Imprimer
ONG/915
24 mai 2021
Session de 2021, 9e séance plénière – après-midi

Le Comité des ONG recommande le statut consultatif spécial pour 12 autres organisations dont « SOS Urgence- Mauritanie »

Le Comité chargé des ONG, qui a entamé aujourd’hui la deuxième semaine de ses travaux, a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 12 autres organisations dont la Mauritanienne « SOS Urgence ».  Il a reporté sa décision sur 35 dossiers, en attendant des réponses aux questions supplémentaires. 

Désormais dotée du statut consultatif spécial, « SOS Urgence » mène des activités de formation, de sensibilisation et d’accompagnement des populations cibles.  En 2017, elle a piloté deux projets dont un sur le renforcement des capacités de 15 coopératives féminines de Boghe.  Elle a aussi contribué à la création d’une coopérative de 15 couturières, témoignant de ses efforts d’insertion socioprofessionnelle des jeunes filles en difficulté. 

L’ONG nigériane « West Africa Coalition for Indigenous People’s Rights (WACIPR) » a également été recommandé pour un statut consultatif et pourra ainsi faire des contributions sur les questions de l’éradication de la pauvreté, de l’éducation et de l’égalité, sous l’angle des peuples autochtones. 

En revanche la Kenyane « World Fund for Development and Planning (WFDP) » a été priée d’attendre.  L’ONG, qui apporte son expertise sur les financements des secteurs de la santé, de l’éducation et de l’assainissement en Afrique, doit, à la demande des délégations, expliquer ses liens avec les gouvernements du continent. 

Le Comité peut recommander trois différents statuts consultatifs auprès de l’ECOSOC.  Le premier, le statut consultatif général est attribué aux grandes ONG internationales, dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  Ces ONG sont habilitées à soumettre au Conseil des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour. 

Le statut consultatif spécial est réservé aux ONG qui travaillent dans un domaine spécifique et les autorise à soumettre des communications écrites et des pétitions à l’ECOSOC.  Enfin, la Liste va aux ONG qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte.  Elles ne peuvent soumettre au Conseil économique et social que des communications écrites. 

Le Comité poursuivra ses travaux mardi 25 mai, à partir de 10 heures. 

Examen des demandes de statut consultatif spécial reportées des sessions antérieures 

Octroi du statut consultatif spécial 

  1. Hazrat-e Fatemeh Zahra Charity Institute (Iran)  
  1. Institutia Privata Centrul National de Studii si Informare pentru Problemele Femeii « Parteneriat pentru Dezvoltare » (République de Moldova)  
  1. League of Arab People Organization (Égypte) 
  1. Ligue Mauritanienne pour l’appui aux initiatives associatives (Mauritanie) 
  1. Organisation EL INSANIYA (Mauritanie)  
  1. Raad Al-Ghadir Charity Institute (Iran)  
  1. Republican Social Information Center « Istiqbolli Avlod » (Ouzbékistan)  
  1. SOS Urgence (Mauritanie)  
  1. Shaik Taher Azzawi Charity Organization (Libye) 
  1. Shuhada Organization SO (Afghanistan)  
  1. West Africa Coalition for Indigenous People’s Rights (WACIPR) (Nigeria)  
  2. World Organization for Human Rights/WOHR (Iraq) 

Report de l’examen des demandes reportées des sessions antérieures

Le Pakistan a demandé à Institute for Integrated Rural Development (Inde) ce qu’elle a fait durant la pandémie de COVID-19 dans les zones rurales.  Quels sont les résultats?  Que le montant des sommes dépensées ?  La même délégation a interrogé Institute of Peace and Diplomatic Studies (IPD) (Pakistan) sur son plaidoyer pour la paix, les résultats et les dépenses y afférentes.  Le Nicaragua a demandé à International Anti Terrorism Movement (Inde) d’en dire un peu plus sur le sommet qu’elle a organisé en 2019.  Quels en étaient les résultats ? 

Le Pakistan a demandé à International Foundation for Sustainable Development (Inde) ce qu’elle fait pour réaliser les objectifs de développement durable.  Quels sont les résultats et que le montant des sommes dépensées ?  L’Inde a interrogé International Union for Sustainable Development (Égypte) sur l’origine de son financement et sur ces activités concrètes.  Cuba a demandé à Justice Centre Hong Kong Limited (Chine) la nature de ses activités en 2020 et ses projets pour 2021. 

Qu’a fait le Kurdistan Institute for Human Rights (Iraq) en 2020?  Peut-on obtenir l’état de 2020? a questionné l’Inde.  La même délégation a voulu que Le conseil promotionnel pour l'action des jeunes en Afrique (République démocratique du Congo) détaille ses projets pour l’environnement et la jeunesse, ces deux dernières années ?  Quels sont les financements?  Peut-on obtenir l’état financier de 2020 et les sources de financement? a demandé le Pakistan à Mentor Amiable Professional Society (Pakistan). 

Mulabi Association Latin American Work Group For Sexual Rights Civil Association (Costa Rica) a été priée par le Nicaragua de donner la liste complète des pays où elle travaille.  Le Pakistan a demandé à New Barrackpore Samaj Bandhu Welfare Organization (Inde) des détails sur sa campagne de reboisement, ces trois dernières années.  Le Nicaragua a voulu connaître le nombre de volontaires de Onelife Initiative for Human Development (Nigeria).  

L’Inde a prié Organisation Tamaynut (Maroc) la liste de ses projets de plaidoyer et de lobbying depuis 2018.  La Chine a interrogé Organization of female conscience renewal (Maroc) sur le sommet sur les droits des femmes en 2018.  Quels en étaient les résultats?  Le Pakistan a demandé à Pak Special Persons Welfare Society (Pakistan) son état financier de 2020 et ses sources de financement.  

Quels sont les droits humains particuliers que Pakistan International Human Rights Organization (Pakistan) a promus en 2020 ? a voulu savoir le Pakistan.  Quelle était la nature des projets? Quel est le montant des sommes dépensées?  Qui les a financés ?  La même délégation a demandé à Pakistan Press Foundation (Pakistan) quelle déontologie a-t-elle promue?  Pourquoi Palestinian Working Woman Society for Development (Al-Mar’a Al-Amelah Al-Felstinia Lel-Tanmia) (État de Palestine) a retiré sa dernière demande de statut consultatif spécial? a demandé Israël

La Fédération de Russie a voulu que Public Organization « Institute for the Study of Dependencies, Drug Policy Issues and Monitoring the Drug Situation » (Ukraine) explique la nature de sa collaboration avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).  Quelles sont les sources de financement de Réveil communautaire d'assistance aux victimes (Burundi)?  Est-ce qu’elle ne travaille qu’au Burundi? a questionné le Pakistan.  Quelle est la nature des campagnes contre la consommation de drogue qu’a menées Safe Care Trust International (Pakistan) entre 2018 et 2020 ? a interrogé le Pakistan

La même délégation a demandé à Society for Cognition of Science and Art for Quality Welfare, Sustainance, Livelyhood and Economic Development of the Poor (SCOSAQ) (Inde) les résultats des recherches qu’elle a menées, ces cinq dernières années.  Quelles sont les résultats des recherches menées par Southeast Asia Sexual Orientation, Gender Identity and Expression Caucus (ASC), Inc. (Philippines) en 2020? a demandé le Nicaragua.  Cuba a voulu savoir si The New Woman Foundation (Égypte) a pu fonctionner sans déficit en 2020.  D’où viennent ses ressources financières et à quoi ont-elles servi ? 

La Fédération de Russie a voulu des precisions sur le nombre de travailleurs de The Union of Non-governmental Associations « The International Non-Governmental Organization The World Union of Cossack Atamans » (Kazakhstan?  Ces salariés sont-ils aussi des administrateurs?  Le Pakistan a prié The Voice Society (Pakistan) de décrire ses sources de financements en 2020 et 2021.  Le Pakistan a demandé à The YP Foundation (Inde) la nature de ses activités en 2020 et 2021.   

La Fédération de Russie a exigé que Transnational Anti-Organized Crime Intelligence Group Inc. (TAOC-IG) (Philippines) lui transmette la liste complète des pays où ses équipes sont déployées.  L’Inde a demandé à United National Organization of Human Rights (Égypte) la nature de sa contribution aux organes subsidiaires de l’ECOSOC.  Qui ont facilité sa participation à ces réunions ?  United World Against Diabetes (Inde) a été prié par le Pakistan de détailler l’appui psychosocial qu’elle a offert aux enfants, ces trois dernières années. 

La même délégation a demandé à Welfare Association Jared (Pakistan) son état financier pour 2020 et la liste de ses sources de financement étrangères. 

L’Inde a voulu savoir comment West Papua Interest Association (Indonésie) dépense son budget et quelle est sa viabilité financière ?  Le Nicaragua a demandé à Women For a Change, Cameroon (Cameroun) la nature de ses activités en 2020 ?  Le Pakistan a prié Y4D Foundation (Inde) de parler des initiatives d’autonomisation des jeunes qu’elle a lancées.  Le Bahreïn a demandé à General union of arab experts (Maroc) comment elle compte contribuer aux travaux de l’ECOSOC.  

Dialogue avec les ONG 

Les États-Unis ont demandé à Asociacion Civil Grupo SURES (Venezuela) avec quelles organisations elle a participé à la session du Conseil de droits de l’homme en 2019.  Pouvez-vous nous donner le détail de vos activités avec votre Parlement et la formation que vous dispensez sur les droits de l’homme?  À son tour, Cuba a voulu en savoir plus sur les priorités de l’ONG en matière de recherche.  Quels en sont les résultats ?

L’ONG a précisé que, s’agissant de la session du Conseil des droits de l’homme, elle a été invitée par l’Association internationale des juristes et l’Association internationale des femmes juristes.  Elle a dit avoir fait une contribution sur la question de la traite de personnes.  Nos priorités, a-t-elle ajouté, sont fixées par notre Assemblée générale et par le travail de nos équipes sur le terrain.  C’est de cette façon que le plan stratégique, le programme de travail annuel et les lignes d’actions sont élaborés.  L’ONG a aussi dit avoir créé des sources fiables et indépendantes sur la situation nationale.  

Créée il y a 20 ans, The American India Foundation (États-Unis) est la plus grande organisation philanthropique américaine pour l’Inde en Amérique.  Travaillez-vous ailleurs qu’aux États-Unis et en Inde? a demandé la Chine.  Tous nos projets sont menés en Inde, a répondu l’ONG, avant que le Pakistan ne demande des détails sur les sources de financement.  La Chine a aussi voulu des exemples de conférences de l’ONU auxquelles l’ONG a participé. 

Nos financements, a répondu l’ONG, proviennent de la diaspora et des entreprises indiennes ou américaines.  Admettant avoir reçu un seul financement du Gouvernement américain, l’ONG a dit avoir participé à une réunion de l’ECOSOC sur l’intégration sociale des enfants handicapés et sur l’éducation en Inde.  Comment cela a-t-il été possible? a demandé le Pakistan. 

World Fund for Development and Planning (WFDP) (Kenya) a dit être une organisation qui aide à orienter les investissements internationaux vers l’Afrique dans tous les domaines y compris la santé infantile, l’éducation, l’assainissement et les technologies.  Nous contribuons à la recherche des investissements grâce à la technologie « block chain ».  Les États-Unis ont voulu en savoir sur les projets de l’ONG sur la santé infantile.  Qu’en est-il de ces deux dernières années.  Nous n’avons pas de projet spécifique dans ce domaine mais un projet qui cherche à améliorer l’environnement autour du secteur de la santé, que nous allons mettre en place à Djouba en deux ans.  Nous avons trois projets en cours sur le traitement des eaux et l’éducation au Tchad et au Kenya.  Un autre projet se concentre sur la formation des jeunes filles.  Nous avons par exemple, a poursuivi l’ONG, amené une centrale d’énergie éolienne au Soudan du Sud.  À Madagascar, nous allons appuyer un projet sur la médecine traditionnelle.  Certains de vos membres sont-ils liés à des gouvernements? ont demandé les États-Unis.  Quelles sont vos relations avec vos organisations membres ? 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.