Imprimer
ONG/918
27 mai 2021
Session de 2021, 14e & 15e séances plénières – matin & après-midi

Le Comité des ONG recommande le statut consultatif général pour « Institute of Noahide » et « The Fishermen » et prend note de 647 rapports quadriennaux

Le Comité chargé des ONG, qui a achevé aujourd’hui la première partie de sa session, entamée le 17 mai dernier, a recommandé aujourd’hui au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif général à « Institute of Noahide » et « The Fishermen », toutes deux américaines.   Il a reporté sa décision sur sept demandes de statut consultatif spécial, en attendant des réponses aux questions supplémentaires.   Il a aussi pris note de 647 rapports quadriennaux.  Ceux de la britannique « Amnesty International » (Royaume-Uni) et d’une autre poignée d’organisations attendent toujours leur approbation. 

Lauréat du statut consultatif général, « Institue of Noahide » dit promouvoir la paix, la démocratie et l’harmonie par les valeurs des sept lois de Noé universellement acceptées par toutes les nations, cultures et religions. Depuis 2017, l’Institut affirme qu’il travaille avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNESCO) et ONU-Femmes sur l’éducation et la promotion de la culture de paix.  Elle a l’intention d’organiser une conférence pour marquer le vingt-cinquième anniversaire de l’avènement de la démocratie dans les pays d’Asie centrale.  Le Comité a aussi pris note des rapports quadriennaux de l’ONG pour la période allant de 2015 à 2018. 

Également bénéficiaire du statut consultatif général, « The Fishremen » affirme qu’avec ce nouveau statut, elle sera bien positionnée pour travailler plus étroitement avec les agences des Nations Unies sur le terrain et offrir de précieuses informations à l’Assemblée générale.  L’ONG a l’intention de participer à la prochaine réunion de haut niveau sur la traite des personnes, en septembre et se focalise particulièrement sur ce problème en Ukraine et en République de Moldova.  Le Comité des ONG a pris note des rapports quadriennaux de l’organisation pour la période 2016-2019.  En tout, il a pris note aujourd’hui de 647 de ces rapports, à l’exception de ceux de 14 organisation dont la britannique « Amnesty International ».  La Chine voulait savoir ce que fait cette ONG dans le domaine des changements climatiques. 

Le Comité peut recommander trois différents statuts consultatifs auprès de l’ECOSOC.  Le premier, le statut consultatif général est attribué aux grandes ONG internationales, dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  Ces ONG sont habilitées à soumettre au Conseil des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour. 

Le statut consultatif spécial est réservé aux ONG qui travaillent dans un domaine spécifique et les autorise à soumettre des communications écrites et des pétitions à l’ECOSOC.  Enfin, la Liste va aux ONG qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte.  Elles ne peuvent soumettre au Conseil économique et social que des communications écrites. 

Le Comité, qui a pris note du changement de nom de sept ONG et recommandé à l’ECOSOC de clore sans préjudice le dossier de 34 organisations, reprendra ses travaux le 7 juin 2021 pour adopter le rapport de cette première partie de session.  

Octroi du statut consultatif général 

« Institute of Noahide » (États-Unis) 

« The Fishermen » (États-Unis).  

Examen des demandes de statut consultatif spécial reportées des sessions antérieures  

Comment Turkiye Diyanet Vakfi (Turquie) a pu accumuler une somme de trois milliards de dollars?  Comment a-t-elle disposé de cet argent ? a demandé la Grèce.  La même délégation a voulu connaître l’origine de la contribution financière étrangère à Türk Kadınlar Birliği Derneği (Turquie).  L’Inde a demandé à United Sikhs (États-Unis) le document attestant qu’elle est déjà accréditée auprès de l’ECOSOC.  Elle a aussi demandé la dernière version de la situation financière de l’ONG. 

Qui sont les membres de Verein Euro Mea (Suisse) ? a voulu savoir Cuba.  Pourquoi a-t-elle à sa tête une Direction générale et un Conseil d’administration alors qu’elle ne compte que trois membres ? a ajouté la délégation.  L’Inde a réclamé à İslam Dünyası Sivil Toplum Kuruluşları Birliği (Turquie) la liste des 63 pays où elle est présente ainsi que celle tous les projets qu’elle y a menés.  La Fédération de Russie a pointé du doigt « l’incohérence » des informations financières fournies par INPUD Limited (Royaume-Uni). 

Quelle est la nature des activités qu’a menées Widows for Peace through Democracy (Royaume-Uni) pour réaliser la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité sur « les femmes, la paix et la sécurité » ? a demandé la Turquie

Examen des rapports quadriennaux des ONG dotées d’un statut consultatif auprès de l’ECOSOC 

La Turquie a demandé à Armenian Assembly of America (États-Unis) la liste des participants à la conférence sur les objectifs de développement durable qu’elle a organisée en 2008.  Qui y a participé ?  Qui l’a financée ?  Y-a-t-il un document final ?  La Chine a questionné International Association for Religious Freedom (Royaume-Uni) sur le congrès général qu’elle a organisé en 2018.  La même délégation a demandé à Human Rights Fights (États-Unis) des exemples des activités qu’elle a menées sur le territoire américain pour la défense des droits de l’homme. 

Quelle est la nature de la contribution de International Bar Association (États-Unis) au projet des Nations Unies relatifs à « la chaîne de blocs » ? a interrogé la Chine.  La même délégation a noté qu’Access Now a organisé une table ronde au Parlement européen.  Quels en sont les résultats?  La Chine a demandé à Advocates for Human Rights ce qu’elle fait pour l’avancement des cinquième et seizième objectifs sur l’égalité des sexes et des sociétés ouvertes et pacifiques du Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Que fait Amnesty International (Royaume-Uni) dans le domaine de l’action climatique ? a interrogé la Chine.  

Cuba a souhaité obtenir plus d’information sur la contribution de CIVICUS World Alliance for Citizen Participation (Suisse) au Forum politique de haut niveau de l’ECOSOC et au Conseil des droits de l’homme.  La même délégation a demandé à Committee to Protect Journalists Inc. (États-Unis) comment elle protège les renseignements qu’elle transmet à l’ONU sur la persécution des journalistes dans le monde.  Qu’a fait Ecumenical Federation of Constantinopolitans (Grèce) pour la protection du patrimoine religieux de la région ? a interrogé la Turquie

Pourquoi Freemuse - The World Forum on Music and Censorship (Danemark) ne parle d’aucune activité en 2018? a demandé Cuba.  La même délégation a voulu savoir si les informations envoyées par Front Line, The International Foundation for the Protection of Human Rights Defenders (Irlande) aux organes de l’ONU sont véritablement « fiables ».  Human Rights Now (Japon) a été priée par la Chine de lui fournir la liste de ses partenaires entre 2016 et 2019. 

Quel est le résultat final de la conférence sur l’alimentation organisée par Human Rights Information and Training Center (Yémen)?  Qui y a participé ? a demandé la Libye.  Comment fait People for Successful Corean Reunification (République de Corée) pour garantir que les informations qu’elle envoie au Conseil des droits de l’homme sont véridiques? a questionné Cuba.  Il a aussi voulu savoir si la fermeture des bureaux de UPR Info (Suisse) au Kenya et en Thaïlande a eu des effets sur son fonctionnement. 

Changement de noms d’ONG dotées d’un statut consultatif auprès de l’ECOSOC 

Le Comité a pris note de sept changements de noms : « Africa and Middle East Refugee Assistance – AMERA » devient « AMERA International Limited »; « Dignité lmpact/Impact Dignity », « Dignité Impact/ DignityImpact »; « Fondazione Rosselli Americas », « Knowledge for Development Corp. »; « International Paint and Printing Ink Council », « World Coating Council, Inc. »; « International Peacebuilding Alliance (Inerpeace) », « Interpeace »; « IOGT International »; « Movendi International », et « World Animal Net, Inc. », « World Federation for Animals, Inc. »

Le Comité a recommandé à l’ECOSOC de clore sans préjudice les dossiers de 34 ONG qui, au 21 mai 2021, n’avaient toujours pas répondu à ses trois derniers rappels. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.