Imprimer
ENV/DEV/2041
29 avril 2021

Forêts: « La communauté internationale sait désormais ce qu’il faut faire », lance la Présidente du Forum à la fin d’une session entièrement virtuelle

Après trois journées de travail intensif en format virtuel, le Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF) a clos ce matin sa seizième session sur un appel de sa présidente à fournir plus de volonté politique pour atteindre les objectifs convenus pour « nos forêts » et pour le « développement de tous les peuples ».  Mme Kitty Sweeb a ainsi espéré une convergence d’intérêts au cours de la période à venir, afin de créer la volonté politique nécessaire pour agir.  Elle a aussi misé sur les efforts de relèvement après la pandémie qui devront protéger à la fois les gens et la planète. 

Pendant toute la session de ce comité technique du Conseil économique et social (ECOSOC), « reconstruire en mieux » fut le leitmotiv des délégations qui ont plaidé pour une meilleure santé des forêts et des gens, alors que le monde se trouve à la lisière de la pandémie de COVID-19.  Malgré ce contexte international brumeux, les délégations ont gardé le cap en appelant plus que jamais à mettre en œuvre les six objectifs et 26 cibles du plan stratégique des Nations Unies sur les forêts (2017-2030) adopté par l’Assemblée générale en avril 2017.

La bonne gestion des forêts est essentielle pour « reconstruire en mieux, éviter la perte de la biodiversité et lutter contre les changements climatiques », a résumé la Présidente du FNUF dans son discours de clôture.  Prenant en exemple son propre pays, le Suriname, qui a atteint la neutralité carbone, elle a toutefois rappelé que toutes ses actions en matière de conservation forestière ne peuvent prospérer sans le soutien de la communauté internationale.  « La communauté internationale sait désormais ce qu’il faut faire, comment le faire, et qui peut le faire », a martelé Mme Sweeb en insistant sur la disponibilité des données et des financements. 

Le Forum n’a pu, aujourd’hui, adopter son programme de travail pour 2022-2024, encore moins l’ordre du jour, les dates et lieu de sa dix-septième session qu’il doit faire entériner à l’ECOSOC.  Il en est de même du rapport du Forum sur les travaux de sa seizième session.  La Présidente a en effet informé les délégations que les documents relatifs à ces diverses questions sont en cours d’adoption selon la procédure tacite, conformément à la décision 2021/213 de l’ECOSOC qui régit l’adoption des documents en période de pandémie.  Ce processus prendra fin après la date de clôture des travaux.

Fonds d’affectation spéciale pour le Forum

Avant d’achever ses travaux, le FNUF a examiné le rapport du secrétariat relatif à son fonds d’affectation spéciale (E/CN.18/2021/6).  Dans sa résolution 2015/33, relative à l’arrangement international sur les forêts après 2015, le Conseil économique et social a exhorté les gouvernements et les organismes donateurs, y compris les institutions financières et autres entités en mesure de le faire, à verser des contributions volontaires au fonds d’affectation spéciale pour le Forum des Nations Unies sur les forêts. 

Le secrétariat du FNUF a donc fait le point sur les contributions reçues et les dépenses engagées en 2020 par le fonds d’affectation spéciale pour le Forum des Nations Unies sur les forêts.  Sans les généreuses contributions des pays donateurs au fonds d’affectation, fort appréciées, de nombreuses activités qui découlent du mandat du Forum n’auraient pas pu être exécutées, a noté le secrétariat.  En 2020, cinq pays donateurs ont versé des contributions au fonds d’affectation spéciale pour aider le Forum à exécuter son mandat, à organiser ses sessions, à mener ses activités intersessions ainsi que ses travaux et à assurer le fonctionnement de son secrétariat.  Le montant de ces contributions s’est élevé à environ 1 173 635 dollars et les dépenses étaient de 837 725.  Le secrétariat a plaidé pour que les contributions extrabudgétaires au fonds d’affectation spéciale soient soutenues et cohérentes.  Le secrétariat en a besoin pour avoir une base stable dans l’exercice de ses fonctions essentielles.

Le secrétariat a souligné que les voyages ont dû être fortement réduits en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19.  Et lorsque les réunions en présentiel pourront reprendre, il sera difficile de mobiliser des contributions pour financer les frais de voyage des représentants et des experts de pays en développement et de pays en transition, a-t-il estimé en soulignant que le financement de ces voyages dépend entièrement des contributions au fonds d’affectation spéciale.  Si la tendance à la baisse des contributions dans ce domaine se poursuit, il sera extrêmement compliqué de garantir une représentation équilibrée des pays développés et en développement lors des futures réunions liées au Forum.

La République de Corée a suggéré à cet égard que les délégations puissent se retrouver en présentiel à la fin de la pandémie pour pouvoir discuter de toutes les questions relatives au FNUF.  La Chine a quant à elle promis qu’elle poursuivra son soutien au fonds d’affectation, malgré les contraintes liées à la pandémie.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.