Imprimer
Dbf211124
24 novembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 24 novembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Colombie

Ce matin, en Colombie, le Secrétaire général a tenu une réunion avec les chefs du Système intégré pour la vérité, la justice, la réparation et la non-répétition.  Il a également assisté à un événement en commémoration du cinquième anniversaire de la signature de l’Accord de paix final.

Le Secrétaire général a souligné qu’après plus de cinq décennies de conflit et avec la conscience des souffrances qu’il a causées, nous avons l’obligation morale de veiller à ce que ce processus de paix soit couronné de succès.  Il a noté que cet anniversaire est l’occasion de célébrer les réalisations de l’Accord final pour la fin du conflit et la construction d’une paix stable et durable, de reconnaître les défis auxquels il est confronté et de renouveler l’engagement collectif à tenir sa promesse d’édifier une paix stable et durable.

Après l’événement, le Secrétaire général a eu une réunion bilatérale avec les dirigeants de l’ancien mouvement de guérilla FARC-EP.

Et cet après-midi, il rencontrera des représentants de la société civile.  Il visitera la foire « La Paz es Productiva » à Bogota et tiendra également une réunion avec le Président de la Colombie, M. Iván Duque, et des responsables de son gouvernement, ainsi qu’avec des victimes du conflit armé.  Puis il tiendra une conférence de presse conjointe avec le Président Duque. 

Hier, le Secrétaire général a visité une ancienne zone de formation et de réintégration à Llano Grande, dans la ville de Dabeiba.  Il a dit qu’il appréciait d’avoir l’occasion d’écouter les membres de la communauté, les autorités autochtones et gouvernementales.  Le Secrétaire général a souligné qu’ils savent mieux que quiconque que la paix ne se réalise pas du jour au lendemain.  La paix est difficile à construire, a-t-il ajouté, en soulignant qu’il n’est également pas facile de la fortifier et de la maintenir.

Dans l’après-midi, lors d’une manifestation en commémoration du processus de paix à Apartadó, le Secrétaire général a noté que l’Accord de paix final avait réussi à concevoir la paix en Colombie non pas comme un processus imposé d’en haut, mais comme un grand effort de construction.  Il a souligné que nous devons suivre la voie tracée par les négociations sur l’Accord et veiller à ce que les femmes aient leur place centrale dans la conception et la mise en œuvre des programmes de développement. 

M. António Guterres est attendu à New York ce soir.

Libye

M. Jan Kubiš, l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Libye, a fait un exposé devant le Conseil de sécurité par visioconférence, depuis Tripoli, sur le processus menant aux élections du 24 décembre.  Il a déclaré qu’une liste préliminaire de candidats à la présidence devrait être annoncée plus tard dans la journée. 

Il a averti que le climat politique en Libye reste fortement polarisé.  Il a noté qu’il y a toujours une opposition à la tenue d’élections sur la base du cadre juridique existant, alors que certains dirigeants et circonscriptions continuent de remettre en question la légalité des lois électorales, tandis que les tensions montent sur l’éligibilité de certains candidats de haut niveau.  M. Kubiš a appelé tous ceux qui contestent le processus ou les candidats à les canaliser à travers les mécanismes judiciaires existants et à respecter pleinement le verdict de l’autorité judiciaire.

Il a dit que la présence de combattants et de mercenaires étrangers continue d’être préoccupante, bien que le cessez-le-feu se maintienne toujours.

M. Kubiš a déclaré au Conseil qu’il jugeait nécessaire de transférer d’urgence le Chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) à Tripoli.  Il a noté qu’il avait déjà exprimé son soutien à la scission des postes d’envoyé spécial et de chef de la Mission, et à l’installation du chef de la MINUL à Tripoli.  Il a expliqué qu’il avait présenté sa démission, le 17 novembre 2021, afin de créer les conditions nécessaires à ce changement.  Le Secrétaire général a accepté hier sa démission, avec effet au 10 décembre. 

Éthiopie

En ce qui concerne le nord de l’Éthiopie, nous signalons que près de 40 camions chargés de fournitures humanitaires, y compris de la nourriture, ont quitté Semera, hier, pour se rendre au Tigré.  Il s’agit du premier convoi depuis le 18 octobre.  En revanche, des camions contenant du carburant et des fournitures médicales sont toujours stationnés à Semera en attendant l’autorisation des autorités.

La situation humanitaire au Tigré continuant de se détériorer, il est essentiel d’établir un flux régulier d’aide humanitaire dans la région.  Comme nous l’avons noté précédemment, il faut 500 camions de fournitures humanitaires par semaine.

Pendant ce temps, les vols du Service aérien humanitaire des Nations Unies (UNHAS) à destination de Mekelle ont repris aujourd’hui, après leur suspension le 22 octobre.  En conséquence, l’ONU et les partenaires humanitaires ont pu faire une rotation du personnel à l’aéroport et à l’extérieur du Tigré et transférer une quantité limitée de liquidités opérationnelles.  Cependant, les partenaires humanitaires sur le terrain continuent de faire état de difficultés importantes en raison des pénuries de liquidités pour les opérations.

Les partenaires humanitaires continuent de répondre aux besoins urgents et croissants dans le nord de l’Éthiopie, y compris à Amhara et à Afar, malgré un environnement opérationnel qui reste extrêmement difficile.

À Amhara, une importante opération d’aide alimentaire a commencé dans les villes de Kombolcha et de Dessie, à destination de plus de 450 000 personnes, qui doit se dérouler au cours des deux prochaines semaines.

Yémen

M. Hans Grundberg, l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, a achevé sa visite en Égypte.

Il a prévenu ses interlocuteurs, y compris le Ministre égyptien des affaires étrangères, le Chef de la Ligue des États arabes et un groupe diversifié d’hommes et de femmes yéménites qui se trouvent en Égypte, que les approches fragmentées n’aboutiront pas à une solution durable.  Il a conseillé de mettre l’accent sur les priorités immédiates qui atténuent l’impact de la guerre sur les civils et sur les questions à plus long terme qu’il est nécessaire de régler pour parvenir à une solution durable et juste au conflit.

Les discussions au Caire ont également porté sur les récents développements militaires au Yémen, y compris à Hodeïda, et sur l’aggravation de la situation humanitaire.  M. Grundberg a souligné que l’offensive soutenue sur Mareb a déjà eu des effets d’entraînement dans tout le Yémen et qu’elle continue de saper les perspectives d’un règlement négocié du conflit.

Un communiqué de presse complet sur sa visite est en ligne. 

Afghanistan 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que les distributions d’aide et les évaluations des besoins se poursuivent dans tout le pays.  L’accent est mis en particulier sur l’aide alimentaire et l’assistance en espèces, les articles non alimentaires, l’eau, l’assainissement et les produits d’hygiène. 

Grâce à son programme de soutien saisonnier à l’échelle du pays, le Programme alimentaire mondial (PAM) a récemment distribué de la nourriture à près de 45 000 personnes dans les provinces de Kondoz, Badakhchan, Takhar et Baghlan.

Depuis le début de l’année, le PAM et ses partenaires ont fourni une aide alimentaire et nutritionnelle à quelque 13,7 millions de personnes, soit 4 millions de plus par rapport à 2020.  

Dans les prochains jours, quelque 26 000 personnes, dont des personnes déplacées dans les provinces de Deykondi et de Kaboul, recevront du carburant, des couvertures, des vêtements et de l’argent pour le transport.  Cette mesure fait suite à une évaluation de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).  

Pour sa part, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fourni une assistance hivernale à plus de 62 000 personnes déplacées, au cours des deux dernières semaines.  Selon le HCR, environ 25% des 668 000 personnes déplacées par le conflit cette année sont retournées à leur lieu d’origine depuis septembre, en raison de l’amélioration des conditions de sécurité sur le terrain. 

Enfin, à ce jour, l’appel éclair 2021 pour l’Afghanistan, qui vise à recueillir un peu plus de 600 millions de dollars, a été financé à hauteur de 104%.  Le Plan de réponse humanitaire a ainsi reçu 671 millions de dollars sur les 869 millions requis. 

Myanmar  

Pour assurer la continuité des services de santé, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance

(UNICEF) a fourni des médicaments au profit de quelque 30 000 enfants de moins de 5 ans dans les États rakhine, kachin, shan et chin.  Cela comprend des médicaments pour traiter la pneumonie et la diarrhée.  

L’UNICEF continue également de fournir des services de santé d’urgence, notamment des téléconsultations et des conseils pour les femmes enceintes et les enfants.  Plus de 9 000 femmes et enfants ont déjà bénéficié de ce type d’aide. 

Enfin, l’UNICEF a commencé à fournir une aide humanitaire en espèces aux familles ayant des enfants âgés de 2 à 5 ans, ainsi qu’aux enfants handicapés.  Ces subventions aident les familles à payer les services essentiels.  Plus de 5 300 femmes enceintes et enfants de Yangon ont d’ores et déjà bénéficié de ce soutien et l’UNICEF s’efforce d’augmenter le nombre de bénéficiaires. 

Afrique de l’Ouest/Sahel

Hier en Guinée-Bissau, le Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), M. Mahamet Saleh Annadif, et le Président de la Guinée-Bissau, M. Umaro Sissoco Embaló, ont présidé la Journée régionale portes ouvertes sur la mise en œuvre de la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité ainsi que des résolutions ultérieures sur la question « Femmes, paix et sécurité ».

Au cours de cette journée qui a réuni près d’une centaine de femmes et jeunes leaders d’Afrique de l’Ouest et du Sahel, ainsi que des représentants des gouvernements de la région, les participants ont évoqué les nouvelles initiatives à mettre en place pour prévenir les conflits et consolider la paix.  Ils ont également examiné les moyens d’accélérer la mise en œuvre du programme femmes, paix et sécurité en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes 

Demain, c’est la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes sur le thème « Rendre le monde orange: mettre fin dès maintenant à la violence à l’égard des femmes! »  Tout comme les années précédentes, cette Journée internationale donnera le coup d’envoi de 16 jours d’activisme.

Dans son message vidéo à l’occasion de cette journée, diffusé lors d’un événement organisé ce mercredi, le Secrétaire général a rappelé que la violence à l’égard des femmes et des filles reste la violation des droits humains la plus répandue et la plus pressante qui soit.  Mais, a-t-il poursuivi, la violence à l’égard des femmes n’est pas une fatalité.  Des politiques et des programmes adéquats donnent des résultats.

Il faut donc des stratégies globales à long terme pour s’attaquer aux causes profondes de la violence, protéger les droits des femmes et des filles et encourager des mouvements de défense des droits des femmes forts et autonomes, a ajouté le Secrétaire général. 

Invités du point de presse du jour

Mme Kalliopi Mingeirou, Cheffe de la Section de l’élimination de la violence à l’égard des femmes d’ONU-Femmes, et M. Papa Seck, Chef de la section Recherche et données, présenteront un nouveau rapport intitulé « Mesurer la pandémie fantôme: La violence contre les femmes pendant COVID-19 ».

En raison de la fête de Thanksgiving, il n’y aura pas de point de presse jeudi et vendredi.

Lundi prochain, M. César Núñez, Directeur du Bureau du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) à New York, sera l’invité du Point de presse.  Il parlera de la Journée mondiale du sida, qui a lieu le 1er décembre. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.