Imprimer
dbf220125
25 janvier 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 25 janvier 2022

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Holocauste

Ce soir, le Secrétaire général prononcera une allocution à la synagogue Park East lors de sa cérémonie annuelle en mémoire de l’Holocauste.  L’événement sera virtuel.

Il mettra en garde contre la résurgence de l’antisémitisme –la plus ancienne forme de haine et de préjugés– tout en saluant les nouveaux efforts déployés par l’Assemblée générale et d’autres pour définir clairement et combattre activement la négation de l’Holocauste.  Notre réponse à l’ignorance, dira le Secrétaire général, doit être l’éducation. 

Il devrait prononcer son allocution ce soir vers 18 heures.

Nomination 

Aujourd’hui, le Secrétaire général annonce la nomination de M. Volker Türk, de l’Autriche, au poste de Secrétaire général adjoint chargé de la politique au Bureau exécutif du Secrétaire général.

Outre la coordination de la politique mondiale, le Secrétaire général a demandé à M. Türk de mettre l’accent sur le suivi du rapport sur Notre Programme commun et de poursuivre le travail de coordination stratégique au sein du Cabinet.  Il assurera la cohérence des analyses transmises au Secrétaire général et mènera une coordination à l’échelle du système, y compris pour l’appel à l’action en faveur des droits humains lancé par le Secrétaire général.  (Voir communiqué de presse SG/A/2094)

Burkina Faso

Ce matin, le Secrétaire général a réitéré sa profonde préoccupation à la suite du coup d’État au Burkina Faso.  Le rôle des militaires doit être de défendre leurs pays et leurs peuples, a-t-il dit, pas d’attaquer leurs gouvernements et de se battre pour le pouvoir. 

Il a exhorté les armées de la région à assumer leur rôle professionnel d’armées, à protéger leurs pays et à rétablir les institutions démocratiques. 

Le Secrétaire général a également répété que les valeurs de la démocratie ne dépendent pas de l’opinion publique à un moment ou à un autre.  Les sociétés démocratiques doivent être préservées, a-t-il ajouté, et les coups d’État militaires sont inacceptables au XXIe siècle. 

Compte tenu de la situation au Burkina Faso, voici un rapide point sur la situation humanitaire dans le pays.  Actuellement, un cinquième de la population a besoin d’aide humanitaire, mais l’accès est entravé par l’insécurité.  Le nombre d’incidents de sécurité signalés est passé de 211 en 2019 à près de 1 000 en 2021. 

Le conflit a mis en évidence la vulnérabilité chronique de nombreuses personnes face aux sécheresses et aux inondations qui, combinées aux effets de la COVID-19, ont laissé 2,9 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire grave au cours de la dernière période de soudure en août dernier.  Les perspectives pour 2022 indiquent que la situation risque de s’aggraver.

Les déplacements internes constituent un autre défi.  Six personnes déplacées sur 10 dans la région du Sahel central se trouvent au Burkina Faso.  La plupart des personnes déplacées (83%) ont fui les attaques ou les menaces des groupes armés non étatiques.

L’année dernière, nous avons lancé un appel de 607 millions de dollars pour le Plan d’intervention humanitaire, qui n’a été financé qu’à hauteur de 42%. 

Pour information, le Danemark, l’Allemagne, l’Union européenne et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) organisent jeudi une réunion de hauts fonctionnaires sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso afin de renouveler leurs engagements en faveur de la mobilisation d’un soutien politique et financier pour la réponse humanitaire et résiliente dans la région.

Secrétaire général - La guerre dans les villes

Ce matin, le Secrétaire général s’est adressé au Conseil de sécurité lors du débat public sur le thème « La guerre dans les villes: protection des civils en milieu urbain ». 

Le Secrétaire général a fait remarquer aux membres du Conseil que l’utilisation d’armes explosives dans les zones urbaines est un choix qui comporte un risque élevé d’impact aveugle.  Il a noté les effets de la guerre urbaine dans des pays comme l’Afghanistan, le Yémen et la Syrie, où les infrastructures civiles comme les hôpitaux et les écoles ont été endommagées, perturbant la vie de millions de personnes.

Il a appelé les pays à faire preuve de volonté politique pour enquêter et pour poursuivre les crimes de guerre présumés dans toute la mesure du possible, chaque fois qu’ils se produisent.

Jeux olympiques

Le Secrétaire général a lancé un appel en faveur du respect de la Trêve olympique pour les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Beijing, qui débutent la semaine prochaine en Chine. 

Le Secrétaire général a déclaré que la Trêve olympique, qui commence le 28 janvier, appelle toutes les parties à mettre fin aux hostilités tout au long des Jeux.  Avec l’expansion des conflits et la hausse des tensions, cet appel offre une chance de surmonter les différences et de trouver des voies de règlement vers une paix durable.

« Alors que nous nous efforçons de mettre fin à la pandémie de COVID-19, unissons-nous pour un avenir plus sûr, plus prospère et plus durable pour tous », a-t-il déclaré, ajoutant que grâce au pouvoir du sport et à l’idéal olympique, nous pouvons bâtir une culture de paix.

Le Secrétaire général se rendra à la cérémonie d’ouverture des Jeux, qui auront lieu le 4 février.  Pendant son séjour à Beijing, il rencontrera également le Président du Comité international olympique, M. Thomas Bach, et les autorités chinoises. 

Il reviendra à New York dimanche 6 février.

Syrie

Hier, M. Mark Cutts a parlé des conditions hivernales rigoureuses dans le nord de la Syrie et de leurs conséquences sur le plan humanitaire.  Compte tenu de l’urgence de la crise, la priorité actuelle est de garder les routes ouvertes.  Les partenaires humanitaires ciblent 10 000 ménages avec une série d’abris, d’aide en espèces et autres aides, ce qui nécessite des routes défrichées pour pouvoir se rendre là où l’aide est la plus nécessaire.

De fortes chutes de neige ont perturbé les opérations transfrontalières de passage de l’aide.  Le centre de transbordement de l’ONU près du point de passage de Bab al-Haoua, à la frontière syro-turque, travaille tous les jours pour reprogrammer les expéditions.

Yémen

MM. Hans Grundberg, Envoyé spécial pour le Yémen, et David Gressley, Coordonnateur humanitaire au Yémen, ont déclaré aujourd’hui qu’ils sont alarmés par l’escalade de la violence qui nuit aux civils et déborde des frontières du pays.  Ils ont prévenu que janvier sera presque certainement un mois record pour les victimes civiles au Yémen.

Ils ont rappelé aux parties que le fait d’être en guerre ne les exonère pas de leurs obligations en droit international humanitaire, qui interdit strictement les attaques disproportionnées et exige que toutes les précautions possibles soient prises pour éviter des dommages aux civils.  Et ils ont réitéré l’importance de l’obligation de rendre des comptes pour les violations du droit international humanitaire.

République centrafricaine

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine rapporte que son volet Désarmement, démobilisation, réinsertion a inauguré un projet de réduction de la violence communautaire dans plusieurs localités de Ndele, dans la préfecture de Bamingui-Bangoran.  Le projet vise à aider à réduire la violence au sein des communautés et à fournir une plateforme de dialogue pour les jeunes, les femmes et d’autres personnes.  Ils ont enregistré environ 500 personnes, dont plus de 53% sont des femmes.

La Mission a l’intention de mener plusieurs projets communautaires similaires tout au long de l’année ainsi que des activités génératrices de revenus pour aider les communautés de Ndele à favoriser la cohésion sociale.

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a déclaré aujourd’hui qu’elle était profondément préoccupée par les informations faisant état d’une attaque à Baidit, dans l’État de Jonglei, qui aurait été perpétrée par des membres de la communauté murle.

Selon les informations, des jeunes gens armés de la communauté murle ont mené, dimanche, des attaques et volé du bétail, tuant quelque 32 personnes de la communauté dinka bor, dont 3 femmes tuées par balle et 3 enfants qui se sont noyés dans une rivière alors qu’ils tentaient d’échapper aux violences.

La MINUSS condamne fermement toute attaque contre les civils et appelle tous les groupes et individus à éviter immédiatement une nouvelle escalade.  La Mission appelle également les autorités à mener des enquêtes en temps opportun et à tenir les auteurs pour responsables.

Pour sa part, l’UNICEF s’est prononcé contre cette dernière attaque à Jonglei, soulignant que les enfants paient le prix le plus lourd de la poursuite des violences infranationales au Soudan du Sud.

Somalie

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a averti aujourd’hui que la détérioration des conditions de sécheresse en Somalie pourrait déplacer plus d’un million de personnes d’ici à avril si des mesures urgentes ne sont pas prises maintenant.  L’OIM a noté que la pénurie d’eau est la pire depuis 40 ans dans certaines régions du pays et que les forages et les puits peu profonds s’assèchent.

L’OIM a indiqué qu’elle travaillait en étroite collaboration avec le Gouvernement, les agences de l’ONU et les partenaires locaux pour répondre aux besoins aigus en eau des personnes déplacées, des migrants et des groupes vulnérables.  Le transport d’eau par camion-citerne, la distribution de kits d’hygiène et la construction de forages et de puits peu profonds sont en cours dans 103 sites.  L’OIM précise que les interventions en cours devraient toucher 255 000 personnes d’ici à la fin du mois de mars.

Haïti

En Haïti, l’ONU participe à l’évaluation initiale du Gouvernement suite aux deux tremblements de terre qui ont frappé hier le département des Nippes, dans le sud-ouest.  Le personnel de l’ONU suit la situation de près et reste en contact avec les autorités locales.

Honduras

Suite aux questions posées au sujet de la situation au Honduras, le porte-parole a indiqué que le Secrétaire général suit l’évolution politique dans le pays.  Il appelle à un dialogue constructif et pacifique pour résoudre les différends dans le cadre du processus constitutionnel.

Inde

L’équipe des Nations Unis en Inde, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Shombi Sharp, continue de soutenir les autorités pour freiner la propagation du virus.  Cela comprend le développement de mesures robustes de surveillance et de contrôle, le renforcement des capacités des laboratoires, l’élaboration de plans d’intervention, l’achat et la distribution d’équipements de protection individuelle, la formation des travailleurs de la santé et la diffusion d’informations vitales.

L’équipe des Nations Unies a travaillé à l’élaboration d’une stratégie globale de communication des risques et d’engagement communautaire, formant plus de 1,3 million de travailleurs de la santé à la communication des risques.  À ce jour, l’ONU et ses partenaires ont atteint quelque 600 millions de personnes en Inde avec des messages de prévention et d’atténuation de la COVID-19.

L’ONU appuie en outre la campagne de vaccination de l’Inde, qui est la plus importante au monde.

Contribution financière

L’Estonie, Malte, la Pologne et la Suède ont versé la totalité de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.