Imprimer
DBF220421
21 avril 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 21 avril 2022

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Ukraine

Ce matin, le Coordonnateur de crise pour l’Ukraine, M. Amin Awad, et le Coordonnateur humanitaire pour l’Ukraine, Mme Osnat Lubrani, ont informé les médias à Kiev.  Lors de cette réunion, M. Awad a noté que 15,7 millions de personnes en Ukraine ont maintenant besoin d’assistance humanitaire et de protection. 

Mme Lubrani a annoncé le déboursement de 50 millions de dollars supplémentaires du Fonds humanitaire ukrainien pour soutenir les ONG et les agences des Nations Unies dans le pays. 

Avec ce nouveau décaissement, les fonds humanitaires d’OCHA auront alloué plus de 158 millions de dollars aux opérations de secours en Ukraine depuis le 24 février.  À ce jour, 68% du montant initial de 1,1 milliard de dollars demandé dans le cadre de l’appel éclair initial ont été financés. 

Pour sa part, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré que plus de 600 000 personnes supplémentaires ont été déplacées en Ukraine au cours des 17 premiers jours d’avril, ce qui porte leur nombre total depuis le début de la guerre à plus de 7,7 millions d’hommes, de femmes et d’enfants, soit 17% de la population ukrainienne. 

La nouvelle évaluation de l’OIM révèle que les femmes représentent au moins 60% des personnes déplacées.  Plus de la moitié des personnes déplacées à l’intérieur du pays –principalement dans l’est de l’Ukraine– ont déclaré manquer de certains produits alimentaires. 

Outre des livraisons à grande échelle d’ articles humanitaires, l’OIM a identifié les interventions en espèces comme l’un des moyens les plus efficaces pour atteindre les nécessiteux en Ukraine et dans les pays voisins.  Des préparatifs sont en cours pour accroître cette aide en étroite coordination avec d’autres agences des Nations Unies, le Gouvernement ukrainien et les autorités locales.  

Pour sa part, le Programme alimentaire mondial (PAM) lance un appel pour un accès continu et sans entrave aux familles piégées dans des villes difficiles d’accès et assiégées en Ukraine.  Il a averti que ces familles sont confrontées à des pénuries aigues de nourriture, d’eau et d’autres articles essentiels.  Le manque d’accès aux zones de conflit est le principal obstacle à la fourniture d’une aide alimentaire vitale. 

Le PAM, qui a annoncé que la ville encerclée de Marioupol est en train d’épuiser ses dernières réserves de nourriture et d’eau, a déclaré qu’aucune aide humanitaire n’a été autorisée à entrer en ville depuis son encerclement il y a plus de deux semaines.  Kharkiv, Odesa, Dnipro et Sumy sont partiellement encerclées mais peuvent être atteintes par des transports commerciaux.  Mykolaiv reste inaccessible en raison du conflit dans la région. 

Yémen

L’ONU se félicite de l’annonce du premier vol commercial prévu depuis six ans au départ de l’aéroport de Sanaa, au Yémen.  Il ralliera Amman, en Jordanie, le dimanche 24 avril.  

Il s’agit d’un élément important de la trêve récemment conclue grâce aux efforts de médiation de l’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Hans Grundberg.  

L’ONU remercie le Royaume hachémite de Jordanie de son soutien dans la réalisation de cet objectif, ainsi que le Gouvernement du Yémen pour son rôle constructif.  L’ONU compte sur la facilitation continue de toutes les parties impliquées pour assurer un vol réussi dimanche et pour continuer à faciliter les vols selon les termes de l’accord de trêve.  

M. Grundberg œuvre avec les parties à réussir la mise en œuvre de la trêve, notamment en progressant vers l’ouverture de routes à Taëz et dans d’autres provinces pour faciliter la liberté de mouvement des Yéménites dans leur pays.  Il a également engagé les parties à renforcer et à étendre la trêve et à profiter de son élan pour parvenir à une solution politique durable au conflit.

Afghanistan 

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a condamné avec la plus grande fermeté l’horrible attentat perpétré aujourd’hui à Mazar-e Charif, qui a visé des civils dans un lieu de culte.  La MANUA a noté que les récentes attaques contre des civils représentent une tendance inquiétante en Afghanistan, soulignant que cela doit cesser immédiatement, et les auteurs être tenus pour responsables. 

Pour sa part, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur humanitaire pour l’Afghanistan, Ramiz Alakbarov, a déclaré que le peuple afghan avait déjà enduré d’immenses souffrances et qu’il devait être épargné par ces attaques insensées et horribles.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a tenu, ce matin, une séance publique sur la situation à Abyei.  À cette occasion, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, qui s’exprimait par visioconférence, a indiqué que la situation sécuritaire globale dans la zone administrative d’Abyei est restée calme durant la période à l’examen.  Il a cependant relevé que le déficit de confiance entre les communautés Misseriya et Ngok Dinka reste très préoccupant. 

Le Secrétaire général adjoint a ajouté que la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) travaille sans relâche avec les Gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud, ainsi qu’avec les dirigeants communautaires des deux côtés, afin de parvenir à un accord sur la route migratoire de cette saison sèche.  

M. Lacroix a aussi souligné qu’il appartient aux Gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud de renouveler leur engagement sur le statut final d’Abyei, saluant à cet égard la récente demande de soutien des deux parties pour l’organisation du prochain Comité de contrôle conjoint d’Abyei. 

L’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la Corne de l’Afrique, Mme Hannah Tetteh, a également informé les membres du Conseil.  Elle a noté que le coup d’État au Soudan a eu un effet négatif sur les relations bilatérales entre le Soudan et le Soudan du Sud, qui avaient commencé à s’approfondir et que les deux parties tentent maintenant de relancer.

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est préoccupée par des informations faisant état de violations présumées des droits de l’homme commises mardi, lors du marché hebdomadaire à Hombori, dans la région de Mopti.  Les violations auraient eu lieu lors d’une opération menée par les Forces armées maliennes, qui étaient apparemment accompagnées par un groupe militaire étranger. 

Conformément à son mandat, la MINUSMA a ouvert une enquête pour vérifier les faits et a exprimé l’intention de se rendre sur les lieux prochainement. 

La Mission appelle les autorités maliennes à faire toute la lumière sur ces événements. 

République centrafricaine  

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) travaille avec les autorités nationales sur des opérations de désarmement et de démobilisation dans les préfectures de Vakaga et de Nana-Mambéré. 

Dans la préfecture de la Vakaga, 128 membres du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) ont été désarmés et démobilisés.  Des armes, des explosifs et des munitions ont été collectés au cours de cette opération, qui a eu lieu au début du mois. 

Dans le même temps, à Bouar, la Mission continue d’appuyer une opération de désarmement qui a débuté le 19 avril.  Au terme de la première journée de l’opération, 31 ex-combattants, dont deux femmes, ont remis des munitions et des armes, notamment des fusils, des mitrailleuses, des lance-roquettes, des roquettes et des grenades antichars. 

Myanmar

L’équipe de l’ONU au Myanmar dit rester alarmée par la détérioration de la situation humanitaire dans le pays, où les civils continuent de souffrir en raison de la poursuite des combats dans le Nord-Ouest et le Sud-Est.  Elle rappelle que les habitants du Myanmar connaissaient une crise humanitaire avant même le coup d’État militaire de l’année dernière. 

Les travailleurs humanitaires s’inquiètent de la situation des abris pour de nombreux Rohingya qui sont déplacés à l’intérieur du pays et confinés dans des camps à travers l’État rakhine.  Un grand nombre de ces personnes vivent dans les camps depuis près d’une décennie. 

La prochaine saison de la mousson s’annonce rude pour les personnes déplacées vivant à l’air libre ou dans ces camps qui se détériorent progressivement en raison des déficits de financement et des interruptions de l’aide humanitaire au cours de l’année écoulée. 

Des centaines de bâtiments dans ces camps ont un besoin urgent de réparation, avec pour conséquence le fait que plus de 28 000 hommes, femmes et enfants déplacés vivent dans des conditions périlleuses.  Il importe de combler de toute urgence un déficit de financement de 4,7 millions de dollars pour réparer ces bâtiments. 

Les partenaires humanitaires de l’ONU soulignent qu’il est essentiel que des solutions volontaires et durables soient trouvées pour que les personnes puissent exercer leurs droits, jouir de la liberté de mouvement et reprendre leur vie. 

Paludisme 

Plus d’un million d’enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi ont désormais reçu une ou plusieurs doses du premier vaccin antipaludique au monde, grâce à un programme pilote coordonné par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

Les projets pilotes de vaccin contre le paludisme, lancés pour la première fois par le Gouvernement du Malawi en avril 2019, ont montré que ce vaccin était sûr et administrable, et qu’il réduit considérablement les formes de paludisme grave, qui peut être mortel. 

S’il est largement injecté, l’OMS estime que ce vaccin pourrait sauver la vie de 40 000 à 80 000 enfants supplémentaires chaque année. 

Pérou

L’équipe des Nations Unies au Pérou, dirigée par le Coordonnateur résident Igor Garafulic, continue de soutenir les autorités pour faire face aux impacts de la pandémie.  À ce jour, le pays a reçu plus de 8,2 millions de doses de vaccin via le mécanisme COVAX et plus de 26 millions de personnes sont entièrement vaccinées.  L’essentiel du travail de l’ONU sur place a consisté à protéger les gains de développement durement acquis, en particulier en termes de création de l’emploi et d’égalité des sexes, mais aussi à mettre fin à la pauvreté et à améliorer l’accès à la santé, y compris aux peuples autochtones.  Un quart de million de réfugiés et de migrants vénézuéliens en situation de vulnérabilité reçoivent un soutien direct, notamment sous forme de transferts monétaires d’urgence et de formation.  L’équipe des Nations Unies a également utilisé 1,3 million de dollars pour lancer des petites entreprises dirigées par des réfugiés et des migrants. 

David Attenborough 

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a nommé aujourd’hui Sir David Attenborough récipiendaire du prix Champions de la Terre pour l’ensemble de son œuvre ainsi que pour son dévouement à la recherche, la documentation et la défense de la protection et de la restauration de la nature. 

Le prix Champions de la Terre est la plus haute distinction environnementale des Nations Unies.  Il est décerné à des leaders exceptionnels du monde gouvernemental, de la société civile et du secteur privé. 

Sahara occidental 

À la suite de la publication d’un article alléguant que l’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental, M. Staffan de Mistura, aurait « applaudi » en privé la récente annonce par l’Espagne comme étant « plus claire » que la position précédente, le Bureau du porte-parole précise que les déclarations sur les positions ou activités de M. de Mistura qui ne sont pas publiées par lui-même ou le Bureau sont souvent une déformation des faits.

Concernant le contenu de l’annonce espagnole du mois dernier, l’Envoyé personnel a pris bonne note du soutien réaffirmé de l’Espagne à un processus facilité par l’ONU pour le Sahara occidental visant à parvenir à une solution mutuellement acceptable, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en particulier la plus récente, la résolution 2602 (2021). 

Conférence de presse demain 

Demain à 11 h 15, le président du Conseil des droits de l’homme, M. Federico Villegas, donnera une conférence de presse sur les travaux de la dernière session de cet organe.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.