Imprimer
SG/SM/20823
12 Juillet 2021

Sommet sur les systèmes alimentaires: le Secrétaire général appelle à opérer un changement de toute urgence pour transformer nos systèmes alimentaires

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion du Sommet sur les systèmes alimentaires aujourd’hui:

Aujourd’hui, il nous est rappelé que nous sommes très loin d’atteindre les objectifs de développement durable d’ici à 2030.  De nouvelles données tragiques nous informent qu’entre 720 et 811 millions de personnes étaient confrontées à la faim dans le monde en 2020 - jusqu’à 161 millions de plus qu’en 2019.

Les coûts élevés, associés à la persistance de niveaux élevés de pauvreté et d’inégalité des revenus, continuent de maintenir une alimentation saine hors de portée pour environ trois milliards de personnes, dans toutes les régions du monde.

En effet, la faim est en augmentation depuis plusieurs années et, à présent, en 2021, nous ne parvenons pas à garantir ce qui est un droit fondamental pour les personnes du monde entier.

La COVID-19 a aggravé les choses et mis en évidence le lien entre les inégalités, la pauvreté, la nourriture et la maladie.  Malgré une augmentation de 300% de la production alimentaire mondiale depuis le milieu des années 60, la malnutrition est un facteur majeur contribuant à la réduction de l’espérance de vie.

Les changements climatiques sont à la fois un moteur et une conséquence de la faim.  Notre guerre avec la nature comprend un système alimentaire qui génère un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre.  Ce même système alimentaire est également responsable de jusqu’à 80% de la perte de biodiversité.

Et la faim est un moteur de conflits.

En bref, lutter contre la faim et la malnutrition ne peut se faire indépendamment des autres défis mondiaux.  Comme nous l’avons reconnu dans le Programme 2030, ils sont interconnectés.

Il est temps de tenir notre promesse.  Dans un monde d’abondance, nous n’avons aucune excuse pour que des milliards de personnes n’aient pas accès à une alimentation saine.  C’est inacceptable.

Et nous manquons de temps pour effectuer les changements urgents dont nous avons besoin pour limiter la hausse de la température mondiale.

C’est pourquoi je convoque un Sommet mondial sur les systèmes alimentaires en septembre.  Nous devons nous unir pour opérer un changement de toute urgence.  Le prochain présommet, qui se tiendra à Rome à la fin de ce mois, nous aidera à définir la portée de notre ambition et à déterminer comment lutter contre la faim, l’urgence climatique, des inégalités incroyables et les conflits, en transformant nos systèmes alimentaires.

Grâce au processus de ce « Sommet des peuples », nous avons entendu des milliers de voix à travers le monde et des idées de femmes, de peuples autochtones et de jeunes qui sont l’avenir de nos systèmes alimentaires.  En tant que « Sommet des solutions », tous contribuent des idées pour soutenir les transitions vertes dont nous avons besoin pour promouvoir le travail décent, améliorer l’accès à la technologie et relancer notre relation avec notre planète.

Notre relation avec la nourriture est un élément fondamental de tous les aspects de la vie sur terre.  Les dimensions sociales, environnementales et économiques de nos systèmes alimentaires sont profondes.  Où que nous soyons, la nourriture nous rassemble en tant que familles et communautés tout en soutenant des milliards d’emplois.

Des changements dans nos systèmes alimentaires doivent se produire.  Ils limiteront les impacts d’une pandémie et initieront une transition vers un monde plus sûr, plus juste et plus durable.

Notre schéma directeur pour nous remettre de cette pandémie est le Programme 2030.  Investir dans le changement de nos systèmes alimentaires soutiendra la transformation de notre monde.  C’est l’un des investissements les plus intelligents et les plus nécessaires que nous puissions faire.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.