Imprimer
dbf211118
18 novembre 2021

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 novembre 2021

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil des chefs de secrétariat (CCS)

Ce matin, le Secrétaire général a réuni, comme il le fait deux fois par an, le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) lors d’une réunion virtuelle.  Le Conseil doit se pencher sur les affaires mondiales courantes dans la mesure où elles affectent et se rapportent au travail du système des Nations Unies.  Le Conseil a délibéré sur les tendances émergentes marquantes, les opportunités et les défis auxquels le système est confronté.

Les membres de la CCS ont discuté de la manière dont le progrès et la prospérité sont actuellement mesurés et comment encourager des mesures complémentaires afin de tenir compte du bien-être humain et de la viabilité planétaire (PIB+).

Soudan

Au Soudan, à la suite du récent coup d’état et de la vague de protestations à Khartoum et dans d’autres villes soudanaises, l’ONU a encore une fois constaté que les autorités de facto ont utilisé une force excessive contre les manifestants hier (17 novembre), ce qui aurait entraîné la mort de 15 personnes à ce jour et un nombre non confirmé de blessés.

Cela porte à 37 le nombre de morts parmi les manifestants civils pacifiques depuis le début des manifestations contre le coup d’état du 25 octobre.

L’ONU condamne fermement cet usage répété d’une force excessive contre des manifestants pacifiques et renouvelle son appel aux autorités de facto et aux forces de sécurité pour qu’elles fassent preuve de retenue et s’abstiennent de commettre d’autres violations des droits humains.

La liberté d’expression et de réunion sont des droits humains fondamentaux accordés à chaque Soudanais, et ils doivent avoir la possibilité de s’exprimer pacifiquement et sans crainte de représailles.

Toutes les personnes détenues à la suite des manifestations et celles détenues depuis le coup d’état du 25 octobre doivent être libérées.

Afghanistan

Selon le personnel humanitaire de l’ONU, les opérations d’aide se poursuivent dans tout le pays et de nouveaux besoins sont identifiés dans les évaluations inter-agences en cours.

En début de semaine, une mission interinstitutions à Kandahar a évalué la capacité et les besoins d’un établissement de soins de santé appuyé par l’ONU.  L’établissement a enregistré une augmentation significative du nombre de patients au cours des trois derniers mois en raison d’un manque d’accès aux services de santé de base dans d’autres districts.  Ils ont également noté une augmentation des cas de malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de 5 ans.

La mission a également visité un centre d’accueil pour les rapatriés appuyé par l’ONU qui fournit des services transfrontaliers pour leur retour et leur réintégration.  Plus de 3 000 personnes seraient rentrées d’Iran en Afghanistan depuis la réouverture de la frontière en novembre.

Dans la province d’Herat, certains services de laboratoire ont été interrompus ces trois dernières semaines en raison du non-paiement des salaires du personnel.

Hier, une autre mission des Nations Unies à Taloqan, dans la province de Takhar, a mené des évaluations pour aider les ménages vulnérables.  La province de Takhar a connu une augmentation du nombre de personnes nécessitant une assistance, notamment en raison de la sécheresse.

Les humanitaires mettent également en garde contre l’utilisation de munitions non explosées à travers l’Afghanistan qui représentent toujours un risque majeur pour la sécurité.  En début de semaine, deux munitions non explosées et un engin explosif improvisé ont blessé plusieurs civils, dont trois enfants, dans la ville de Terin Kot, dans la province d’Orozgan.

L’Appel éclair pour l’Afghanistan, qui demande 606 millions de dollars pour les quatre derniers mois de cette année, est financé à 87%, ayant reçu 530 millions de dollars à ce jour.  L’ONU remercie tous les donateurs qui ont traduit leurs promesses de dons en espèces.

Mme Deborah Lyons, la Cheffe de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), a fait une présentation sur la situation en Afghanistan au Conseil de sécurité et à la presse hier après-midi.

Myanmar

L’équipe des Nations Unies sur place se dit toujours profondément préoccupée par le nombre continu de personnes déplacées à l’intérieur du pays ainsi que par l’aggravation des besoins humanitaires en raison du conflit, de l’instabilité politique et de la COVID-19 depuis que l’armée a pris le contrôle du Gouvernement le 1er février.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unis pour les réfugiés (HCR), depuis le 1er février, un nombre record de 234 600 femmes, enfants et hommes ont été nouvellement déplacés.  Soit une augmentation significative par rapport aux 176 000 personnes enregistrées fin août, ce qui aggrave une situation humanitaire déjà désastreuse dans le pays.

Les derniers chiffres sur le nombre de personnes déplacées s’ajoutent aux 370 000 personnes qui avaient déjà été déplacées avant la prise de pouvoir militaire.

La situation humanitaire au Myanmar continue de se détériorer, avec plus de trois millions de personnes nécessitant des services d’assistance et de protection essentiels depuis le début de l’année 2021.

L’ONU est particulièrement préoccupée par l’augmentation de l’insécurité alimentaire au Myanmar.

La ville de Mindat, dans l’État de Chin, a connu ces dernières semaines de violents combats, et de nombreuses personnes ont fui leurs maisons.  Les personnes déplacées et les communautés d’accueil manquent désespérément de nourriture; l’accès humanitaire à Mindat est extrêmement limité et les travailleurs humanitaires ont besoin d’un accès urgent à la région pour fournir l’aide dont ces personnes ont tant besoin.

Les organisations humanitaires estiment qu’elles auront aidé plus de deux millions de personnes d’ici la fin de l’année.  Elles sont prêtes à intensifier leur réponse humanitaire à condition d’avoir un meilleur accès aux personnes qui en ont réellement besoin.

Moyen-Orient

Les envoyés du Quatuor pour le Moyen-Orient -l’Union européenne, la Fédération de Russie, les États-Unis et l’ONU- se sont réunis en personne à Oslo, en Norvège.  Cette réunion fait suite à une importante réunion du Comité de liaison ad hoc traitant de la situation économique palestinienne.

Les envoyés se félicitent des mesures annoncées par Israël pour tendre la main à l’Autorité palestinienne et l’aider à faire face à la crise budgétaire.  Les envoyés restent profondément préoccupés par l’évolution de la situation en Cisjordanie, à Jérusalem et à Gaza, en particulier par les actes de violence en cours en Cisjordanie, les nouvelles colonies de peuplement, la crise budgétaire intenable au sein de l’Autorité palestinienne et les menaces de violence à Gaza.

République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo (RDC), le personnel de maintien de la paix de l’ONU a dit avoir repoussé hier une attaque de combattants du groupe armé connu sous le nom de CODECO.  Cela s’est passé à Drodro, dans la province de l’Ituri.  Les Casques bleus ont sécurisé un camp de personnes déplacées, l’hôpital et le bureau d’une ONG.  Le personnel de l’ONG a été hébergé dans la base temporaire des Casques bleus pour la nuit.

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) réitère sa préoccupation face au nombre croissant d’attaques de combattants armés dans l’est de la RDC, notamment dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Elle continue de s’employer à protéger les civils, en renforçant notamment sa présence dans les zones où se déroulent des opérations militaires et où la population peut être la cible de représailles.

Madagascar

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a évoqué un risque de famine à Madagascar.  Aujourd’hui, le Gouvernement et les partenaires humanitaires ont lancé un appel éclair révisé qui porte sur 231 millions de dollars afin de fournir une assistance à 1,3 million de personnes jusqu’en mai de l’année prochaine.

Comme l’ONU l’a signalé au cours des derniers mois, la crise climatique a un impact dévastateur sur la vie des habitants, en particulier dans la partie sud - connue en français sous le nom de Grand Sud.  Au cours des trois dernières années, des sécheresses consécutives, combinées à des tempêtes de sable et des insectes ravageurs, ont quasiment empêché les habitants de cette région de cultiver leur propre nourriture.

L’ONU et ses partenaires à Madagascar estiment que 1,3 million de personnes risquent de connaître une famine grave alors que 28 000 personnes connaissent déjà quasiment la famine.

Les organisations humanitaires ont considérablement élargi leurs opérations cette année et ont fourni une assistance vitale à plus de 900 000 hommes, femmes et enfants.

Mais, avec le pic de la saison maigre (de janvier à avril) qui approche rapidement, une assistance supplémentaire est nécessaire.

Le Coordonnateur humanitaire pour Madagascar, M. Issa Sanogo, appelle la communauté internationale à accroître de toute urgence son soutien.  L’ONU a déjà reçu environ 120 millions de dollars sur les 231 millions de dollars, mais un financement supplémentaire permettra aux organisations humanitaires de fournir de la nourriture, de l’eau, des services de santé et des traitements nutritionnels vitaux aux personnes dans le besoin.

Maldives/COVID-19 

L’équipe des Nations Unies aux Maldives, qui est dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Catherine Haswell, continue de soutenir la réponse sanitaire et socioéconomique du pays à la pandémie.  Au 13 novembre, près de 80% des personnes de plus de 18 ans étaient complètement vaccinées et plus de 90% des enfants entre 12 et 17 ans.  L’ONU a soutenu le déploiement de la campagne de vaccination.  Plus de 250 000 doses ont été livrées via le Mécanisme COVAX, la plupart de ces doses ayant été données par le Japon et les États-Unis.  Alors que les Maldives ont réussi à maintenir à un niveau relativement bas le nombre de cas dans la capitale Malé, ces derniers mois, une augmentation a été observée dans les atolls extérieurs des Maldives.

Invités de demain

Demain, les invités du point de presse seront la Directrice d’ONU-Femmes, la Directrice du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Directeur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Ambassadeur de la délégation de l’Union européenne auprès des Nations Unies, M. Olof Skoog.  La Directrice exécutive d’ONU-Femmes, Mme Sima Bahous et l’Ambassadeur Skoog seront dans la salle du Point de presse, tandis que Mme Henrietta Fore, de l’UNICEF, et M. Achim Steiner, du PNUD, interviendront virtuellement pour lancer le rapport 2020-2021 de l’Initiative Spotlight intitulé « Rising the challenge ».

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.