes de sécurité et leur incidence sur la vie du peuple afghan, en particulier la poursuite des attentats terroristes visant des civils et des infrastructures civiles, y compris dans les communautés religieuses minoritaires, dans tout le pays, ainsi que la culture, la production, le commerce et le trafic de drogues illicites.

Les membres du Conseil se sont en outre déclarés profondément préoccupés par la situation humanitaire et économique désastreuse qui règne en Afghanistan, ont reconnu la nécessité de redoubler d’efforts pour apporter une assistance humanitaire et mener d’autres activités visant à répondre aux besoins humains fondamentaux en Afghanistan, ont souligné que la fourniture efficace de l’aide humanitaire exigeait que tous les acteurs permettent un accès complet, sûr et sans entrave à l’ensemble du personnel humanitaire, y compris les femmes, et ont reconnu en outre la nécessité d’aider à relever les défis considérables auxquels était confrontée l’économie afghane, notamment par des mesures visant à rétablir les systèmes bancaires et financiers et à permettre l’utilisation des actifs appartenant à la Banque centrale d’Afghanistan au profit du peuple afghan. 

Les membres du Conseil ont demandé à la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) de continuer à suivre de près la situation et d’en rendre compte, et ont demandé à la Représentante spéciale du Secrétaire général de continuer à dialoguer sur ces questions avec tous les acteurs politiques et parties prenantes afghans concernés, y compris les autorités pertinentes, conformément au mandat de la MANUA, et de tenir le Conseil informé des progrès accomplis.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.