Imprimer
dbf220427
27 avril 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 avril 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Déplacements du Secrétaire général

Le Secrétaire général s’est rendu ce matin de Pologne en Ukraine, et il est arrivé à Kiev.  Demain, il y rencontrera le Président Volodymyr Zelenskyy et le Ministre des affaires étrangères Dmytro Kuleba, et nous nous attendons à ce qu’il s’adresse également à la presse.

Hier soir, à son arrivée à Rzeszów, en Pologne, en route pour l’Ukraine, le Secrétaire général a été reçu par le Président de la Pologne, Andrzej Duda. 

Le Secrétaire général a exprimé au Président sa profonde reconnaissance et sa gratitude pour la générosité du peuple polonais, pour la manière dont il a ouvert ses foyers et ses cœurs à près de deux millions de réfugiés ukrainiens.  Le Secrétaire général a également informé le Président de ses rencontres à Moscou et à Ankara. 

Hier après-midi, nous avons également partagé un compte rendu de la réunion du Secrétaire général avec le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Putin.

Au cours de cette réunion en tête-à-tête, le Secrétaire général a réitéré la position des Nations Unies sur l’Ukraine, et les deux dirigeants ont discuté des propositions d’assistance humanitaire et d’évacuation des civils des zones de conflit, notamment en ce qui concerne la situation à Marioupol.  Le Président a donné son accord de principe à l’implication des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge dans l’évacuation des civils de l’usine Azovstal à Marioupol.

Climat

Aujourd’hui, le Secrétaire général s’est adressé, dans un message vidéo, à la première réunion de son Groupe d’experts de haut niveau sur les engagements de zéro émission nette des entités non étatiques.

Le Secrétaire général leur a dit qu’il est essentiel de garantir la crédibilité et l’intégrité environnementale des engagements nets zéro.  « Nous devons nous assurer que les engagements nets zéro sont ambitieux et crédibles, et qu’ils s’alignent sur les normes les plus élevées d’intégrité environnementale et de transparence », a-t-il déclaré.

Le Secrétaire général a également demandé au Groupe de travailler de manière inclusive et ouverte, ajoutant que la meilleure protection contre toute accusation d’ « intérêts particuliers » sera la transparence totale des consultations et du processus du groupe.

L’intégralité de ses remarques est disponible en ligne (en anglais seulement).

Développement durable

Ce matin, la Vice-Secrétaire générale s’est exprimée lors d’une réunion des membres du Conseil de l’Organisation de coopération et de développement économiques sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030. 

Mme Amina Mohammed a noté que la pandémie de COVID-19 continue de faire violemment dérailler les progrès accomplis dans la réalisation du Programme 2030, alors que plus de 100 millions de personnes supplémentaires ont été poussées dans l’extrême pauvreté en 2020, inversant de manière spectaculaire une tendance à la baisse qui durait depuis deux décennies.

Elle a ajouté que les lents progrès vers l’égalité des sexes ont été reportés, et que la guerre en Ukraine a maintenant un impact sévère sur une économie mondiale déjà mise à mal par la pandémie et la triple crise planétaire des changements climatiques, de la perte de biodiversité et de la pollution.

Pour sauver les objectifs de développement durable, nous devrons accélérer la mise en œuvre sur tous les fronts, notamment en augmentant massivement les financements, a déclaré la Vice-Secrétaire générale.  Bien que l’aide publique au développement ait atteint son niveau le plus élevé en 2021, elle ne suffit pas à compenser la montée en flèche des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, ni le paiement du service de la dette.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité a entendu un exposé de Huang Xia, l’Envoyé spécial pour la région des Grands Lacs.

M. Xia a indiqué aux membres du Conseil que si les derniers mois ont été caractérisés par une dynamique encourageante de dialogue et de coopération, ainsi que par une volonté de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité dans la région, la crise sécuritaire et humanitaire dans l’est de la RDC a été aggravée par la résurgence du groupe armé M23.  Il est également regrettable, a-t-il dit, que les Forces démocratiques alliées et d’autres groupes armés continuent de commettre des atrocités contre des civils.

M. Xia a déclaré que la paix dans l’est de la RDC reste extrêmement fragile, et a appelé à une coopération accrue en matière de sécurité dans la région.  Il a également réitéré l’importance d’assurer un dialogue direct et continu au plus haut niveau entre les dirigeants de la région.  Enfin, il a appelé à un soutien continu de la part de la communauté internationale.

Syrie

Geir Pedersen, l’Envoyé spécial pour la Syrie, a informé hier après-midi le Conseil de sécurité, et déclaré à ses membres que la Syrie était un conflit actif, et non un conflit gelé.  Il a ajouté que l’impasse stratégique actuelle sur le terrain et l’absence de la Syrie à la Une des journaux ne doivent pas faire croire que le conflit nécessite moins d’attention ou de ressources, ou qu’une solution politique n’est pas urgente.

Joyce Msuya, la Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, a ajouté que 4,1 millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie avaient besoin d’une aide humanitaire.  Près d’un million de personnes vivent sous des tentes, dont la moitié ont dépassé leur durée de vie normale, a-t-elle précisé.  Elle a déclaré au Conseil que le renouvellement de l’autorisation transfrontalière de l’ONU en juillet restait essentiel pour sauver des vies dans le nord-ouest de la Syrie.

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) indique que le Gouvernement organise actuellement un forum régional d’une semaine à Bangui pour sensibiliser et renforcer les capacités des médias numériques afin de prévenir les conflits liés au discours de haine en Afrique centrale.

Le forum est organisé par le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (BRENUAC) et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), avec le soutien de la MINUSCA et d’autres partenaires.

Corne de l’Afrique

Les agences humanitaires indiquent qu’hier, les bailleurs de fonds ont promis près de 1,4 milliard de dollars pour répondre à la sécheresse dans la Corne de l’Afrique -la pire que connaît la région depuis quatre décennies- qui a laissé plus de 15 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire grave en Éthiopie, au Kenya et au Somalie.

Ces promesses, qui couvriront les six prochains mois, ont été faites lors d’une réunion de haut niveau à Genève, coorganisée par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et la direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire européennes de l’Union européenne.  De hauts représentants des Gouvernements éthiopien, kényan et somalien y ont également participé.

Sur les 1,4 milliard de dollars promis, environ un milliard de dollars iront à une aide immédiate et vitale, notamment en matière de vivres, de nutrition, d’eau et d’assainissement, d’espèces et d’assistance sanitaire, ainsi que du fourrage et des médicaments pour maintenir le bétail en vie.

Les fonds restants iront à l’aide au développement des trois pays touchés par la sécheresse.

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, a déclaré qu’une fois de plus, les personnes vulnérables de toute la Corne de l’Afrique sont victimes de la cruauté de la faim aiguë et d’une famine potentielle face à une crise qui n’est pas de leur fait.

Caraïbes

On estime que 2,8 millions de personnes -soit près de 40% de la population des Caraïbes anglophones- sont en situation d’insécurité alimentaire, soit un million de plus qu’en avril 2020.  C’est ce qu’indique une récente enquête menée par la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Selon cette étude, l’insécurité alimentaire grave continue d’augmenter dans la région, le chiffre actuel étant en hausse de 72% par rapport à celui d’avril 2020.

Soulignant l’impact durable de la pandémie, ces chiffres font état d’une détérioration de la consommation alimentaire et des régimes alimentaires, 25% des personnes interrogées consommant des aliments qui ne sont pas leur premier choix, 30% sautant des repas ou mangeant moins que d’habitude et 5% passant une journée entière sans manger durant la semaine précédant l’enquête.

Coordonnateurs résidents

Après approbation par les gouvernements hôtes respectifs, M. Khaled El Mekwad, de l’Égypte, a assumé le rôle de Coordonnateur résident à Bahreïn le 16 avril, tandis qu’en Guinée-Bissau, M. Anthony Ohemeng-Boamah, du Ghana, a commencé à diriger l’équipe des Nations Unies sur le terrain le 18 avril.

Prix mondial de la liberté de la presse Guillermo Cano

L’Association des journalistes du Bélarus (AJB) a été nommée lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO-Guillermo Cano 2022, sur recommandation du jury international de professionnels des médias.

La Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay, a noté que depuis 25 ans, le Prix UNESCO-Guillermo Cano attire l’attention mondiale sur le courage des journalistes qui, à travers le monde entier, font preuve d’abnégation dans leur quête de vérité et de transparence.  Une fois encore, a-t-elle dit, leur exemple nous inspire et nous rappelle l’importance de veiller à ce que les journalistes, où qu’ils soient, puissent travailler librement et en toute sécurité.

La cérémonie de remise du prix aura lieu le 2 mai à Punta Del Este, en Uruguay, à l’occasion de la conférence mondiale de la Journée mondiale de la liberté de la presse, et sera diffusée en ligne.

Dégradation des sols

Un nouveau rapport de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification indique que jusqu’à 40% des terres de la planète sont dégradées, menaçant environ la moitié du PIB mondial, soit 44 000 milliards de dollars. 

Le rapport prévient que si rien ne change d’ici à 2050, une dégradation supplémentaire sur une zone équivalent presque à la taille de l’Amérique du Sud pourrait se produire.

Le rapport fait également des recommandations aux décideurs sur les moyens d’investir dans la restauration des terres, l’atténuation des changements climatiques et la réduction de la pauvreté.  Le rapport est publié en prévision de la quinzième session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, qui se tiendra à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 9 au 20 mai.

Rougeole

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF ont signalé aujourd’hui que les cas de rougeole dans le monde avaient augmenté de 79% au cours des deux premiers mois de 2022, par rapport à la même période en 2021.  L’OMS et l’UNICEF ont averti qu’il s’agit d’un signe inquiétant d’un risque accru de propagation de maladies évitables par la vaccination qui pourrait déclencher des épidémies plus importantes, en particulier de rougeole, touchant des millions d’enfants en 2022.

Les deux agences de l’ONU ont noté que les perturbations liées à la pandémie, les inégalités croissantes dans l’accès aux vaccins et le détournement des ressources pour les vaccinations de routine laissent trop d’enfants sans protection contre la rougeole et d’autres maladies évitables par la vaccination.

En avril 2022, les agences ont fait état de 21 épidémies de rougeole importantes et perturbatrices dans le monde au cours des 12 derniers mois.  La plupart des cas de rougeole ont été signalés en Afrique et dans la région de la Méditerranée orientale.  L’OMS et l’UNICEF ont noté que les chiffres sont probablement plus élevés car la pandémie de COVID-19 a perturbé les systèmes de surveillance à l’échelle mondiale, avec une sous-déclaration potentielle.

Myanmar

Suite aux questions posées sur la condamnation d’Aung San Suu Kyi au Myanmar, le Porte-parole adjoint a indiqué que les Nations Unies réitèrent la condamnation, par le Secrétaire général, de la prise de pouvoir par l’armée du 1er février 2021 ainsi que l’appel à la fin immédiate de la violence et de la répression, au respect des droits humains et à la libération immédiate de tous les prisonniers politiques au Myanmar.

La Déclaration universelle des droits de l’homme consacre les principes d’égalité devant la loi, la présomption d’innocence, le droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, ainsi que toutes les garanties nécessaires à la défense d’une personne.

Invitées du point de presse

Demain, les invitées du point de presse seront la Vice-Première Ministre et Ministre de l’investissement, du développement régional et de l’informatisation de la Slovaquie, Mme Veronika Remisova, ainsi que la Présidente de l’Assemblée d’ONU-Habitat, Mme Martha Delgado, et la Directrice exécutive d’ONU-Habitat, Mme Maimunah Mohd Sharif.  Elles feront le point sur la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la mise en œuvre du Nouveau Programme pour les villes qui se tiendra demain.

Contributions financières

Le Botswana, la Jamaïque et l’Ouzbékistan ont versé la totalité de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.