Imprimer
dbf220114
14 janvier 2022

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 janvier 2011

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général / G77

Le Secrétaire général s'est exprimé ce matin lors de la cérémonie virtuelle de passation de pouvoir à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine.

Il a félicité la Guinée pour son leadership tout au long de l’année dernière et a félicité le Pakistan alors qu’il assume la présidence pour cette année.

Le Secrétaire général a souligné à quel point le travail du Groupe des 77 et de la Chine est essentiel, notant qu’il maintient les points de vue, les préoccupations et les idées du monde en développement au centre des discussions et des décisions de l’ONU.

Le Groupe, a-t-il dit, a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de nouvelles initiatives des Nations Unies visant à soutenir les pays en développement.

Le Secrétaire général a indiqué que les défis auxquels on est confronté aujourd’hui, notamment la lutte contre la pandémie, se font le plus ressentir dans les pays que le Groupe représente.

Il a souligné qu’il faut dénoncer les restrictions qui pénalisent les pays en développement.  Il ne faut plus « d’apartheid du voyage », a-t-il déclaré.

Éthiopie

Le conflit dans le nord de l’Éthiopie continue de provoquer une augmentation du nombre de personnes ayant besoin d’aide humanitaire.  Il affecte également la capacité des travailleurs humanitaires à agir.

Les combats aux alentours de la ville d’Abala, à la frontière entre le Tigré et l’Afar, empêchent les agences humanitaires d’apporter de l’aide au Tigré.

Il n’y a eu aucune livraison d’aide au Tigré depuis le 14 décembre.

Les camions-citernes n’ont pas été autorisés à entrer dans le Tigré depuis plus de cinq mois, à savoir le 2 août 2021.

Les organisations humanitaires qui fournissent de la nourriture n’ont pas assez de carburant pour distribuer ne serait-ce que les vivres en quantité limitée disponibles dans le Tigré.  Ils préviennent que sans carburant supplémentaire, leur travail s’arrêtera bientôt.

Entre temps, les frappes aériennes se sont intensifiées dans plusieurs parties du Tigré depuis le début de l’année, et auraient provoqué d’importantes pertes civiles.

Les partenaires humanitaires de l’ONU ont temporairement limité leurs activités dans le nord-ouest du Tigré, à l'exception de la ville de Shire, en raison des frappes aériennes en cours.  Bien qu’ils aient repris leur travail, le manque de carburant continue de représenter une entrave.

Alors que les combats continuent d’entraver les opérations d’aide dans certaines parties d’Amhara, la réponse humanitaire s’intensifie à mesure que davantage de zones deviennent accessibles.

Entre le 3 et le 9 janvier, l’ONU et ses partenaires ont fourni de la nourriture à plus de 250 000 personnes.  Plus de 47 000 personnes ont reçu un abri d’urgence et d’autres fournitures la semaine dernière.

Selon les estimations, plusieurs centaines de milliers de personnes qui avaient été déplacées sont rentrées chez elles au cours des trois dernières semaines et ont besoin d’aide.

À Afar, l’ONU a fourni de la nourriture à quelque 330 000 personnes.

Déplacement de la Vice-Secrétaire générale

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, se rend à Dubaï, aujourd’hui, pour assister, au nom du Secrétaire général, à la Semaine des objectifs mondiaux à l’Expo 2020.  Pendant son déplacement, elle aura également des réunions avec de hautes autorités gouvernementales, d’autres parties prenantes et des responsables des Nations Unies.

La Vice-Secrétaire générale sera de retour à New York lundi.

Crises humanitaires

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Martin Griffiths, a débloqué 150 millions de dollars du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) afin de renforcer les opérations humanitaires sous-financées dans 13 pays d’Afrique, des Amériques, d’Asie et du Moyen-Orient.

Cette annonce fait suite au récent lancement de l’Aperçu de la situation humanitaire mondiale qui prédit que 274 millions de personnes auront besoin d’aide humanitaire cette année, le nombre le plus élevé depuis des décennies.  Avec ses partenaires, l’ONU vise à aider 183 millions de personnes parmi les plus vulnérables pour un coût d’au moins 41 milliards de dollars.

Les principaux bénéficiaires sont la Syrie, la République démocratique du Congo et le Soudan, où les opérations humanitaires recevront entre 20 et 25 millions de dollars chacune.

Les détails sur l’affectation des fonds sont disponibles en ligne.

Iraq

L’UNICEF a publié aujourd’hui une déclaration sur l’attaque à la roquette qui a frappé Bagdad, en Iraq, la nuit dernière, blessant un enfant et une femme et endommageant une école.  L’UNICEF a souligné que les enfants doivent être protégés contre les attaques et que les écoles et les domiciles doivent être sûrs à tout moment.

L’UNICEF appelle toutes les parties à remplir leur obligation, en vertu du droit international, de protéger les enfants, et souligne que tous les enfants en Iraq méritent de vivre leur vie sans la menace constante de la violence.

Bosnie-Herzégovine / Serbie

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a déclaré aujourd’hui être profondément préoccupé par les récents incidents en Bosnie-Herzégovine et en Serbie, qui ont vu des individus glorifier des atrocités criminelles et des criminels de guerre condamnés cibler certaines communautés avec des discours de haine et, dans certains cas, inciter directement à la violence.  Le HCDH a noté que ces actes, qui se sont produits pendant les fêtes religieuses du week-end dernier, comprenaient de grands groupes de personnes scandant le nom du criminel de guerre condamné Ratko Mladić lors de processions aux flambeaux ou chantant des chansons nationalistes appelant à la prise de contrôle de divers endroits dans l’ex-Yougoslavie.

Le HCDH a averti que la crainte, et le risque, est que de tels actes continuent d’augmenter en 2022, car c’est une année où des élections doivent avoir lieu à la fois en Serbie et en Bosnie-Herzégovine.

La Conseillère spéciale du Secrétaire général pour la prévention du génocide, Mme Alice Wairimu Nderitu, a fait écho et partagé les préoccupations du HCDH.  Elle a également exprimé son inquiétude face à la prise pour cible, lors de ces incidents, de communautés spécifiques en raison de leur identité ethnique ou religieuse.

Mme Wairimu Nderitu a réitéré son appel à toutes les personnes occupant des postes de responsabilité à travailler pour rétablir la confiance et construire un avenir dans lequel il n’y a pas de place pour la négation du génocide, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité.

Pour sa part, la Coordonnatrice résidente de l’ONU en Serbie, Mme Françoise Jacob, a averti que les récentes expressions de nationalisme extrême et les actes de provocation compromettent la coexistence pacifique dans une région ethniquement et culturellement mixte du sud de la Serbie.  Elle a souligné l’importance de tirer les leçons du passé et pour les autorités de condamner et d’empêcher de telles manifestations de discrimination et de haine.

Sahel

Ce matin, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé à une action internationale concertée pour mettre fin au conflit armé dans la région du Sahel central.  Au cours de la dernière décennie, a-t-il indiqué, le conflit a forcé plus de 2,5 millions de personnes à fuir leur foyer.

Rien que l’année dernière, a-t-il ajouté, une recrudescence d’attaques violentes dans la région a déplacé près de 500 000 personnes.

À l’heure actuelle, 6 personnes déplacées sur 10 au Sahel sont originaires du Burkina Faso.  Au Niger, le nombre de déplacés dans les régions de Tillabéri et Tahoua a augmenté de plus de 50 au cours des 12 derniers mois.  Au Mali, plus de 400 000 personnes sont déplacées, soit une augmentation de 30% par rapport à l’année dernière.

Le HCR et ses partenaires humanitaires sont confrontés à des difficultés croissantes pour accéder aux personnes dans le besoin et fournir une assistance et une protection essentielles.  Les humanitaires continuent de faire face à des attaques sur les routes, des embuscades et des détournements de voiture, a-t-il indiqué.

Le Haut-Commissariat demande plus de soutien.  L’année dernière, plus d’un tiers des besoins de financement du HCR pour le Sahel central n’ont pas été satisfaits.  Pour assurer une réponse efficace en 2022 au Burkina Faso, au Niger et au Mali, le HCR a besoin de 307 millions de dollars.

Tableau d’honneur

La Lettonie et le Portugal ont payé la totalité de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU, amenant à huit le nombre d’États Membres à en avoir fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.